Catégories
Solidarité et entraide

Femmes enceintes et enfants dans la crise au Yémen

Femmes enceintes et enfants
La guerre civile yéménite a commencé en 2015 et est devenue une crise humanitaire, dévastant les familles et les communautés. Le conflit entre le gouvernement yéménite et les rebelles houthis se poursuit sans fin en vue. Plus de 80 pour cent de la population, soit environ 24 millions de personnes, manquent de nourriture, de soins de santé et de conditions de vie sûres. Ceux qui ont le plus besoin d'assistance sont les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants.

Garde d'enfants et guerre civile

La guerre civile au Yémen empêche les personnes les plus sans défense de la société yéménite – les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants – de recevoir à temps des soins médicaux vitaux. À l'hôpital mère-enfant de Taiz Houban de MSF, le nombre d'enfants et de nouveau-nés décédés à leur arrivée sur place a doublé, passant de 52 en 2016 à 103 en 2018. Les principales causes de décès chez les nouveau-nés étaient la prématurité, la privation d'oxygène connue sous le nom d'asphyxie à la naissance. et une infection sévère.

Les familles ont du mal à accéder à des installations médicales limitées et doivent naviguer sur les lignes de front et les points de contrôle pour recevoir des soins. De plus, la capacité des Yéménites à accéder aux soins de santé de toute nature a considérablement diminué. En raison du déclin de l’économie qui a dévalué l’épargne des gens, la grande majorité dépend de l’insuffisance des soins de santé publics.

Malgré les conditions auxquelles sont confrontées les femmes enceintes et les enfants pendant la crise au Yémen, plusieurs organisations visent à aider ces Yéménites défavorisés à recevoir les soins dont ils ont besoin.

Projet Stay Safe Mama

Le Fonds des Nations Unies pour la population, avec l'aide du Royaume d'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, a lancé le projet Stay Safe Mama afin que les femmes enceintes au Yémen puissent accoucher en toute sécurité. En conséquence, 300 établissements de santé ont été améliorés avec des kits de santé reproductive, des médicaments et des fournitures pour les maternités. Le projet soutient également les sages-femmes dans les communautés locales afin que les femmes enceintes et les enfants pendant la crise au Yémen qui n’ont pas accès à un hôpital puissent toujours obtenir les soins qu’ils méritent. Aisha, une jeune femme de 27 ans, qui a fui la violence de son village de Hodeida et vit maintenant dans une petite cabane avec plusieurs parents et enfants, a reçu des soins dans un centre organisé dans le cadre du projet «Stay Safe Mama».

«Les soins que j'ai reçus au centre ont dépassé mes attentes», a déclaré Aisha aux représentants de l'UNFPA. Aisha a également déclaré qu'elle «subissait des contrôles réguliers et qu'au moment de l'accouchement, (elle) n'était plus inquiète. (Elle) a donné naissance à une petite fille en bonne santé.

Projet de gouvernance réactive

Le Responsive Governance Project (RGP), avec l'aide de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), fournit des instructions pour améliorer les compétences et les connaissances des sages-femmes. En outre, la principale priorité du RGP est de fournir aux femmes enceintes et aux enfants pendant la crise au Yémen un accès aux soins obstétricaux et nataux d’urgence. Le Dr Jamila Alraabi, Vice-Ministre de la Santé et de la Population, déclare que le RGP a soutenu son agence et les conseils de santé locaux pour améliorer les politiques de santé maternelle.

Lors d'un entretien avec Jeff Baron de Counterpart International, le Dr Alraabi a déclaré que «personne ne peut travailler seul, et personne ne peut réussir seul. Ce devrait être un partenariat, et c'est notre espoir au Yémen, que nous ne verrons pas une femme mourir de causes évitables. »

L'UNICEF et le Yémen

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) permet aux Yéménites d’accéder à des soins de santé et à de l’eau salubre pour boire, cuisiner et se laver. En août 2019, l'UNICEF gérait plus de 3700 centres de santé et aidait environ 730000 femmes enceintes et allaitantes en fournissant des services de soins de santé de base. En outre, 11,8 millions d'enfants ont été vaccinés contre la rougeole et la rubéole, et 200 000 enfants ont été traités pour la malnutrition aiguë sévère. À l'avenir, les efforts de l'UNICEF se concentreront sur «le renforcement des systèmes, l'amélioration de l'accès aux soins de santé primaires, ainsi que la gestion de la malnutrition et la riposte aux flambées épidémiques, y compris le maintien de la couverture vaccinale».

Ces trois organisations ne sont que des exemples des efforts de sensibilisation et d'aide à la crise au Yémen. Des enfants continuent d’être tués et blessés pendant le conflit. Avant le COVID-19, 2 millions d'enfants de moins de cinq ans mouraient de malnutrition aiguë et avaient besoin d'un traitement. En plus de cela, environ 70% des femmes enceintes qui arrivent présentent «un travail dystocique, un travail prolongé, une éclampsie, une rupture utérine ou des saignements post-partum» et d'autres conditions potentiellement mortelles. Alors que le conflit se poursuit, ces organisations déploient des efforts qui ont aidé de nombreuses femmes et enfants au Yémen.

– Mia Mendez
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *