Catégories
Solidarité et entraide

Facteurs contribuant à une faim généralisée en Afrique

La faim en AfriqueL'Afrique subsaharienne est la région du monde où la faim affecte le plus. En fait, 319 millions de personnes ont souffert de sous-alimentation en 2018. En Afrique subsaharienne, un sur quatre souffre de la faim et, selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 28 pays africains dépendent de l'aide alimentaire. L'Afrique subsaharienne est un foyer de faim chronique en grande partie en raison de son extrême pauvreté. Cependant, la pauvreté provoque non seulement une faim généralisée en Afrique, mais elle crée également la pauvreté. La malnutrition épuise les nations de force et de productivité, gardant efficacement la nation entière piégée dans la pauvreté. L'Afrique n'échappera à la pauvreté qu'après avoir échappé à la faim.

Faim chronique

La faim chronique en Afrique survient lorsque l'apport énergétique quotidien est inférieur à ce qui est nécessaire pour une vie saine et active. Le mot «chronique» implique qu'il se produit pendant une période de temps prolongée. Bien que l'état actuel de la faim en Afrique puisse sembler sombre, l'Afrique a fait des progrès. La malnutrition a diminué de 4% entre 2000 et 2014 en raison de la croissance économique et des politiques intelligentes. Cependant, la malnutrition demeure un problème majeur dans certaines populations.

La faim chez les enfants

Les enfants sont les plus exposés à la faim en Afrique et la crise de la faim les affecte particulièrement en raison du fait que les 1000 premiers jours de la vie d’une personne sont essentiels en matière de nutrition. Lorsqu'un enfant ne reçoit pas de nourriture appropriée au cours des 1000 premiers jours, il peut souffrir de retards de développement physique et mental, de troubles, d'une incapacité à lutter contre la maladie et de taux de mortalité infantile élevés. Bill Gates a noté son expérience dans les pays africains où les gens lui ont demandé de deviner l'âge d'un enfant en fonction de sa taille. Les enfants que Gates pensait avoir 7 ou 8 ans avaient en réalité 12 ou 13 ans. Ceci est dû au retard de croissance que 28 millions d'enfants en Afrique connaissent. La malnutrition entraîne un retard de croissance qui affecte non seulement la taille des enfants mais aussi le développement du cerveau. Les enfants souffrant d'un retard de croissance sont plus susceptibles de prendre du retard à l'école, de manquer des étapes critiques en lecture et en mathématiques et de vivre une vie dans la pauvreté.

Facteurs multiples

La faim en Afrique est une crise complexe qui a de nombreuses causes profondes. SOS Villages d'Enfants décrit quelques-unes des principales causes de la faim généralisée en Afrique.

  1. La population continue d'augmenter en Afrique subsaharienne et la production alimentaire ne peut pas suivre.
  2. Les structures commerciales déloyales conduisent l'Union européenne (UE) et les États-Unis à subventionner l'agriculture nationale, ce qui empêche les agriculteurs de concurrencer les importations de denrées alimentaires bon marché.
  3. Le niveau élevé de la dette qui caractérise de nombreux pays africains, combiné à une mauvaise gouvernance et à la corruption, entravent le développement économique. Cela perpétue par conséquent la pauvreté de masse et la faim.
  4. Le profil des maladies en Afrique, y compris le sida et le paludisme, empêche les individus de bien digérer leurs aliments. Elle inhibe également la productivité de la main-d'œuvre, entraînant une pénurie alimentaire.
  5. Les conflits en Afrique engendrent l'instabilité économique, l'improductivité et une crise croissante des réfugiés.

Cependant, la crise de la faim en Afrique est non seulement complexe en raison de ses causes, mais aussi parce que d'autres problèmes sont étroitement liés à elle et l'amplifient. Par exemple, le changement climatique crée des conditions météorologiques telles que des sécheresses qui provoquent l'insécurité alimentaire. La Zambie, le Zimbabwe et le Mozambique sont tous des exemples de pays confrontés à des échecs de récolte successifs et à une mauvaise récolte en raison de la sécheresse, l'Afrique australe connaissant ses plus faibles précipitations depuis 1981.

Un manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement entraîne une augmentation des taux de maladies qui créent un autre obstacle à la nutrition. La mauvaise infrastructure des soins de santé en Afrique amplifie l'obstacle de la maladie à la malnutrition. Un manque de soins de santé empêche les enfants de recevoir des vaccins tels que le vaccin contre le rotavirus, ce qui entraînerait moins d'enfants souffrant de diarrhée. En outre, les soins de santé peuvent fournir aux individus des suppléments et des vitamines pour combler les principales lacunes de leur alimentation, comme le montre la stratégie nutritionnelle de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Organisations travaillant pour aider l'Afrique

La complexité de la crise de la faim le rend incroyablement difficile à combattre. Fondamentalement, l'Afrique a besoin de plus de recherche et de financement. Bill et Melinda Gates sont deux personnes qui ont accompli un travail formidable en Afrique, faisant don de plus de 600 000 $ à leur programme Alliance to End Hunger. À travers son travail, Gates reconnaît la complexité de la faim et note que s'il avait un souhait, ce serait au monde de mieux comprendre la malnutrition et comment la résoudre.

Cependant, le continent fait des progrès pour réduire la faim généralisée en Afrique. Par exemple, des organisations telles que les villages d'enfants SOS proposent des programmes de renforcement des familles qui fournissent une aide à court et à long terme, notamment de la nourriture, un accès aux soins médicaux, des fournitures scolaires et un soutien à la gestion financière et familiale. SOS Children’s Villages fournit également des secours d’urgence pour la crise de la faim et la famine dans des pays comme la Somalie, le Nigéria, le Soudan du Sud, l’Éthiopie et le Malawi. SOS Children’s Villages est actuellement actif dans 46 pays africains et fournit de l’aide à 147 villages qui, autrement, seraient gravement menacés de malnutrition ou de famine. De tels programmes doivent non seulement se poursuivre, mais aussi connaître une amplification grâce à un financement et à une recherche accrus.

– Lily Jones
Photo: Pixabay

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *