Catégories
Solidarité et entraide

La question de la traite des êtres humains en Afrique subsaharienne

Traite des êtres humains en Afrique subsaharienne
La traite des êtres humains est un problème mondial qui touche presque tous les pays. Les pays peuvent vivre la traite de deux manières différentes: soit la victime peut être originaire de cette région, soit le cercle de la traite peut y fonctionner. En Afrique subsaharienne, les victimes sont venues de plus de 60 pays, certains situés en dehors du continent africain. Ce problème affecte la race humaine dans son ensemble plutôt que simplement la vie d'un sexe ou d'une ethnie spécifique. En raison de la corruption généralisée dans le système juridique africain, beaucoup considèrent la traite des êtres humains comme un crime organisé à faible risque, une croyance qui a fait de la traite l’une des entreprises illégales les plus rentables. Voici quelques informations sur la traite des êtres humains en Afrique subsaharienne.

La situation

Bien que la plupart des gens associent la traite des êtres humains à l'exploitation sexuelle, en Afrique subsaharienne, moins d'un tiers des victimes de la traite que les autorités ont identifiées ont été capturées avec cette intention. Au lieu de cela, tant les garçons que les filles, qui représentent plus de la moitié des victimes de la traite sub-saharienne, ont travaillé dans le travail forcé. Les parents donnent généralement ces enfants, que les trafiquants ont forcés à effectuer des travaux physiques, en raison de la pauvreté et de l’ignorance des véritables intentions du trafiquant. En règle générale, les parents s'attendent à ce que leur enfant revienne avec un salaire qui améliorerait la stature économique de la famille, mais dans de nombreux scénarios, ces enfants reçoivent très peu de salaire et deviennent sous contrat de travail forcé dans des endroits comme la Mauritanie.

Trois types différents de traite des êtres humains se produisent en Afrique subsaharienne. La traite des enfants, qui comprend le travail agricole et le travail domestique, est le type le plus courant de traite des êtres humains en Afrique subsaharienne. Elle a tendance à se produire dans des pays comme le Bénin, le Ghana, le Nigéria, le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Togo. Ils approvisionnent le Gabon, la Guinée équatoriale, la Côte d’Ivoire, le Congo et le Nigéria. Bien que moins susceptibles, les trafiquants peuvent transporter des femmes et des jeunes en dehors de la région pour se livrer à des comportements sexuels explicites. De plus, les trafiquants peuvent transporter d'autres femmes dans toute la région pour contribuer à l'industrie nationale du sexe.

Le trafic a eu un impact mondial écrasant. Selon le bilan des Nations Unies, 2,5 millions de personnes se livrent au travail forcé ou à l'exploration sexuelle à un moment donné. Sur ce chiffre, 130 000 personnes, soit 5,2%, sont originaires de pays subsahariens. Ainsi, dans ces régions africaines, l'industrie de la traite des êtres humains a généré un revenu de 1,6 milliard de dollars, ce qui démontre qu'il s'agit d'une entreprise criminelle massive.

Solutions

La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée a ajouté deux protocoles connexes, l'un étant le Protocole des Nations Unies visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, qui est le premier instrument juridiquement contraignant définissant la traite des êtres humains. «Le Protocole contient des dispositions sur une série de questions, notamment la criminalisation, l'assistance et la protection des victimes, le statut des victimes dans les États d'accueil, le rapatriement des victimes, les mesures préventives, les actions visant à décourager la demande, l'échange d'informations et la formation, et mesures visant à renforcer l’efficacité des contrôles aux frontières. »

L’autre protocole créé par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime est le Protocole des Nations Unies contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer. Ce protocole spécifique vise à prévenir le trafic de migrants ainsi que l'exploitation qui en découle habituellement, en favorisant la coopération entre les États parties pour protéger les droits de ces migrants. Ces deux traités établissent des modèles internationaux pour d'autres lois contre la traite des êtres humains et les pays signataires acceptent de s'engager par les actions internationales nécessaires.

Ces traités ont également inspiré d'autres initiatives, telles que l'Initiative mondiale des Nations Unies pour lutter contre la traite des êtres humains (UN.GIFT), mise en œuvre en 2007. Mieux encore, presque tous les pays situés en Afrique subsaharienne ont signé cette initiative à l'exception de la Somalie et Zaïre. UN.GIFT.HUB affirme que sa mission est de «mobiliser les acteurs étatiques et non étatiques pour éradiquer la traite des êtres humains en réduisant à la fois la vulnérabilité des victimes potentielles et la demande d'exploitation sous toutes ses formes». La lutte contre la traite des êtres humains en Afrique subsaharienne se développe et voir des pays s'unir pour se protéger donne de l'espoir à ceux qui peuvent la percevoir comme une situation désespérée.

– Victoria Mangelli
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *