Catégories
Solidarité et entraide

La loi sur la modification de la citoyenneté proteste en Inde

La loi sur la modification de la citoyenneté proteste en IndeLe sang, les larmes et les échos des cris perçants emplissent New Delhi, la capitale de l'Inde, depuis des semaines. Les personnes qui participent à des manifestations pacifiques contre la loi d'amendement de la citoyenneté en Inde sont confrontées à la colère d'agents de police violents. La jeunesse indienne est descendue dans la rue pour lutter contre la loi sur la citoyenneté (CAA). La CAA permet la marginalisation de la communauté musulmane en restreignant sa capacité à obtenir la citoyenneté en Inde. Cela a créé un grand inconfort pour bon nombre des 138 millions de musulmans vivant actuellement en Inde, qui représentent environ 13,4% de la population totale.

Le projet de loi semble être le plus avantageux pour les hindous, qui représentent 80,5% de la population indienne. Son introduction a provoqué un tollé national car elle met en évidence l'intolérance religieuse centenaire en Inde. Beaucoup soutiennent que le projet de loi viole l'article 15 de la constitution indienne, qui interdit la discrimination fondée sur la religion, la race, la caste, le sexe ou le lieu de naissance. Le public a établi des similitudes entre la situation actuelle et la partition problématique du Pakistan et de l'Inde.

Comment la CAA affecte-t-elle réellement la citoyenneté?

La CAA précise que les immigrants illégaux du Pakistan, d'Afghanistan et du Bangladesh peuvent recevoir la citoyenneté indienne s'ils ont une preuve de résidence pendant six ans à condition qu'ils s'affilient à des communautés religieuses hindoues, sikhs, bouddhistes, jaïnes, parsi ou chrétiennes. Cependant, les immigrants musulmans des mêmes pays doivent avoir une preuve de résidence depuis au moins 12 ans; il est allégué que cette composante contrevient à l'article 14 (égalité pour tous) et à l'article 15 de la Constitution indienne. Le projet de loi réduit la communauté musulmane à des «citoyens de seconde classe» sur la base de leur seule religion.

Le Premier ministre Narendra Modi a exprimé son mécontentement face aux protestations de la loi d'amendement de la citoyenneté en Inde. Il a défendu le projet de loi, affirmant qu'il n'y avait aucun mal à élever les majorités religieuses en Inde, en particulier parce qu'elles étaient discriminées dans d'autres pays, comme le Pakistan. Son parti, le Parti Bharatiya Janata (BJP), a précédemment promu des politiques et des idéologies qui favorisent les hindous et défavorisent les musulmans.

De plus, les membres du parti ont ouvertement qualifié les musulmans de «terroristes» et ont affirmé que l'hindouisme est la religion dominante. Récemment, le représentant en chef du BJP, le ministre en chef Yogi Adityanath, a affirmé que les manifestations empêchaient l'Inde de devenir une puissance mondiale. Cependant, il n'a offert aucune explication explicite sur la façon dont ils le font. Il est évident que des parties influentes du gouvernement indien soutiennent et promeuvent les sentiments anti-musulmans.

Jamia Millia Islamia, une université de New Dehli avec une population importante d'étudiants musulmans, est un centre de protestations pour la loi sur l'amendement de la citoyenneté en Inde. Malgré le caractère pacifique des manifestations, plusieurs vidéos de harcèlement physique aux mains des forces de l'ordre ont fait surface. Cette séquence montre la police accusant des étudiants de lathis; beaucoup ont critiqué cet acte parce qu'il n'était pas justifié.

La voie de l'égalité: plaidoyers devant la Cour suprême

La sensibilisation aux composantes injustes de la CAA s’est répandue à travers le pays. Pour cette raison, de nombreuses pétitions contre la loi ont été déposées auprès de la Cour suprême de l'Inde. Cette même méthode avait été mise en œuvre précédemment contre l'article 377 de la Constitution indienne, qui criminalisait l'homosexualité. La Cour suprême a ensuite abrogé la loi grâce aux diverses protestations et pétitions déposées à travers le pays.

Alors que le gouvernement continue de défendre le projet de loi, le dernier espoir du public est la Cour suprême, la seule institution qui puisse arrêter la mise en œuvre de la CAA. Le 22 janvier 2020, la Cour suprême n'a pas décidé de suspendre les requêtes déposées contre le projet de loi et a donné au gouvernement central quatre semaines pour répondre. Cela a encore irrité le public et a continué à aider les jeunes à organiser des protestations cohérentes dans tout le pays. Cependant, le 5 mars, la Cour suprême a annoncé qu'elle examinerait les pétitions contre la CAA après avoir résolu les questions relatives aux problèmes de Sabarimala.

La voie empruntée par les manifestants s'est avérée efficace dans le passé. Les jeunes de l'Inde visent à annuler la CAA devant les tribunaux avec la loi de leur côté. Les protestations en vertu de la loi sur la citoyenneté en Inde montrent l’évolution de l’esprit des jeunes du pays. Ces manifestations promettent également de l'espoir à ceux qui sont mis à l'écart par le gouvernement sur la base de la religion. La tolérance religieuse étant désormais une priorité pour la majorité de l'Inde, les pratiques déloyales qui encouragent les inégalités vont inévitablement disparaître. Pour le moment, la Cour suprême décidera si la CAA peut être mise en œuvre en Inde dans les prochains mois.

Mridula Divakar
Photo: Wikimedia Commons

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *