Catégories
Solidarité et entraide

Incarcérations de masse en Colombie: 4 choses à savoir

incarcérations de masse en Colombie
La Colombie est un pays d'Amérique du Sud avec une population de près de 50 millions d'habitants en 2018. C'est le deuxième plus grand pays d'Amérique du Sud, avec la 38e plus grande économie du monde. Le système judiciaire colombien est structuré de la même manière que celui des États-Unis, où les accusés ont droit à un procès équitable et rapide et sont condamnés par des juges.

Les prisons colombiennes ont un problème d'incarcération de masse. Ils ont une capacité globale de 80 928 personnes; cependant, leur capacité réelle est de 112 864 personnes en mai 2020. La majorité des personnes sont incarcérées pour des crimes non violents, comme des infractions liées aux drogues. Les incarcérations de masse en Colombie sont également un problème car elles entraînent d'autres problèmes de santé, tels que la transmission du VIH et de la tuberculose. Voici quatre autres choses importantes à savoir sur les incarcérations de masse en Colombie.

Incarcérations de masse en Colombie: 4 choses à savoir

  1. Tarifs de capacité: Il y a 132 prisons en Colombie avec une capacité totale maximale d'un peu plus de 80 000 personnes. Malgré cette capacité, les prisons colombiennes ont un taux d'occupation de 139,5%, soit un peu plus de 112 000 personnes. Les femmes représentent environ 6,9% de ce nombre, soit environ 7 700 femmes. Il n'y a pas d'enfants activement incarcérés dans les prisons colombiennes. Le congrès du pays s’est régulièrement battu contre la libération des prisonniers, choisissant plutôt de garder les prisons pleines.
  2. Effets du COVID-19: Les émeutes dans les prisons sont de plus en plus courantes en Amérique latine avec la propagation du coronavirus. Les incarcérations de masse en Colombie ont semé la panique parmi les prisonniers, qui ont exigé plus d'attention à leurs conditions. La ministre colombienne de la Justice, Margarita Cabello, n'a pas reconnu extérieurement les émeutes dans les prisons comme des demandes de meilleurs soins contre le COVID-19. Au lieu de cela, elle a déclaré que les émeutes étaient une tentative de contrecarrer la sécurité et de s'évader de prison. De plus, en raison de la rareté du nombre de médecins, de nombreux prisonniers ont contracté et / ou sont décédés du COVID-19. Dans une prison particulière du centre de la Colombie, plus de 30% des membres du personnel et des détenus ont été infectés par le virus.
  3. Maladies infectieuses: Outre le COVID-19, les incarcérations de masse en Colombie ont permis la propagation d'autres maladies infectieuses, telles que le VIH et la tuberculose. Les prisons colombiennes ont désigné des blocs cellulaires pour ceux qui contractent le VIH, car il est courant que les détenus aient des relations sexuelles avec des gardiens. Les établissements de santé ne sont pas facilement disponibles dans les prisons et les préservatifs sont rares. Les cas actifs de tuberculose (TB) sont également en corrélation avec les incarcérations de masse en Colombie. On a constaté qu'environ 1 000 détenus pour 100 000 avaient des cas actifs de tuberculose avec peu ou pas d'accès à des soins abordables.
  4. Solutions possibles: Les citoyens locaux Mario Salazar et Tatiana Arango ont créé la Fondation Salazar Arango pour les prisonniers colombiens. Salazar a conçu l'idée après avoir été emprisonné en 2012 pour fraude et cherchant des moyens de rendre sa peine plus tolérable. La Fondation Salazar et Arango organise des ateliers pour les détenus de la ville de La Picota et met en scène des pièces de théâtre pour les codétenus. Les détenus ont trouvé que l'organisation avait un impact sur leur estime de soi et leur pression pour des peines plus réduites.

Les incarcérations de masse ont eu des impacts majeurs sur le système carcéral colombien. Des problèmes tels que les pénuries alimentaires et la violence ont cédé la place à des conditions proches de la pauvreté avec peu d'action. Malgré ces conditions, des organisations telles que la Fondation Salazar Arango cherchent à rendre les incarcérations de masse en Colombie plus tolérables pour les personnes derrière les barreaux. Espérons qu'avec le temps, les incarcérations de masse en Colombie pourront éventuellement être éliminées.

– Alondra Belford
Photo: Unsplash

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *