Catégories
Solidarité et entraide

Les droits des femmes au Mozambique: un travail en cours

Droits des femmes au Mozambique
Selon le rapport du Programme des Nations Unies pour le développement de 2019, le Mozambique se classe 180e sur 189 pays avec un indice d'inégalité de genre (IIG) élevé de 0,569. L'Indice d'inégalité de genre est un paramètre qui évalue les inégalités fondées sur le sexe sous trois aspects, notamment la santé reproductive, l'autonomisation et l'activité économique. Au fil des ans, les efforts inlassables du Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes ont déclenché une vague d’organisations non gouvernementales qui luttent pour les droits des femmes au Mozambique. Ces efforts ont abouti à un changement notable, même si le pays a encore un long chemin à parcourir.

Succès du Mozambique en matière d’autonomisation des femmes

Historiquement, le Mozambique a été un pays dominé par les hommes, les hommes occupant la majorité des postes officiels. Traditionnellement, les femmes sont absentes des affaires publiques du pays. Cependant, les femmes mozambicaines n'étaient pas complètement impuissantes. Les femmes plus âgées, par exemple, ont gagné le respect en tant que belles-mères et conseillères communautaires sur les questions matrimoniales. Néanmoins, la petite partie du pouvoir détenue par les femmes ne les a pas entièrement empêchées de subir un traitement inférieur de la part de leurs homologues masculins, car les femmes n’ont pas le droit de posséder des terres et représentent donc 80% des pauvres du pays.

L'absence d'égalité des droits entre les hommes et les femmes a également contraint les femmes à rechercher la protection des hommes. En conséquence, des pratiques telles que la polygamie ont été encouragées et les femmes l’ont acceptée sans protester puisqu'elle leur a promis la protection de leur mari.

Qu'est-ce qui a déclenché un changement?

Les deux dernières décennies ont été une période de croissance et de transformation progressives pour le Mozambique. La guerre civile de 1977, qui a exposé les femmes à la violence physique et à d’autres formes de violence sexuelle telles que les viols collectifs et les enlèvements, a conduit le pays à se concentrer davantage sur les droits des femmes au Mozambique. Cependant, malgré les effets atroces de la guerre sur les femmes, elle a créé les conditions qui ont favorisé l’essor et l’émancipation des femmes. En fait, pendant la guerre et les années qui ont suivi, les femmes mozambicaines sont devenues les principaux soutiens de famille de leur famille puisqu'une majorité d'hommes sont morts, sont devenus handicapés ou sont entrés en première ligne pour lutter pour rétablir l'ordre dans leur nation en difficulté.

Après la guerre de 1992, le gouvernement du Mozambique a fait un effort supplémentaire pour promouvoir les droits des femmes. Au fil des ans, il a accompli beaucoup dans les domaines de l’inclusion parlementaire des femmes, de la propriété foncière et de l’éducation, entre autres. Voici une liste des organisations de femmes que le gouvernement mozambicain a créées pour défendre les droits des femmes.

  • Le Ministère de la femme et de l'action sociale: Le ministère de la Femme et de l'Action sociale a vu le jour en 2000. Parmi ses réalisations majeures figure le développement de l'Université Eduardo Mondlane (UEM), qui propose chaque année un cours sur la planification et la budgétisation sexospécifiques. Ce cours a par conséquent sensibilisé et augmenté le nombre de décideurs formés tant au niveau provincial que du district sur le thème de l'égalité des sexes.
  • La Direction générale des affaires féminines: Cet institut est responsable de la mise en œuvre des décisions et des politiques du ministère.
  • Le Conseil national pour la promotion des femmes: Le Conseil national pour la promotion des femmes regroupe les organisations officielles, les ONG et leurs représentants, les participants du secteur privé et les responsables religieux dans un effort conjoint de promotion des droits des femmes au Mozambique.

Femmes parlementaires

Au fil des ans, le pourcentage de femmes au parlement mozambicain a connu un changement remarquable, passant de 25,2% en 1997 à 41,2% en 2019. L'Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique (EISA), qui a ouvert ses portes au Mozambique en 2004, a joué un rôle clé. rôle dans la réalisation de cette étape par le biais d'une campagne qu'il a lancée en 2009 pour encourager les principaux partis politiques du Mozambique, le FRELIMO et la RENAMO, à proposer un plus grand nombre de candidates.

Droits de propriété foncière

Dans le Mozambique moderne, la loi foncière réformée, qui a vu le jour en 1997, reconnaît que tous les Mozambicains des deux sexes ont le droit d'utiliser la terre. En conséquence de cette loi, 25% des femmes ont des droits d'utilisation des titres fonciers. C'est encore un autre jalon et une grande victoire pour les femmes.

Bien que la loi foncière ait conduit à une augmentation significative du nombre de femmes propriétaires fonciers, les droits des femmes à la terre sont toujours soumis à des restrictions dans les zones rurales du Mozambique. Cela est démontré par le contrôle territorial restreint de la plupart des femmes dans le nord du pays, car elles ne contrôlent que 30% des parcelles.

Éducation

Une transformation majeure a également eu lieu en ce qui concerne l’éducation des filles. Le gouvernement a amélioré l’accès à l’école pour tous, ce qui a entraîné une augmentation conséquente du taux de scolarisation des filles de 3 millions en 2002 à 4,1 millions en 2006. De plus, le nombre de filles scolarisées a augmenté depuis.

Aujourd'hui, 94% des filles mozambicaines sont inscrites dans les écoles primaires, mais seulement 11% d'entre elles accèdent au niveau secondaire. De plus, seulement 1% fréquente l'université. Cela engendre de faibles taux d'alphabétisation chez les femmes mozambicaines, leur taux d'analphabétisme étant presque le double de celui des hommes.

Prendre part

Le gouvernement du Mozambique a récemment approuvé le plan de travail annuel 2020 de l'Initiative Spotlight pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes. L'initiative Spotlight est un partenariat entre l'Union européenne et les Nations Unies pour éliminer toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles d'ici 2030.

Grâce à des efforts conjoints avec le gouvernement mozambicain, The Spotlight Initiative prévoit de fournir une formation en ligne aux prestataires de services et de promouvoir les lignes directes existantes pour faciliter le processus de signalement des cas de violence domestique, qui ont augmenté pendant la pandémie COVID-19. La Ministre de l’égalité des sexes, de l’enfance et de l’action sociale, Nyeleti Mondlane, a fait remarquer que le gouvernement mozambicain doit renforcer les efforts d’autonomisation économique sociale des femmes pour contribuer à une société égalitaire, juste et pacifique.

Au fil des ans, le Mozambique a réalisé des progrès remarquables dans la promotion des droits des femmes, impliquant la mise en place d’organisations de femmes et de femmes parlementaires et une augmentation de la fréquentation scolaire des filles. Bien que l’état actuel des choses ne soit pas un problème à régler avec complaisance, les succès passés donnent un éclat d’espoir pour un avenir meilleur pour les femmes mozambicaines.

– Mbabazi divin
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *