Catégories
Solidarité et entraide

La réalité des droits des femmes en Corée du Nord

Droits des femmes en Corée du Nord
Les droits des femmes sont un problème mondial qui ne manque jamais de persister. L'égalité des sexes n'est pas quelque chose que les pays peuvent facilement gagner et même les gouvernements les plus progressistes ne peuvent pas toujours garantir un traitement équitable. Beaucoup considèrent la Corée du Nord comme l'un des pays les plus réprimés au monde, la Commission d'enquête des Nations Unies ayant déterminé qu'elle violait systématiquement et de manière flagrante les droits de l'homme en 2014. L'enquête a révélé que l'État était coupable de torture, d'arrestation arbitraire et disparitions et dénier systématiquement les droits de l'homme et les libertés fondamentales. Nombre de ces innombrables violations se sont produites dans des camps de prisonniers ou des centres de détention, les femmes nord-coréennes étant la victime la plus courante. Voici quelques informations sur les droits des femmes en Corée du Nord.

La situation

Alors que l’État a adopté une loi sur les droits des femmes en 2010 en réponse à un examen international, en tant que pays politiquement isolé, la mise en œuvre de ces politiques est douteuse. Les enquêtes menées par le COI des Nations Unies ont prouvé non seulement que la Corée du Nord n'avait pas mis en œuvre les politiques, mais que les circonstances auraient même pu s'aggraver ces dernières années.

Un rapport de l’Alliance des citoyens nord-coréens pour les droits de l’homme a déterminé qu’il n’y avait pas de changements pratiques en ce qui concerne l’accès des femmes au travail, aux salaires, à la sécurité sociale, aux soins médicaux ou à l’éducation. Beaucoup de ces ressources restent réservées à ceux qui ne peuvent pas payer les frais de scolarité, ce qui rend les choses typiques telles que la garde d'enfants ou l'enseignement supérieur uniquement accessibles aux femmes employées par l'État. Même lorsqu'elles sont employées, les femmes subissent souvent une discrimination intense sur le lieu de travail et doivent démissionner pour subvenir aux besoins de leur famille.

La prévalence de la violence sexuelle

La culture patriarcale existe en Corée du Nord socialement et politiquement. Les métiers dominés par les femmes sont soumis à de lourdes restrictions et sont vulnérables à des frais incessants. Il est très difficile pour les femmes de gagner un revenu indépendant et nombre d'entre elles sont souvent totalement dépendantes de leur mari ou de leur famille. Les femmes employées sont souvent victimes de violences sexuelles de la part de leurs collègues masculins ou de leurs employeurs et ne bénéficient d'aucune protection de l'État. Les circonstances sont encore plus difficiles dans les centres de détention et les prisons, où les agressions sexuelles sont une pratique courante. Les gardiens, les agents de police et les codétenus forcent souvent les femmes de ces établissements à se soumettre. Lorsqu'elles sont agressées, les victimes sont également souvent blâmées pour la violence qui leur est infligée.

La réalité des droits des femmes en Corée du Nord ne correspond pas aux efforts politiques du pays en matière d’égalité des sexes. La loi de 1946 de la RPDC sur l’égalité des sexes est l’un des premiers exemples de loi globale sur l’égalité des sexes, mais les femmes nord-coréennes se sont constamment battues pour maintenir leur indépendance tout au long de l’histoire de leur pays.

Une analyse juridique de la loi nord-coréenne de 2010 sur les droits des femmes montre que l’État n’a pas la réelle volonté de faire respecter l’égalité des sexes. Le langage du document lui-même est beaucoup trop vague pour garantir la mise en œuvre de la politique. Il ne définit pas l'égalité des sexes ou les problèmes actuels qui affligent les femmes en Corée du Nord et se concentre sur l'égalité formelle plutôt que sur quoi que ce soit de fond. Le document ne contient aucune déclaration claire sur l'interdiction du harcèlement sexuel, un accès fiable aux soins de santé, le droit à l'avortement, l'égalité des droits de participer à des organisations non gouvernementales ou la suppression des stéréotypes de genre dans l'éducation et les médias. Sans politique claire, il est difficile de garantir les droits des femmes en Corée du Nord.

Solutions

Il n’existe pas d’organisations spécifiques qui militent uniquement pour l’amélioration des droits des femmes en Corée du Nord, mais la sensibilisation à elle seule peut conduire au changement. L'isolement politique a permis à la Corée du Nord d'ignorer les questions d'égalité, mais soutenir les histoires de ses femmes empêche l'effacement du problème. Suivre les enquêtes des organisations de défense des droits humains, telles que l'Alliance des citoyens pour les droits humains nord-coréens, est un bon moyen d'assurer la mise en œuvre de la politique et la reconnaissance des problèmes actuels qui affectent les femmes nord-coréennes.

Une autre bonne organisation à soutenir est Liberty en Corée du Nord (LiNK). Des rapports de 2017 ont déterminé que plus de 1000 Nord-Coréens font défection chaque année. L’expérience de la tentative de quitter l’État peut être très traumatisante pour les femmes qui ont quitté l’État, et leur expérience des autres les faisant passer clandestinement à travers les frontières pose de nombreux problèmes de sécurité. Les femmes nord-coréennes qui tentent de faire défection se retrouvent souvent dans des centres de détention ou ne trouvent pas de refuge sûr. LiNK fournit non seulement un soutien pour le sauvetage et la réinstallation des réfugiés, mais travaille également activement pour changer le récit de la Corée du Nord. En détournant l'attention du gouvernement, qui domine l'image du pays, LiNK s'efforce d'attirer l'attention sur les expériences du peuple nord-coréen.

Il faut encourager le changement en élevant la voix des femmes nord-coréennes et en écoutant activement leurs histoires. Une fois que cela se produit, les droits des femmes en Corée du Nord peuvent s’améliorer.

– Ida Casmier
Photo: Unsplash

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *