Catégories
Solidarité et entraide

L'importance de lutter contre la dépression maternelle

Pour de nombreuses femmes, devenir mère est l'un des jalons majeurs de la vie. Mais nous savons également que pour certaines femmes, le premier pas vers la maternité peut être difficile.

Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, une mère stupéfiante sur cinq souffre de dépression après la naissance. En raison de facteurs tels que la guerre, la violence sexiste et l'extrême pauvreté, ces femmes ont un risque accru de dépression. Et même si plus de 80% de la population vit dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, le nombre d'agents de santé mentale dans ces pays est faible. Dans certains cas, il peut n'y avoir que deux travailleurs pour 100 000 habitants, contre plus de 70 dans les pays à revenu élevé.

C'est un fait dévastateur, étant donné que 1 personne sur 10 aurait besoin de services de santé mentale à un moment donné. Pour cette raison, des interventions communautaires à faible coût sont essentielles pour répondre aux besoins de la population.

Quand une mère ou un soignant devient déprimé, cela affecte son propre bien-être. À son tour, cela peut également avoir un impact sur la croissance et le développement de son enfant. Le développement nutritionnel précoce des enfants est essentiel à la santé cognitive et physique à vie. À son tour, cela signifie que l’impact de la dépression maternelle sur la santé d’un enfant peut être terrible au cours des 1 000 premiers jours et des premières années.

Alors que nous assistons à une tendance mondiale de déstigmatisation de la santé mentale, la dépression maternelle est malheureusement encore trop souvent ignorée.

La bonne nouvelle est que les troubles mentaux des soignants sont traitables. Des interventions efficaces peuvent être dispensées par des prestataires bien formés et non spécialisés. Les implications peuvent s'appliquer aux mères du monde entier.

Lutter contre la dépression maternelle

Food for the Hungry a récemment mené une nouvelle étude auprès de 1200 mères ougandaises déprimées, qui a fourni un nouvel aperçu du lien entre la dépression maternelle, le traitement de la dépression et l'impact sur l'adoption de comportements de santé et de nutrition couramment promus.

L'étude, dirigée par Food for the Hungry en collaboration avec l'Université Columbia, l'Université Johns Hopkins et World Vision International et avec le soutien financier de la Fondation Eleanor Crook, visait à comprendre le rôle de la dépression dans la capacité d'une mère à prendre soin de la santé de son enfant. et les besoins nutritionnels. Grâce à un essai contrôlé randomisé, nous avons testé l'hypothèse selon laquelle le traitement approuvé par l'Organisation mondiale de la santé (IPT-G) pourrait réduire la dépression. Cette approche approuvée par l'OMS est une psychothérapie communautaire axée sur l'attachement et basée sur l'attachement qui a été rigoureusement étudiée et validée comme une approche à faible coût pour traiter la dépression dans les milieux à faibles ressources.

Nous nous sommes demandé: la réduction de la dépression maternelle peut-elle accroître la capacité d’une femme à adopter des comportements de santé et de nutrition vitaux pour ses enfants?

Mère au Mozambique avec foulard tient son bébé dans une chemise violette

Dans le modèle approuvé par l'OMS, un groupe de 8 à 10 femmes se réunit chaque semaine – souvent dans un espace extérieur privé ombragé – avec un facilitateur qualifié. Au cours des séances de 90 minutes, les symptômes dépressifs des femmes sont classés dans un ou plusieurs des quatre problèmes suivants: le chagrin, les conflits de rôles, la transition de rôles et les conflits interpersonnels. Après les présentations et les vérifications, les animatrices travaillent doucement avec chaque femme pour examiner les pensées, les comportements et les attitudes négatives et leur impact.

Ensuite, ces femmes développent en collaboration des objectifs cibles liés au domaine problématique et partagent les perspectives du groupe. Les humanitaires mettent en œuvre cette forme de thérapie de groupe dans le monde depuis les années 1960.

Comportements vitaux

Dans l'essai de recherche, la moitié des mères déprimées ont été sélectionnées au hasard pour recevoir 3 mois de traitement hebdomadaire, suivis de 15 mois d'éducation sanitaire entre pairs par le biais de Care Groups. L'autre moitié des femmes, le groupe témoin, a participé aux groupes de soins mais n'a pas reçu d'intervention IPT-G.

Care Groups est un modèle de changement de comportement fondé sur des données probantes qui utilise des volontaires de santé communautaires. Ces bénévoles, souvent des mères, éduquent leurs pairs à des comportements qui encouragent tout, de l'allaitement maternel à l'importance de vacciner les enfants. Ces mères, à leur tour, forment davantage de mères, ce qui se traduit par un effet «en cascade» de formation, d'apprentissage et d'encouragement entre pairs.

Notre étude a révélé un lien étroit entre la dépression et la capacité de s'engager pleinement dans des comportements vitaux.

Pour 10 des 12 indicateurs étudiés, les femmes déprimées ont adopté aucun des comportements importants en matière de santé et de nutrition.

Les femmes qui souffrent de dépression ont démontré une incapacité importante à adopter des mesures qui ont un impact sur la santé et la nutrition des enfants. Pour 10 des 12 indicateurs que nous avons étudiés, les femmes déprimées ont adopté aucun des comportements importants en matière de santé et de nutrition, tels que l'allaitement maternel, la reconnaissance du moment où leur enfant était malade et le bon lavage des mains. D'un autre côté, nous avons constaté que les femmes non déprimées étaient capables de pratiquer facilement ces actions critiques.

L'étude a également révélé que les femmes traitées par un traitement approuvé par l'OMS se sont rétablies plus rapidement de la dépression que les autres mères. Ils bénéficiaient également d'un soutien social nettement mieux perçu par les autres et de la capacité d'effectuer des activités de la vie quotidienne. Cependant, à la fin de l'essai de recherche, la dépression chez les participants des groupes de traitement et de contrôle a chuté à des niveaux similaires. Cela peut être dû à un effet thérapeutique de l'intervention Care Group elle-même. Dans une prochaine étape, nous espérons mieux comprendre l'impact potentiel des Care Groups sur la dépression et le changement de comportement.

Ce que les gouvernements peuvent faire

Ces premières constatations soulignent que lorsqu'il s'agit d'améliorer la santé et la nutrition des enfants, il est essentiel de s'attaquer à la santé mentale des soignants. Et pour de nombreuses personnes souffrant de détresse mentale, même un degré modeste de soutien psychosocial peut aller très loin.

Les gouvernements nationaux ou les ONG peuvent initier des interventions de soutien psychosocial, que la communauté peut ensuite soutenir. Actuellement, peu de ministères ou la communauté internationale des ONG intègrent la santé mentale dans leurs programmes de santé traditionnels. Avec cette étude, nous espérons souligner que la prise en charge de la santé mentale des soignants est également une composante essentielle de l'amélioration des résultats pour leurs enfants.

Rejoignez la série de partage des connaissances

À cette fin, FH lance un ensemble d'initiatives de la série de partage des connaissances sur la santé mentale des soignants. Ces initiatives feront partie de l'élan croissant des exécutants, des chercheurs, des défenseurs et des bailleurs de fonds qui abordent la santé mentale maternelle comme une composante de l'amélioration de la santé, de la nutrition et du bien-être général des individus et des communautés.

Cette série continue d'événements en personne aux États-Unis et en Afrique, et des consultations sur le Web visent à:

  1. Promouvoir l'échange de connaissances, de preuves et de ressources.
  2. Identifier les opportunités pour une attention accrue et un financement pour l'intégration des interventions de santé mentale dans les politiques et programmes mondiaux.
  3. Mener de futures recherches et faire progresser la mise en œuvre des meilleures pratiques pour combler les lacunes.
  4. Former des collaborations et des partenariats mutuellement bénéfiques.

Continuer la lecture:

7 façons d'autonomiser les filles lors de la Journée internationale de la fille

Une fois dans la peur: une mère guatémaltèque transforme la communauté

Essai photo: Journée internationale de la femme dans le monde


*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *