Catégories
Solidarité et entraide

L'impact du COVID-19 sur la migration

COVID-19 sur la migration
Le nouveau coronavirus s'est propagé à des taux spectaculaires depuis sa découverte à Wuhan, en Chine, fin 2019. Certains pays, dont la Chine, le Vietnam, la Nouvelle-Zélande et la Norvège, ont réussi à arrêter la propagation avec une réponse agressive; cependant, d’autres pays n’ont pas voulu ou n’ont pas été en mesure de faire des progrès similaires. Les cas confirmés dans le monde atteignent actuellement 20 millions. Alors que le virus transforme certainement de nombreux aspects de la vie, l'impact du COVID-19 sur la migration est devenu particulièrement important.

Comment le COVID-19 affecte les réfugiés

Environ 80 millions de personnes ont été déplacées par la force de leur pays d'origine à travers le monde. De plus, 72 millions de ces demandeurs d'asile vivent actuellement dans des pays en développement qui manquent de ressources pour lutter de manière agressive contre une pandémie comme le COVID-19.

L’International Rescue Committee estime que jusqu’à 1 milliard de cas de COVID-19 pourraient frapper des pays fragiles abritant des réfugiés dans le monde, tels que l’Afghanistan, la Syrie et le Yémen. Le Yémen est aux prises avec une crise humanitaire majeure depuis que sa guerre civile s'est intensifiée en 2015. Aujourd'hui, on estime que 24 millions de personnes dans le pays ont besoin d'assistance, dont la moitié sont des enfants.

Dans la plupart des camps de réfugiés, la distanciation sociale est impossible. On peut trouver un exemple frappant de cette difficulté à Cox’s Bazar, au Bangladesh. Ce camp entasse plus de 850 000 réfugiés rohingyas dans une zone très petite et dense. Ces réfugiés ont un accès très limité aux soins de santé. Le manque d'eau propre pour le lavage des mains pourrait s'avérer désastreux lors de la tentative de lutte contre le COVID-19. En outre, la malnutrition et le mauvais assainissement font des camps de réfugiés comme Cox’s Bazar un foyer potentiel pour la transmission virale. Les dépôts médicaux du camp ne disposent que de 300 lits disponibles et seront débordés en cas d'épidémie. Ces hôpitaux de fortune ne disposent pas des respirateurs vitaux nécessaires aux personnes dans un état critique. En outre, le personnel médical doit faire face au COVID-19 en plus d'autres crises sanitaires préexistantes. Les maladies comme le choléra, le paludisme et la tuberculose restent un problème constant.

L'impact du COVID-19 sur la migration est évident dans le faible nombre record de réinstallation de réfugiés. Pour le moment, les Nations Unies ont suspendu la réinstallation. Les personnes vivant dans ces conditions inadaptées ont un besoin urgent d'aide. Plutôt que d'accueillir ces réfugiés, la plupart des pays ont choisi de verrouiller leurs frontières sans exception.

Le sort des travailleurs migrants

De nombreuses industries des pays développés comme des pays sous-développés dépendent d'un flux constant de travailleurs étrangers. À l'ère du COVID-19, il y a une prime sur les travailleurs qualifiés dans des secteurs clés comme la santé. À ce titre, certains pays ont accéléré le processus de migration des médecins, des infirmières et des scientifiques.

D'autres types d'emplois n'ont pas connu une telle demande. Dans des pays comme les Émirats arabes unis, les travailleurs migrants sont au chômage ou ont des salaires impayés en raison de la pandémie. Ces hommes et ces femmes n'ont aucun revenu à renvoyer dans leur famille et dans leur village d'origine, et beaucoup sont confrontés à une décision difficile: retourner chez eux dans leur famille où le travail est encore plus rare ou se démener pour trouver un autre emploi sous leur visa avant d'être expulsés.

Une opportunité de changement

L'impact à long terme du COVID-19 sur la migration reste incertain. Les demandeurs d'asile dans les camps de réfugiés seront probablement les derniers sur la liste des priorités lorsque les vaccins seront disponibles, retardant ainsi encore plus leur réinstallation. Tant que les réfugiés n'obtiendront pas des protections sanitaires similaires aux citoyens, le coronavirus ne se résoudra jamais complètement.

Alors que les verrouillages prennent progressivement fin, les pays les plus durement touchés par le COVID-19 devront faire face à l'immense tâche de reconstruire leurs économies. Dans le cadre de ce processus, l'accent sera probablement mis sur l'embauche de citoyens plutôt que sur les travailleurs migrants. Les gouvernements peuvent choisir de distribuer des fonds aux industries nationales et de mettre l'aide étrangère en veilleuse.

Il y a cependant une chance de réinventer la mobilité humaine. Le Portugal, l'Irlande et le Qatar se sont mobilisés pour garantir à chacun l'accès aux soins de santé, quel que soit son statut de citoyen. Plusieurs pays de l'Union européenne ont vidé leurs centres de rétention pour migrants pour éviter des flambées. La nouvelle loi d’amnistie italienne a accordé 200 000 permis de travail aux travailleurs migrants.

Les travailleurs migrants sont un contributeur majeur au PIB mondial, occupant des emplois à tous les niveaux de compétence. La main-d’œuvre étrangère est essentielle à la réussite des économies, et un système d’entrée plus fluide aiderait à accélérer le retour. Il est enfin dans l'intérêt des gouvernements du monde entier de fournir un chemin plus facile à ces travailleurs et d'atténuer les impacts négatifs du COVID-19 sur la migration.

– Matthew Beach
Photo: Pixabay

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *