Catégories
Solidarité et entraide

Éducation des femmes en Gambie

l'éducation des femmes en gambieDans le monde en développement, des millions de femmes et de filles pauvres reçoivent peu ou pas d'éducation. Les femmes apprennent à cuisiner, à nettoyer et à s'occuper des enfants. Les hommes, en revanche, reçoivent souvent une éducation dès leur plus jeune âge. Avec cet avantage, les hommes peuvent chercher des opportunités hors de la portée de leurs homologues féminines. Lorsque les filles ont accès à l'éducation, elles peuvent en transmettre les bénéfices à leur communauté. Une fille éduquée peut avoir un impact sur des générations. C’est pourquoi l’éducation des femmes en Gambie est importante.

En Gambie, petit pays d'Afrique de l'Ouest, les filles sont confrontées à des problèmes communs dans les pays en développement. La famille moyenne vit avec un revenu quotidien de 1 dollar, mais l’éducation après la sixième année coûte 100 dollars par an. Les familles investissent fréquemment leurs petits revenus dans l'éducation des garçons, qui, selon elles, les soutiendront à l'âge adulte. En conséquence, les femmes ont du mal à trouver des opportunités au-delà du travail domestique.

En plus de ces limites à l’éducation des femmes en Gambie, d’autres obstacles comprennent les préjugés culturels et le mariage des adolescents. Le point culminant de ces obstacles empêche près de 50% de la population gambienne d'accéder à l'éducation et à l'autonomisation économique. Par conséquent, le manque d’éducation des femmes en Gambie nuit au développement du pays.

Pourquoi l'éducation est-elle importante?

Pour les femmes vivant dans la pauvreté, y compris celles en Gambie, très peu d'opportunités les attendent. Dès leur plus jeune âge, ces filles doivent s'attendre à grandir pour devenir mères et femmes au foyer. Très tôt, les filles apprennent les compétences domestiques et comment élever leurs enfants. Les hommes, quant à eux, ont la possibilité de se plonger dans leur formation et d'accélérer leur carrière.

L'éducation des femmes dans les pays en développement est absolument essentielle à leur croissance personnelle. Lorsque les jeunes filles ont les mêmes chances que les garçons, elles acquièrent des compétences essentielles qui vont bien au-delà de la salle de classe. Les cours de santé enseignent aux jeunes femmes la propagation des maladies et l'importance de la nutrition. Les cours de mathématiques fournissent des compétences analytiques qu'ils peuvent appliquer aux finances du ménage. Les cours de langue leur permettent de mieux communiquer avec les autres et de lire l'actualité.

Pour les femmes en Gambie, ces compétences leur permettraient d'améliorer leur propre qualité de vie. Dans un pays qui sous-estime souvent l’égalité entre les sexes, l’éducation des femmes en Gambie est un premier pas essentiel vers l’égalité des chances.

Éducation des femmes et développement économique

Plus petit pays d'Afrique continentale, la Gambie est confrontée à un développement économique limité. Le régime actuel a porté atteinte à la liberté des entreprises et a contribué à l'affaiblissement de la main-d'œuvre. Avec une population d'environ 2,1 millions d'habitants, le pays dispose d'une main-d'œuvre limitée. La plupart des emplois sont centrés sur l'agriculture et les exportations de cultures. Cependant, l'exclusion des femmes de la population active réduit de moitié le nombre de travailleurs potentiels.

De plus, comme l’économie du pays dépend des cultures, le PIB de la Gambie fluctue avec la production des agriculteurs. Cela signifie que pendant les saisons sèches, lorsque les gens ont du mal à arroser leurs cultures, l'économie est également en difficulté. En fait, l'économie gambienne s'est récemment contractée de 10% en raison de précipitations irrégulières, selon la Banque mondiale.

Inclure les femmes dans la population active augmenterait la quantité de travail disponible, ce qui aiderait à cultiver les cultures. De plus, plus de main-d'œuvre permettrait à d'autres secteurs de l'économie de croître, créant un système économique plus diversifié et plus stable. Si les femmes recevaient une éducation, ce qui les rendrait plus employables, davantage d'entreprises se développeraient et l'économie croîtrait de façon exponentielle.

L'éducation apporte de l'espoir

Au cours des dernières années, des efforts dans le monde entier ont contribué à améliorer l’éducation des femmes en Gambie. Les femmes en Gambie atteignent désormais des niveaux d'éducation plus élevés et les experts prévoient que cette tendance se poursuivra. De nombreux organismes de bienfaisance et ONG collectent des fonds et sensibilisent à cette cause. Certains développent même l'éducation grâce à des programmes internationaux. L’une de ces ONG est Janga Yakarr, qui utilise des programmes d’échange aux États-Unis pour accroître l’éducation des femmes en Gambie.

Janga Yakarr, qui se traduit directement par «éducation, espoir», est une organisation caritative fondée par les sœurs Alexandra et Erica Chalmers en 2011. Après avoir appris le manque d'opportunités pour les femmes en Gambie en raison d'une éducation limitée, elles ont décidé d'aider. Les sœurs ont organisé une expédition de bureaux, de chaises, de tableaux blancs, de matériel de chimie et de matériel pédagogique en Gambie. Cet effort visait à aider les enfants de Gambie à terminer leurs études.

Un échange éducatif

Les Chalmers ont été inspirés par la façon dont leurs fournitures scolaires soutenaient les jeunes filles et les relations qu'ils ont nouées avec ces élèves, qui vivaient à près de 4000 miles de là. À partir de ce moment, les sœurs Chalmers ont voulu renforcer la relation entre les étudiants aux États-Unis et en Gambie. Ils créent désormais une connexion éducative entre les deux pays.

Pour ce faire, ils ont lancé l'organisation à but non lucratif Janga Yakurr en partenariat avec l'organisation de base Starfish International. L’objectif de l’organisation est de collecter des fonds pour l’éducation des femmes en Gambie. En outre, il vise à favoriser les relations entre les lycéens américains et les étudiants en Gambie, ainsi qu'à gérer des programmes d'échange entre les écoles.

Alexandra Chalmers a déclaré au Borgen Project: «En regardant la lutte que de nombreuses femmes traversent en Gambie pour se sentir autonomisées, cela nous a ouvert les yeux sur tout ce que nous tenons pour acquis aux États-Unis. Notre propre éducation nous a donné tellement d’opportunités de poursuivre, et nous voulions partager cela avec ces filles également.

L’avenir de l’éducation des femmes en Gambie

Au cours des dernières années, de nombreuses organisations comme Janga Yakurr ont contribué à faire progresser l’éducation des femmes en Afrique de l’Ouest. Ceci est important non seulement pour les femmes mais pour l'ensemble de ces pays. Lorsque les jeunes filles ont les mêmes chances que les jeunes garçons, elles peuvent obtenir des emplois mieux rémunérés. À partir de là, la main-d'œuvre continuera de croître, ce qui améliorera la stabilité économique.

De plus, comme les femmes sont plus instruites, elles peuvent aider à lutter pour l’égalité des femmes. Ils peuvent utiliser leur éducation pour lutter pour une représentation égale, par exemple, et pour réduire la circoncision féminine et la violence domestique. Avec un niveau d'éducation plus élevé, de nombreuses femmes et filles peuvent également gagner le respect et l'égalité dans d'autres aspects de la vie.

L'éducation alimente l'autonomisation. Pour les femmes pauvres, elles ne peuvent probablement pas se sentir autonomisées sans éducation et soutien financier. Cependant, l’éducation des femmes en Gambie leur fournira de nombreuses possibilités de prospérer et à l’ensemble de l’économie de prospérer.

Daniela Canales
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *