Catégories
Solidarité et entraide

Les dirigeantes de la pandémie réussissent

Femmes leaders dans la pandémieAu cours des mois qui ont suivi l'émergence du COVID-19 à la fin de 2019, le monde a connu de nombreux défis qui ont conduit des personnes de tous les pays à vivre une instabilité économique, sociale et politique. La pandémie a également révélé un autre problème: le COVID-19 a montré les forces des femmes dirigeantes tout en soulignant le besoin de plus d'opportunités pour les femmes à l'avenir.

Les pays dirigés par des femmes obtiennent de meilleurs résultats

Partout dans le monde, les femmes leaders dans la pandémie ont été félicitées pour leur réponse à la crise mondiale.

Le Premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern, est devenu un exemple stellaire de leadership réfléchi et ingénieux dans la gestion du COVID-19. Sa décision de mettre en œuvre des procédures de verrouillage strictes au début de la pandémie a sauvé des milliers de vies et l’économie du pays. Le 8 juin, des mois avant de nombreuses autres régions, Ardern a déclaré qu'il n'y avait plus de cas de COVID-19 dans le pays.

La chancelière Angela Merkel a fait un travail nettement meilleur pour contrôler le virus en Allemagne que beaucoup de ses voisins européens. Même si le virus a frappé durement l'Allemagne, le pays «a enregistré environ un quart de plus de morts que la France», en avril.

À Taiwan, Tsai Ing-Wen a combattu le COVID-19 tôt. En commençant les tests fin décembre, elle a empêché le virus de devenir incontrôlable à ses débuts. Louée pour son approche de la maîtrise du virus, la présidente a désormais un taux d'approbation de 61%.

De tels succès des femmes leaders dans la pandémie ne sont pas des événements isolés. La force, la compassion, la prévenance et la collaboration dont les femmes ont fait preuve tout au long de la pandémie ont profité à la santé et à la sécurité de leur pays. Partout dans le monde, les pays dirigés par des femmes «ont subi six fois moins de décès confirmés dus au COVID-19 que les pays dont les gouvernements sont dirigés par des hommes».

Les atouts du leadership féminin

Les femmes apportent des atouts spécifiques en matière de leadership. Les femmes sont naturellement plus enclines à agir avec compassion et à travailler en coopération. Ces caractéristiques sont particulièrement importantes au milieu de la pandémie. Se concentrer sur la collaboration plutôt que sur la concurrence est le seul moyen de gérer efficacement une crise internationale. La recherche des contacts, l'auto-isolement et le simple port d'un masque sont autant d'actions altruistes qui dépendent d'une réponse coopérative du public. Les dirigeants doivent servir de modèles en illustrant ces actions.

L'humilité a également été reconnue comme une caractéristique étroitement associée aux femmes et essentielle à la gestion de la pandémie. Les dirigeants doivent reconnaître qu'ils ne peuvent pas éradiquer le virus à eux seuls et reconnaître la valeur des connaissances d'experts comme la communauté médicale.

Expérience féminine et gestion de crise

Les femmes dirigeantes sont également, dans une certaine mesure, libres des attentes fondées sur la masculinité toxique, y compris la norme d'agir de manière agressive et compétitive. Cet appel à l'hyper-masculinité est apparu dans certains pays dirigés par des hommes pendant la pandémie. Aux États-Unis, par exemple, en se qualifiant de président de guerre, le président Trump a présenté le virus comme un ennemi exigeant la même agression et la même violence que la guerre. Sa décision de ne pas porter de masque est une tentative de paraître forte et affirmée sur son ennemi. Cependant, ce genre de charisme militariste intimide un virus. En revanche, de nombreuses femmes dirigeantes ont «mis l’accent sur la compassion et la patience plutôt que sur la guerre et la victoire», adoptant ainsi une approche plus humaine qui donne la priorité à la santé et à la sécurité des vies humaines plutôt qu’au désir de paraître «dure».

Les expériences de vie des femmes éclairent également leur réponse à une crise. Composées de la majorité des travailleurs essentiels et des nouveaux chômeurs, les femmes peuvent avoir une réponse plus empathique à la pandémie. Les femmes de couleur «sont peut-être plus sensibles à l'impact disproportionné du virus sur les communautés marginalisées que les personnes qui n'ont jamais eu à penser à la marginalisation auparavant».

Pour les femmes leaders dans la pandémie, ces expériences mettent en lumière la gravité de la situation tout en favorisant des solutions compatissantes et collaboratives pour surmonter la crise.

Le Girls LEAD Act

Le succès des femmes dirigeantes dans la lutte contre la pandémie a mis en évidence une chose: les femmes devraient bénéficier de plus grandes opportunités politiques et de leadership. Le projet Borgen soutient le Girls LEAD Act, qui vise à «renforcer la participation des adolescents, en particulier des filles, à la démocratie, aux droits de l'homme et à la gouvernance».

La loi vise à élargir les possibilités des filles en mettant en œuvre «des activités visant à accroître les connaissances et les compétences civiques et politiques des adolescentes et à éliminer les obstacles à la participation politique». Il offre également «un financement de l'aide étrangère pour les programmes de démocratie, de droits de l'homme et de gouvernance».

Les femmes leaders dans la pandémie ont souligné l'importance d'ouvrir des opportunités pour les femmes par le biais d'une législation telle que le Girls LEAD Act. La capacité des femmes à participer à la politique et à accéder à des rôles de leadership est non seulement d’une importance capitale pour l’égalité des sexes, mais aussi impérative pour la santé et la sécurité de notre monde.

– Jessica Blatt
Photo: Wikimedia

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *