Catégories
Solidarité et entraide

L'égalité des sexes en Éthiopie progresse

Égalité des genres en Éthiopie

L'Éthiopie fait face à de nombreuses difficultés, mais le pays d'origine du café a également de nombreuses réalisations. La progression continue de l'égalité des sexes en Éthiopie en est une. Les rôles sexospécifiques constituent une partie importante de la culture éthiopienne. C’est aussi la principale raison de l’extrême pauvreté de nombreuses familles. Cependant, grâce à la réforme des politiques et à la promotion de la participation politique des femmes, un changement notable s’est produit pour combler le fossé entre les femmes et les hommes.

Les réformes politiques encouragent l'égalité des sexes en Éthiopie

Grâce à deux réformes, les recherches suggèrent que la promotion de l'égalité des sexes en Éthiopie est devenue très faisable.

Une réforme est le Code de la famille, qui a été révisé en 2000 avec de nouveaux développements. La version réévaluée du Code de la famille stipule que les femmes bénéficient de droits égaux tout au long du mariage. Cela concerne toute la durée de leur mariage, la durée du divorce et après la finalisation du divorce. Les révisions notent également que les individus doivent partager également tous les actifs. En conséquence, le rapport indique que les femmes étaient moins susceptibles de s’impliquer dans le travail domestique. Au lieu de cela, les femmes ont trouvé un emploi plus durable en dehors du ménage, ce qui encourage leur indépendance.

La deuxième réforme est l’enregistrement foncier communautaire, qui a été lancé en 2003. La population éthiopienne a de fortes normes sexospécifiques qui tendent à favoriser les hommes et les femmes subalternes aux postes de pouvoir. Les résultats de la recherche ont montré qu'à mesure que les femmes migrent du nord de l'Éthiopie vers la région du sud, elles ont tendance à perdre leur statut social et familial. Les femmes se voient également retirer leur «pouvoir de négociation», qui peut être lié aux droits de propriété et à la propriété. Cependant, cette réforme met l'accent sur la mise en œuvre des droits de propriété des femmes mariées en créant une «certification conjointe».

La propriété est un signe significatif de l'indépendance de l'Éthiopie. Cependant, les hommes sont généralement propriétaires de la terre lors des mariages. Cette réforme s'oppose à cette norme sexospécifique en Éthiopie et permet aux femmes d'accéder à des opportunités économiques et politiques. Lorsque les femmes possèdent des terres, cela augmente leurs chances de gagner de l'argent et de contrôler leur propre vie. Les règles fixées par leur mari n'ont plus à les confiner. Ils sont également moins susceptibles d'être victimes de violence domestique. Les femmes éthiopiennes qui possèdent des biens sont beaucoup moins susceptibles d'être victimes de violence domestique au sein de leur mariage que les femmes qui ne possèdent pas de biens.

La participation politique des femmes augmente

Les femmes représentent actuellement 37% des congrès en Éthiopie. Si l'on considère que seulement 22% des femmes représentaient au congrès en 2010, il y a eu des progrès significatifs depuis. Cependant, la précision et la fiabilité du gouvernement éthiopien resteront en question jusqu'à ce que les femmes représentent au moins 50% des sièges parlementaires.

Le pays doit également rendre les carrières politiques plus accessibles aux femmes. La «peine de maternité» oblige les femmes à s’acquitter de tâches et responsabilités familiales constantes, telles que l’allaitement maternel et être toujours présentes pour les enfants. Des devoirs maternels interminables peuvent entraver leur carrière politique potentielle en raison du temps que cela prend. Cela est particulièrement vrai si le mariage d’une femme est fondé sur de fortes croyances religieuses. Certaines croyances religieuses en Éthiopie ont tendance à interdire aux femmes d’avoir l’indépendance qu’elles méritent et à entraver leurs capacités de prise de décision.

DCA

En Éthiopie, les femmes sont perçues comme celles qui doivent être dirigées et non comme celles qui dirigent. Cependant, la progression des dernières années contredit cette idée. L'organisation DCA (Dan Church Aid) insiste sur l'idée de l'autonomisation des femmes. Ils soutiennent et répandent la conviction que chaque femme mérite des droits humains fondamentaux «économiquement, socialement et culturellement».

DCA a été créée en 1995 pour promouvoir l'égalité des sexes en Éthiopie. Depuis lors, l’organisation a aidé plus de 3,2 millions de personnes dans les pays les plus pauvres du monde, privées d’opportunités quotidiennes. En raison de la contribution continue de la DCA et de la reconnaissance du gouvernement éthiopien concernant l’encouragement de l’égalité des sexes, les femmes éthiopiennes peuvent chercher davantage de positions politiques et combler ces écarts entre les sexes au sein des communautés.

Montana Moore
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *