Catégories
Solidarité et entraide

La pauvreté des Roms en Bosnie-Herzégovine

La pauvreté des Roms en Bosnie-Herzégovine
Depuis la fin de la guerre en 1996, la pauvreté et les difficultés ont marqué la lutte de la Bosnie pour l'indépendance. Cela a fait du pays le deuxième pays le plus pauvre d'Europe, derrière la Bulgarie. Le groupe le plus pauvre de Bosnie est les Roms ou les Roms. Ils luttent pour nourrir leurs ménages et font face à des défis de discrimination et d'isolement. Ils ont perdu tout espoir que le gouvernement les aide. Voici quelques informations rapides et à jour sur l'état actuel de la pauvreté des Roms en Bosnie-Herzégovine.

La pauvreté des Roms en Bosnie-Herzégovine

  • Pauvreté en milieu rural: Les personnes vivant dans les zones rurales de Bosnie sont plus pauvres que la population vivant dans les zones urbaines. Le taux de pauvreté des habitants des zones rurales est de 19%, les zones urbaines étant de 9%.
  • Pauvreté intergénérationnelle: Le taux de pauvreté intergénérationnelle des Roms en Bosnie est très élevé. Cela est dû au manque de financement, de compétences ou d’éducation de certains ménages nécessaires pour scolariser les enfants du primaire.
  • La discrimination: Les enfants sont le groupe le plus à risque en Bosnie. La discrimination à l'égard des enfants roms crée un obstacle à l'éducation. L'enseignement primaire pour les enfants roms est de 69%. Cependant, d'autres populations du pays ont un taux d'inscription globalement positif, qui est de 98%.
  • Population sans papiers: Les données sur la population de la Bosnie ne tiennent pas compte des Roms, mais estiment entre 25 000 et 50 000 Roms vivant en Bosnie aujourd'hui. En raison des données démographiques ne les reconnaissant pas, un grand nombre de Roms sont sans papiers. En raison de leur absence de papiers d'identité, ils ne sont pas en mesure de jouir pleinement de la citoyenneté ou de recevoir une quelconque aide gouvernementale, selon le Centre européen des droits des Roms.
  • Problèmes de logement: La pauvreté des Roms en Bosnie a récemment fait la une des journaux lorsque les autorités bosniaques ont commencé à menacer les familles roms les plus pauvres. Le camp de Banlozi abrite 46 familles roms qui ont déménagé à Banlozi des quartiers ruraux et urbains. Les familles ont dû déménager en raison de la discrimination et de l'impossibilité de payer leur logement. Les Roms ne peuvent régulièrement pas non plus obtenir de prêts. Par conséquent, cela ne leur laisse aucune option pour acheter leur propre maison. La police fait régulièrement des descentes dans le camp et les autorités commencent à démolir les bâtiments. Le camp est sans eau propre et courante et les parasites l'infestent. Les familles situées dans ces camps reçoivent une faible allocation du gouvernement, une allocation qui ne couvre pas la nourriture, l'éducation ou les soins de santé. Les familles ne reçoivent pas d'autres options de logement après l'expulsion.

Le Centre européen des droits des Roms

La pauvreté des Roms en Bosnie-Herzégovine existe depuis longtemps, avec des problèmes plus médiatisés dans les grandes nations qui la couvrent. Le Centre européen des droits des Roms (ERRC) est une coalition à but non lucratif fondée au milieu des années 1990 par des militants qui recherchaient l'indépendance et la fierté des Roms. L'événement qui les a mis sur la carte a été une victoire historique dans une affaire de brutalité policière impliquant une famille rom en Tchéquie. La famille avait un contrat de location d'appartements dans la ville d'Usti nad Labem. La police et les employés municipaux les ont expulsés de force sans aucune explication. De plus, la police a procédé à la saisie et à la destruction du contrat de location. La police a déclaré avoir déclaré qu'elle allait résilier le contrat et partir en Slovaquie. Cependant, il n'y avait aucune preuve de cette déclaration.

Depuis cette victoire, l'ERRC a éduqué la population sur les procès du peuple rom. Sa mission est de défendre et d'aider la population rom à travers l'Europe. Il a encouragé des changements dans les lois et encouragé la participation avec cinq autres coalitions d'ONG pour un plaidoyer conjoint. La plus grande mesure que l'on puisse prendre pour résoudre le problème de la pauvreté au sein de la population rom est de faire un don et de faire du bénévolat pour l'ERRC.

La lutte pour l'indépendance en Bosnie ne se déroulera pas sans difficultés mais enseigne une leçon sur la façon de maintenir une nation sûre. Le gouvernement de la Bosnie fait face à des luttes contre les superpuissances européennes qui l’entourent. Cependant, ce n'est pas sans faute pour le traitement des Roms.

Corbeau Heyne
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *