Catégories
Solidarité et entraide

Les applications pour smartphones améliorent l'agriculture en Afrique

Apps Améliorer l'agriculture en Afrique

Alors que l'Afrique évolue vers une économie fondée sur la connaissance, le développement de nouvelles applications pour smartphones ouvre la voie à des améliorations agricoles. Les applications ont le potentiel de créer des prix plus bas pour les consommateurs. Ils aident également les agriculteurs à utiliser la production pour maximiser la quantité qu'ils produisent. Les modèles conventionnels conduisent souvent les agriculteurs sur la mauvaise voie en raison de fausses informations. En conséquence, les graines fausses et non recommandées augmentent de croissance. Heureusement, il existe plusieurs applications pour smartphones améliorant l'agriculture en Afrique.

Avantages des applications par rapport aux modèles conventionnels

Les applications ont la capacité d'améliorer les données et de fournir des commentaires sur chaque récolte. Ces données améliorent la démocratisation et orientent les politiques visant à améliorer les moyens de subsistance des petits agriculteurs. Les applications mobiles ont également la possibilité de permettre aux enfants d'agriculteurs de reprendre l'entreprise de parents âgés. Une tendance émergente montre que les jeunes commencent à considérer l'agriculture comme inintéressante et inefficace. Ils estiment également souvent qu'une carrière dans l'agriculture n'a aucune chance de mobilité sociale ascendante. En conséquence, l'âge moyen des agriculteurs africains est de 60 ans. En revanche, l'âge médian sur le continent est de 19 ans. La numérisation de l'agriculture assure l'avenir de l'Afrique dans son ensemble, en veillant à ce que la population jeune croissante ne soit pas seulement disposée à pour reprendre l'entreprise, mais a également la sécurité de le faire. Les applications contribuent également à améliorer la chaîne de valeur. Les agriculteurs n'ont souvent aucun lien avec les acheteurs. En outre, ils ignorent souvent les prix et les conditions qui existent sur le marché en dehors de leur propre récolte. Il en résulte une insuffisance de prix et une insécurité. Toutefois, l'utilisation d'applications conçues pour améliorer l'agriculture crée une chaîne de valeur plus organisée et interconnectée. Cela, à son tour, éloigne l'Afrique d'un système d'offre et de demande fragmenté.

GeoFarmer

GeoFarmer est l'une de ces applications qui révolutionne l'agriculture. En utilisant la technologie de communication Internet (TIC), les agriculteurs peuvent gérer leur ferme et leurs cultures en communiquant leurs expériences globales avec d'autres agriculteurs et experts. Cette communication fluide permet aux agriculteurs d'apprendre des expériences positives et négatives des autres, de mieux améliorer leur rendement et de réduire les risques. De nombreux programmes TIC sont encore hors de portée pour une grande partie des agriculteurs en raison de problèmes d'utilisation et de coût. GeoFarmer, cependant, est une alternative rentable à cela. Les agriculteurs peuvent utiliser l'application hors ligne ou dans les zones rurales avec un mauvais service. En utilisant des services de données bidirectionnels en temps quasi réel, les agriculteurs peuvent co-innover et améliorer leurs performances.

Pix Fruit

Pix Fruit est une application développée conjointement par le Cirad et l'Institut sénégalais de recherche agricole. L'application réduit la longueur de la chaîne d'approvisionnement, ce qui permet de réduire les coûts pour les consommateurs. Lors de la culture de fruits tels que les mangues, les agriculteurs estiment leur récolte en devinant la quantité de fruits dans une plantation en comptant un seul arbre et en l'appliquant à l'ensemble de la ferme. L’équipe de recherche de Pix Fruit a noté que la marge d’erreur pour cette méthode pouvait atteindre un facteur 10. Cela signifie que les agriculteurs perdent une grande partie de leurs bénéfices en n’ayant pas de méthode de comptage efficace. La solution de Pix Fruit est simple. Les agriculteurs prennent d'abord une photo du fruit sur une sélection d'arbres à l'aide de leur smartphone. L'application utilise ensuite la technologie de reconnaissance des fruits – en collaboration avec les données des drones qui contiennent des informations sur le climat, les contraintes de vente et le sol – pour calculer la récolte globale probable. Cette technologie aide les agriculteurs à connaître la vraie valeur de leur récolte. Cela se traduit par une augmentation de la capacité des agriculteurs à négocier un prix équitable.

TruTrade

TruTrade est une autre des applications améliorant l'agriculture en Afrique. Cette application vise à aider à fournir des prix équitables aux agriculteurs. En se concentrant sur l'Ouganda et le Kenya, TruTrade est une ressource pour les agriculteurs pour en savoir plus sur la vraie valeur de leurs récoltes et les prix du marché. L'application fournit également des informations sur les nouveaux marchés de consommation. En outre, il fonctionne comme un système de transaction de paiement. En raison du système de paiement mobile, les femmes ont déclaré que l'application les aidait à se sentir plus autonomes car elles n'avaient plus peur que quelqu'un leur vole tout en transportant de l'argent sur le marché. La mission de TruTrade est de créer des réseaux d'approvisionnement d'agents villageois viables qui peuvent négocier des accords au nom des petits agriculteurs. Les agriculteurs apportent leur récolte à un point de collecte, où quelqu'un pèse la récolte et vérifie sa qualité. TruTrade paie ensuite l'agriculteur directement sur son appareil mobile. Une fois que l'agriculteur a reçu le paiement, TruTrade livre le produit final à l'acheteur.

La voie à suivre

GeoFarmer, Pix Fruit et TruTrade ne sont que quelques-unes des nombreuses applications améliorant l'agriculture en Afrique. Alors que les développeurs cherchent encore des moyens de mettre les produits TIC à la disposition de tous les agriculteurs à travers l'Afrique, beaucoup ont fait de grands progrès pour créer un système plus interconnecté, ce qui en fin de compte profite à la fois à l'acheteur et au vendeur.

– Laurel Sonneby
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *