Catégories
Solidarité et entraide

L'Afrique utilise les ressources de la poliomyélite pour lutter contre le COVID-19

Ressources sur la polio en Afrique
L'Afrique utilise ses ressources sur la polio pour trouver des solutions créatives à la nouvelle pandémie. Le COVID-19 a interrompu l'emploi de nombreux Africains et placé des souches sur les laboratoires internationaux de lutte contre la polio. Ces laboratoires sont membres du Global Polio Laboratory Network. Par conséquent, les organisations de santé utilisent maintenant les ressources de la poliomyélite pour lutter contre le COVID-19 dans les pays africains. Confrontés déjà à de nombreux défis, ces groupes doivent trouver un équilibre entre la lutte contre le COVID-19 et l'administration continue de vaccins contre la polio.

Éradication de la polio en Afrique

De vastes quantités de recherche mondiale contribuent à l'éradication de la polio en Afrique. Il convient de modifier ces stratégies efficaces dès maintenant pour lutter contre le COVID-19. En fait, les attentes ont déterminé que le Nigéria serait officiellement exempt de la maladie entre mars et juin 2020. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé en juillet 2020 que le Nigéria était le dernier pays africain où la polio était endémique, mais que la poliomyélite n'est plus Pays africains.

Méthode d’atténuation du COVID-19 de l’OMS

L'OMS lutte contre le COVID-19 grâce à 16 centres de dépistage de la poliomyélite dans 15 pays. Pour ce faire, il a reconfiguré les machines qu'il utilisait à l'origine pour afficher les symptômes de la polio avec des données COVID-19. Ces appareils de téléphonie cellulaire ont les coordonnées des équipes de sensibilisation, ce qui facilite le suivi des données. Un autre exemple de l’utilisation par l’Afrique des ressources consacrées à la poliomyélite est un centre de sensibilisation mis en place à Brazzaville (2017). Le centre de recherche aide les pays avec une technologie de conservation des données pour lutter contre le COVID-19.

Éradication du COVID-19 au Soudan et en Somalie

Le programme d'éradication de la poliomyélite de l'OMS dispense une formation dans 14 États de la République du Soudan. Cette formation permet aux citoyens des sept localités de la République du Soudan (Khartoum, Ombada, Omdurman, Karary, Bahri, Sharq Elnil et Jabal Awliya) d'aider les victimes potentielles du COVID-19. Les bénéficiaires de la formation sont des travailleurs essentiels de première ligne formés aux comportements sains, à la surveillance COVID et à l'interprétation des données COVID. Les sessions de formation ont permis à plus de 300 personnes d'intervention rapide, qui ont toutes été testées de manière satisfaisante tout en démontrant leurs compétences.

Les difficultés actuelles telles que la distanciation sociale et la disponibilité minimale de masques faciaux et d'essence font qu'il est difficile de continuer à servir les patients qui ont besoin d'être vaccinés contre la polio. La pénurie de ressources rend également difficile de fournir des diagnostics aux personnes potentiellement touchées par le COVID-19. L'Afrique utilisant les ressources de la poliomyélite pour lutter contre le COVID-19, les vaccinations contre la polio elles-mêmes ont dû passer au second plan. Ces programmes retrouveront une importance régulière lorsque cela est possible. De nombreux enfants ont encore besoin de se faire vacciner régulièrement pour maintenir le statut de la poliomyélite «éradiquée» en Afrique, sinon ils pourraient être sensibles à la maladie.

La formation de l'OMS en Somalie responsabilise les travailleurs et permet au personnel d'éduquer la communauté. Les équipes de lutte contre la polio forment et éduquent les Somaliens sur les techniques et l'importance de signaler les cas suspects de COVID-19. Les associés du programme d'éradication de la poliomyélite peuvent ensuite continuer à envoyer des échantillons de matières fécales aux laboratoires pour analyse. Ces mêmes techniques utilisées pour l'éradication de la poliomyélite ont permis aux équipes de démarrer en avril 2020.

La raison pour laquelle l'Afrique doit continuer de surveiller la polio et le COVID-19

Si les techniques de dépistage de la polio et du COVID-19 sont similaires, les maladies ne le sont pas. L'Afrique, bien que récemment déclarée exempte de polio, doit continuer à surveiller les deux maladies et recentrer son attention sur la polio après la pandémie. La poliomyélite comporte de nombreux dangers: elle attaque les enfants, elle est très contagieuse et laisse les individus paralysés, le tout avec un risque élevé de décès. La poursuite des vaccinations est le seul espoir de garder l'Afrique exempte de polio.

Les laboratoires de lutte contre la poliomyélite doivent redoubler d'efforts contre le COVID-19 pour se concentrer de nouveau sur la vaccination contre la polio. Le président nigérian Mohammadu Buhari a augmenté le financement de la poliomyélite en 2016. Ses efforts soulignent comment l'élimination de la maladie permet à un pays de continuer à tirer parti de ces ressources. La pandémie de COVID-19 est un obstacle majeur à la sécurité de l’Afrique contre la polio.

DeAndre ’Robinson
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *