Catégories
Solidarité et entraide

Le taux de mortalité maternelle continue de baisser au Laos

Mortalité maternelle au LaosIl est difficile d'imaginer comment l'accouchement peut être fatal pour tant de femmes dans le monde. Cependant, même en 2021, la mortalité maternelle reste un problème important, en particulier dans les pays en développement où la médecine moderne est rare et les installations médicales ne sont pas facilement accessibles. Heureusement, ces taux de mortalité maternelle sont en baisse partout dans le monde, en particulier au Laos.

Complications à la naissance au Laos

Le Laos, ou République démocratique populaire lao, est une nation enclavée entre la Thaïlande et le Vietnam. Avec une population de 7,2 millions d'habitants, le pays souffre d'un taux de fécondité en baisse. En 2020, les femmes au Laos avaient en moyenne 2,7 enfants, mais ce taux avait plus que doublé il y a à peine 30 ans. En plus de l'infertilité, les femmes au Laos sont plus à risque de complications à la naissance. Selon les Nations Unies, une mère risque de mourir au Laos en raison de complications liées à l’accouchement et à l’après-accouchement est de un sur 150. Ce nombre est particulièrement alarmant par rapport aux statistiques en Europe, où le risque de décès d’une femme est de un sur 3400.

Baisse des taux de mortalité maternelle

Depuis le début du millénaire, les taux de mortalité maternelle ont considérablement baissé dans le monde entier en raison de la diffusion de la médecine moderne. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux de mortalité maternelle a baissé d'environ 38% dans le monde en moins de 20 ans. Des statistiques encourageantes similaires émergent du Laos. Eksavang Vongvichit, ancien ministre de la Santé du pays, évoque les progrès du Laos dans la lutte contre ce problème: «Nous sommes à la troisième place mondiale en termes de réduction du taux de mortalité maternelle… Nous avons ramené le nombre de décès maternels de 450 sur 100 000 naissances vivantes jusqu'à 220. »

La lutte en cours contre la mortalité maternelle au Laos

La mortalité maternelle est une réalité plus fréquente dans les pays en développement. En moyenne, les femmes des pays à revenu faible ou intermédiaire sont plus susceptibles de mourir pendant ou immédiatement après la grossesse que les femmes des pays développés. C'est en grande partie parce que de nombreux décès liés à la naissance résultent de causes facilement évitables, notamment des saignements graves, des infections, une pression artérielle élevée, des complications liées à l'accouchement et des avortements à risque.

Pour éviter de tels décès évitables, de nombreuses organisations caritatives et ONG travaillent à mieux éduquer les agents de santé reproductive dans les pays en développement. Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) est un excellent exemple de ce travail, étant stationné au Laos et dans d’autres pays en développement du monde entier. Au Laos, le programme a aidé le Ministère de la santé à créer de meilleurs programmes de formation pour les volontaires et les sages-femmes en soins de la reproduction. Cette éducation comprend la sensibilisation des mères à la planification familiale appropriée, qui couvre la durée nécessaire pour espacer les grossesses et prévenir les grossesses non désirées. Non seulement une telle éducation évitera des décès inutiles, mais elle aidera également les familles à bien planifier l’avenir pour briser le cycle de la pauvreté.

Avec la poursuite de la mise en œuvre de la médecine moderne et de l’éducation en matière de procréation dans les pays en développement, il y a de grands espoirs que le taux de mortalité maternelle continuera de baisser au Laos.

– Amanda J. Godfrey
Photo: Unsplash

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *