Catégories
Solidarité et entraide

Le hajj s'est poursuivi malgré les limitations du COVID-19

Le hajj a continué malgré le COVID-19La Mecque, épicentre et cinquième pilier de l'islam, a accueilli environ 2 millions de musulmans ces dernières années. Cependant, en raison du COVID-19, ils ont dû le réduire en 2020. Avec 1,8 milliard de musulmans dans le monde, le Hajj est obligatoire au moins une fois dans sa vie. Cette année, le Royaume d'Arabie saoudite a limité le pèlerinage annuel aux résidents musulmans résidant dans le pays. Un millier de musulmans environ ont participé à une tentative sans précédent d'atténuer les foules et de propager le virus. Le nombre de pèlerins alloué a augmenté pour assurer la poursuite du Hajj malgré le COVID-19.

Omra suspendu

La Omra est un pèlerinage volontaire que les musulmans peuvent suivre à tout moment et ne dure souvent que deux heures. Des millions de personnes le réalisent chaque année en raison de sa courte durée et de son faible coût. Il est différent du Hajj, qui est plus long et obligatoire pour tous les musulmans mais souvent limité par les capacités physiques et les finances.

En mars, l'Arabie saoudite a signalé sa première infection à coronavirus confirmée dans le royaume. Un homme qui s'est rendu en Iran, qui était à l'époque l'épicentre viral de la région, est retourné en Arabie saoudite et a été mis en quarantaine immédiatement après le diagnostic. Le royaume a répondu à l'augmentation du taux d'infection en suspendant la Omra jusqu'à nouvel ordre. Depuis août, le COVID-19 a retardé les visites des lieux saints de Médine et de La Mecque pour la Omra indépendamment de la résidence, du visa ou de la nationalité. De plus, les voyageurs qui possèdent un visa Omra ne seront pas autorisés à entrer en Arabie saoudite.

Le Hajj a continué malgré le COVID-19

Au 14 août, l'Arabie saoudite comptait près de 296000 cas de COVID-19 avec un excédent de 3338 victimes. En conséquence, le Hajj, l'événement principal de la foi islamique, connaîtra un ralentissement dramatique en 2020 – le premier depuis des décennies. L’Arabie saoudite compte 29 millions d’habitants, mais seuls 1 000 musulmans ont été initialement autorisés à participer au pèlerinage de cette année en raison de la pandémie.

Muhammad Saleh bin Taher Benten, ministre du Hajj et de la Omra, a déclaré que le pèlerinage de 2020 sera exceptionnel en raison de la pandémie. Cependant, il a assuré que la région mettrait en œuvre des mesures de précaution strictes pour s'assurer que les pèlerins restent en bonne santé pendant le Hajj. Le pays a également traversé un processus de sélection intense avec une période de quarantaine requise à l'entrée dans les villes saintes. La quarantaine était obligatoire à l'entrée et à la sortie. Le Hajj s'est poursuivi malgré le COVID-19, mais les responsables voulaient le rendre aussi sûr que possible.

La participation

Le pèlerinage annuel s'est officiellement terminé le dimanche 2 août, avec un taux de participation plus important que prévu. Par conséquent, Hajj a continué malgré le COVID-19. Les autorités ont autorisé 10 000 pèlerins à imposer une distanciation sociale entre les Saoudiens locaux et les étrangers présents. Les autorités ont assuré la sécurité en exigeant que les pèlerins portent un masque facial et un bracelet électronique pour suivre leurs mouvements. Après le pèlerinage, les responsables de la santé ont administré des tests de coronavirus et ont exigé que tous les participants soient mis en quarantaine. En outre, les autorités saoudiennes ont ordonné un assainissement approfondi du site pour réduire tout risque de contagion.

– Michael Santiago
Photo: Needpix

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *