Catégories
Solidarité et entraide

Enseigner les pratiques d'assainissement en Tanzanie avec le projet SHINE

Pratiques d'assainissement en Tanzanie
La Tanzanie a fait des progrès considérables dans la réduction de l'extrême pauvreté. Par exemple, de 2007 à 2018, le taux de pauvreté du pays est passé de 34% à 26% (de la population totale). Cependant, ces progrès dans la réduction de la pauvreté ne se sont pas traduits par un succès dans le domaine de l'assainissement. L'amélioration des pratiques d'assainissement en Tanzanie est directement liée à la diminution de la mortalité infantile et de la malnutrition. À l’heure actuelle, 23 millions des 57 millions d’habitants de la Tanzanie tirent leur eau potable de sources potentiellement dangereuses. Reconnaissant ces disparités et la valeur de l'eau potable dans l'éradication de la pauvreté, l'initiative Project SHINE travaille dans les communautés rurales où le faible accès à l'eau potable et les mauvaises pratiques d'hygiène sont courants. L'organisation a pour mission d'améliorer l'assainissement en inventant des solutions simples et rentables qui améliorent l'hygiène en Tanzanie.

Mauvais assainissement et maladies qui en résultent

Les mauvaises pratiques d'assainissement en Tanzanie contribuent à une multitude d'infections évitables dans le pays. La Tanzanie souffre de fréquentes épidémies de choléra, qui provoquent une diarrhée et une déshydratation extrêmes. Les maladies diarrhéiques sont l'un des principaux facteurs de mortalité infantile dans les pays confrontés à l'extrême pauvreté. De plus, ceux qui survivent souffrent d'obstacles au développement. Le choléra, ainsi que la maladie associée, la typhoïde, peuvent se transmettre par l'eau potable polluée par des excréments humains. L'excrétion à l'air libre, un problème largement répandu en Tanzanie, est facilement évitable en développant des infrastructures d'assainissement de l'eau.

En termes d'infections parasitaires, le paludisme se transmet généralement par les moustiques. Cette maladie et la schistosomiase se propagent facilement en raison d'un manque de systèmes de drainage appropriés en Tanzanie. Enfin, les infections cutanées, oculaires et buccales sont un résultat courant du manque de connaissances des Tanzaniens sur les bonnes pratiques d'hygiène.

Les communautés rurales de Tanzanie apprennent et influencent les pratiques d'hygiène sur la base de connaissances et de pratiques culturelles préalablement établies. Par conséquent, de nombreux enfants sont prédisposés aux mêmes habitudes – et donc, les mêmes risques comme leurs familles. Pour aider à lutter contre ces normes qui posent souvent des risques sanitaires importants, le projet SHINE introduit des innovations en matière d'assainissement et d'hygiène pour les Tanzaniens.

Innovation en matière d'assainissement et d'hygiène dans l'éducation (SHINE)

Project SHINE utilise la science pour éduquer les enfants et motiver des changements dans leurs comportements d'hygiène en coopérant avec les écoles. Le programme s'adresse également aux parents et aux autres membres de la communauté pour développer une meilleure compréhension des attitudes envers la santé dans ce domaine. À travers ses initiatives éducatives, le projet SHINE engage des pasteurs qui, même si de nombreux enfants viennent de ces familles, n'ont souvent pas accès aux ressources et sont activement impliqués dans l'élevage. En particulier, SHINE souligne l'importance de la santé animale et humaine pour ces publics.

Stratégie éducative: foires scientifiques

Le projet SHINE promeut des foires scientifiques dans ses écoles cibles pour encourager une plus grande conversation et une meilleure éducation sur l'assainissement. Ces événements s'articulent autour de trois thèmes: l'eau, l'assainissement et l'hygiène. L’objectif de ce projet est d’aider à motiver les jeunes, les agents de santé et les membres de la communauté à adopter des pratiques de soins de santé améliorées. L'objectif à long terme de motiver les générations futures à intégrer en permanence ces habitudes dans leur routine quotidienne est primordial.

Au cours de ce processus, les enseignants reçoivent une formation privée dans des ateliers séparés où ils acquièrent des stratégies pour présenter l'hygiène et l'assainissement aux élèves de manière engageante.

Les étudiants participent à ces foires scientifiques en menant des recherches et en formulant des hypothèses. Un projet que les étudiants peuvent réaliser, par exemple, est de créer des stations de lavage des mains durables en utilisant des matériaux locaux à faible coût. Le projet SHINE intègre également un paradigme One Health qui met l'accent sur le lien entre le bétail, les humains et l'environnement. Il s'agit notamment d'un cadre pertinent pour les enfants des familles pastorales. Dans l'ensemble, l'intégration des pratiques d'assainissement en Tanzanie dans le programme scolaire est devenue une priorité pour SHINE.

Le voyage à venir

Les progrès en matière d'hygiène et d'assainissement en Tanzanie ont été un voyage long et difficile pour de nombreuses familles qui luttent encore pour obtenir de l'eau potable. Néanmoins, les interventions du projet SHINE ont déjà fait des différences significatives. L'initiative prévoit de s'étendre à d'autres parties de la communauté, y compris les jeunes non scolarisés et les personnes handicapées. Dans l'ensemble, le travail du projet SHINE est prometteur pour la santé et la prospérité de milliers de personnes à travers la Tanzanie.

– Zoe Schlagel
Photo: Wikimedia Commons

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *