Catégories
Solidarité et entraide

Le déficit de financement actuel de l'épidémie d'Ebola

Écart de financement en cas d'épidémie d'Ebola
Au milieu des efforts pour supprimer les effets du coronavirus, la République démocratique du Congo (RDC) fait maintenant face à sa 11e épidémie d'Ebola depuis la découverte de la maladie en 1976. L'épidémie actuelle a officiellement commencé le 1er juin 2020 – causant 24 décès et en récoltant l'attention des responsables gouvernementaux et des agences internationales, telles que l'Organisation mondiale de la santé. Le début de cette épidémie coïncide avec la fin de la 10e épidémie, qui s'est terminée à peine 25 jours plus tôt. Le fait qu'elle survient alors qu'une grande partie du monde international se concentre sur la protection contre la propagation du nouveau coronavirus complique encore davantage la dernière épidémie. En conséquence, il existe un déficit de financement de l'épidémie d'Ebola pour ce qui est nécessaire pour protéger suffisamment les citoyens de la RDC contre la propagation d'Ebola.

Le trou

L'OMS rapporte que les 1,75 million de dollars collectés jusqu'à présent ne dureront pas assez longtemps pour mettre fin à l'épidémie actuelle. L'organisation estime que l'argent ne durera que quelques semaines de plus et que l'emplacement unique de l'épidémie (dans une partie plus boisée du pays) est trop coûteux pour envoyer régulièrement des responsables de la santé.

Ce manque de financement pourrait être un pas en arrière pour les progrès du pays dans la lutte contre la maladie. Une épidémie en 2018 n'a tué que 33 personnes, mais de 2014 à 2016, 11000 personnes sont décédées des suites de la maladie. La principale différence entre les deux périodes était le niveau de préparation et les fonds d'urgence sur lesquels s'appuyer, qui diminuent désormais tous deux en raison de l'écart estimé.

Le déficit de financement pourrait avoir un impact direct sur l'éclosion actuelle et devenir un facteur important du potentiel de nouvelles éclosions. Par exemple, la récurrence des épidémies est due à la présence du virus chez les animaux à travers le pays. Par conséquent, il y aura très probablement une autre flambée pour laquelle l'OMS doit être préparée.

Aide des États-Unis?

Les États-Unis ont fait don de plus de 600 millions de dollars pour empêcher la propagation et minimiser les ravages des précédentes épidémies de la maladie, en RDC. Cet argent a servi à la construction et à la gestion des établissements de santé, au suivi de la propagation de la maladie et à l’élaboration de plusieurs mesures de sécurité pour les citoyens du pays. Ces fonds ont également été utilisés pour développer les deux vaccins efficaces contre Ebola et pour transférer les doses aux citoyens dans le besoin. Seule une fraction de cet argent pourrait compenser le manque de financement dont la partie occidentale de la RDC a besoin aujourd'hui. Pourtant, la plupart des efforts et des dons étant destinés au soulagement du coronavirus, très peu d'attention a été accordée à l'épidémie actuelle. Ce manque d'attention contribue au déficit de financement actuel de l'épidémie d'Ebola.

Menaces imminentes et rester vigilant

Un grand défi avec cette maladie est qu'elle pourrait se propager rapidement en l'absence de vaccin. Les responsables de la santé vaccinent généralement en utilisant une méthode de l'anneau, ce qui signifie qu'ils traitent les personnes proches du centre de la maladie. Sans les fonds nécessaires pour diffuser le vaccin, les taux d’infection du pays pourraient augmenter considérablement.

Les responsables sont conscients de cet avenir potentiel, comme le déclare le Directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, «C'est un rappel que le COVID-19 n'est pas la seule menace pour la santé des personnes. Bien qu'une grande partie de notre attention soit portée sur la pandémie, l'OMS continue de surveiller et de répondre à de nombreuses autres urgences sanitaires. » D'autres pays et organisations sont exhortés à adopter cet état d'esprit. L'aide des États-Unis pourrait s'avérer une aide significative dans la prévention des pertes en vies humaines en RDC en comblant le déficit de financement de l'épidémie d'Ebola.

Aiden Farr
Photo: Pixbay

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *