Catégories
Solidarité et entraide

L'inégalité des sexes en Somalie pendant COVID-19

Inégalité entre les sexes en Somalie

COVID-19 aggrave les inégalités entre les sexes en Somalie, car les filles et les femmes perdent de plus en plus l'autonomie sur leur corps et la capacité de planifier elles-mêmes les familles. On prévoit une augmentation des mutilations génitales féminines (MGF) et des mariages d'enfants. La communauté internationale a la responsabilité d'intervenir en Somalie pour protéger les droits fondamentaux des filles et des femmes.

Mutilation génitale féminine

L'isolement de COVID-19 en Somalie a entraîné une augmentation rapide des mutilations génitales féminines (MGF). Les parents somaliens ont profité des fermetures d'écoles à la suite de COVID-19, demandant aux infirmières d'effectuer des MGF sur leurs filles maintenant parce qu'elles ont le temps de rester à la maison et de récupérer.

Les circonciseurs voyagent dans des quartiers proposant de couper les filles qui sont à la maison, provoquant une augmentation spectaculaire des procédures de MGF. Sadia Allin, chef de mission de Plan International en Somalie a déclaré:les coupeurs ont frappé aux portes, y compris la mienne, demandant s'il y avait des jeunes filles à couper."

Les mesures de prévention de COVID-19 perpétuent la poursuite des mutilations génitales féminines et, par conséquent, les inégalités entre les sexes en Somalie. En 2020, au moins 290 000 filles en Somalie subiront des MGF, selon le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Les citoyens somaliens ne sont pas en mesure de sensibiliser aux dangers des mutilations génitales féminines dans leurs communautés locales en raison du verrouillage en cours.

Le mariage d'enfants

Les mariages d'enfants devraient également augmenter du fait de COVID-19. Les familles sont plus susceptibles de marier leurs filles lors de crises stressantes afin de réduire le nombre de personnes à subvenir à leurs besoins. On s'attend à ce que les retombées économiques de la pandémie se traduisent par 13 millions de mariages d'enfants d'ici 2030.

La fermeture des écoles somaliennes en raison de COVID-19 pourrait également faire augmenter le nombre de mariages d'enfants. Le directeur général de Girls Not Brides, Faith Mwangi-Powell, a déclaré:Les écoles protègent les filles. Lorsque les écoles ferment, les risques (du mariage) deviennent très élevés. »

Efforts pour mettre fin à l'inégalité entre les sexes

Des organisations internationales, telles que Girls Not Brides, Plan International et Save the Children, prennent position pour protéger les femmes et les filles vulnérables en Somalie.

En avril, Girls Not Brides a écrit une lettre à l'Union africaine, exhortant le groupe à prendre position contre l'inégalité entre les sexes. Girls Not Brides a expliqué comment l'Union africaine peut protéger les communautés vulnérables lors de COVID-19. Ces étapes comprennent la formation des éducateurs à reconnaître et à prévenir la violence, la protection des dépenses du secteur social et l'adoption de solutions d'apprentissage à distance, entre autres.

Plan International demande que les informations et les services de santé sexuelle et génésique qui préviennent et combattent les pratiques néfastes, telles que les MGF, fassent partie intégrante de la réponse COVID-19. L'organisation préconise également que les filles et les jeunes femmes soient incluses dans la conversation pour s'assurer que leurs voix soient entendues et que leurs besoins soient satisfaits. Plan International s'efforce de mettre fin aux mutilations génitales féminines afin que les femmes et les filles puissent prendre leurs propres décisions concernant leur santé et leur bien-être sexuels et reproductifs. Son travail est extrêmement important car les MGF peuvent provoquer une variété de risques pour la santé à court et à long terme. Les filles et les femmes qui subissent des MGF risquent de subir des saignements excessifs, un gonflement des tissus génitaux et des infections.

Save the Children est une organisation humanitaire pour les enfants du monde entier. L'organisation a lancé la campagne «Save our Education» pour promouvoir l'enseignement à distance et encourager l'investissement dans les systèmes éducatifs pour l'avenir.

Les filles somaliennes qui ne retournent pas à l'école deviendront plus vulnérables aux effets de l'inégalité entre les sexes, comme décrit ci-dessus. La Banque mondiale a découvert que «chaque année d'enseignement secondaire peut réduire la probabilité de se marier avant l'âge de 18 ans de cinq points de pourcentage ou plus dans de nombreux pays. »

Des organisations telles que Girls Not Brides, Plan International et Save the Children sont des pionniers pour l'éradication des mutilations génitales féminines et l'arrêt des grossesses non désirées et des mariages d'enfants en Somalie pendant la pandémie de COVID-19. Ils ouvrent la voie à la réduction des inégalités entre les sexes en Somalie.

Danielle Piccoli
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *