Catégories
Solidarité et entraide

La corrélation entre la pauvreté et la violence sexuelle au Kenya

  Violence sexuelle au Kenya
La violence sexuelle existe dans toutes les sociétés et affecte toutes sortes de personnes. Il ne fait aucune discrimination fondée sur le sexe, la sexualité ou la race. À l'échelle mondiale, on estime qu'une femme sur trois subira des violences sexuelles ou physiques. Cependant, la violence sexuelle au Kenya est encore plus fréquente en raison de son niveau de pauvreté élevé. En 2018, 36,1% de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté.

La relation entre la pauvreté et la violence sexuelle

Il existe de nombreuses raisons et conséquences de la corrélation entre la pauvreté et la violence sexuelle. Voici cinq faits sur cette relation.

  1. Les femmes de tous âges vivant dans la pauvreté sont plus susceptibles d'être exploitées sexuellement et victimes de la traite. Il y a au moins 20,9 millions d'adultes et d'enfants qui sont achetés et vendus dans le monde entier à des fins d'esclavage sexuel commercial et de travail forcé.
  2. Les femmes qui travaillent dans les fermes fleuries courent un risque plus élevé de viol et d'agression sexuelle. Au Kenya, ils représentent 75% des travailleurs de l'industrie. Une travailleuse, Julia, a déclaré que les hommes avec lesquels elle travaillait ont affirmé de près que si les femmes portaient des jupes, les hommes voulaient avoir des relations sexuelles avec elles. Pour cette raison, les femmes estiment qu'elles doivent faire attention et s'habiller «de manière appropriée». Julia a même quitté un emploi parce qu'elle refusait d'avoir des relations sexuelles avec son supérieur.
  3. La pauvreté des filles augmente leur exposition à la maltraitance, en particulier lors des promenades vers et depuis l'école. Dans les zones rurales pauvres, les filles doivent souvent parcourir de plus grandes distances pour accéder à l'éducation, ce qui les expose à un risque accru de violence sexuelle.
  4. Les jeunes filles et les femmes adultes vivant dans la pauvreté dépendent souvent des hommes pour les soutenir financièrement. Par conséquent, en raison du manque de fonds, d'abris et / ou d'une éducation adéquate, les victimes de violences sexuelles au Kenya peuvent se retrouver dans des situations où elles dépendent de leurs agresseurs.
  5. L'agression sexuelle a des répercussions sur la vie des femmes et des filles de diverses manières. Beaucoup subissent des blessures ou d'autres conséquences sur la santé, laissant certains incapables de travailler ou de prendre soin de leurs proches. Les survivants peuvent également lutter contre les traumatismes mentaux et émotionnels, notamment la peur, l'anxiété, le désespoir et les pensées suicidaires.

Efforts pour lutter contre la violence sexuelle

Bien que ces actes odieux ne puissent être atténués du jour au lendemain, des progrès ont été accomplis dans la lutte contre les violences sexuelles au Kenya. Pendant la majeure partie de son histoire, le Kenya n'a pas porté les cas de viol devant les tribunaux ni puni ceux qui ont commis ces crimes. Cela est principalement dû à la corruption dans le système juridique, aux familles de la victime faisant affaire avec l'accusé ou à la victime gardant le silence parce que l'agresseur est un membre de leur famille.

Cependant, au cours des huit dernières années, le Programme d'éducation rurale et de renforcement économique (REEP) a porté plus de 500 cas de viol d'enfants devant les tribunaux et a vu des agresseurs punis. Un autre élément important est de fournir aux filles un espace sûr pour parler de ce qui leur est arrivé et de renforcer leur confiance pour signaler les abus. ActionAid, une organisation qui cherche à mettre fin à la violence et à l'extrême pauvreté dans le monde, a créé des clubs de filles dans des pays comme le Kenya pour fournir ce soutien crucial.

Les prochaines étapes

Bien que certains progrès aient été accomplis, la violence sexuelle au Kenya reste répandue. C'est quelque chose qui ne disparaîtra pas seulement; pour que les survivants se sentent en sécurité et entendus, de nouvelles mesures doivent être prises.

Une façon de progresser est de mettre fin à la stigmatisation selon laquelle les victimes sont responsables de ce qui leur est arrivé. Personne ne devrait être blâmé et honteux pour le traumatisme qu'il endure. Même les autorités ont cette attitude et rejettent souvent les accusateurs. Au lieu de cela, les autorités kenyanes devraient s'assurer que les agents de santé suivent un protocole distinct pour s'assurer que les références soient données aux victimes. En outre, les médecins et la police devraient collecter, documenter et stocker correctement toutes les preuves dans les cas de violence sexuelle qui leur sont présentés.

Une autre façon d'atténuer le problème consiste à soutenir les organisations qui aident les survivants. Après un cas de violence sexuelle au Kenya, moins de 10% des victimes reçoivent une aide professionnelle de quelque nature que ce soit. C'est soit parce qu'ils ont peur de s'exprimer, soit qu'ils ne peuvent pas se le permettre. Soutenir les organisations qui contribuent à la prévention, à la protection et à la lutte contre la violence sexuelle, notamment ActionAid et la Fondation Wangu Kanja, sont essentiels pour aider les survivantes.

Pour aller de l'avant, davantage de travail doit être fait pour réduire la violence sexuelle au Kenya. Reconnaître la corrélation entre la pauvreté et la violence sexuelle est essentiel pour comprendre où et comment concentrer les efforts et avoir le plus grand impact. Espérons que les prochaines années verront une diminution des violences sexuelles dans le pays.

Stacey Krzych
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *