Catégories
Solidarité et entraide

Dignité et diversité: honorer les enfants que vous aidez

Le terme latin imago Dei est celui que j'ai entendu pour la première fois dans une étude biblique universitaire. Je me souviens de m'étendre sur le sol de notre hall de dortoir, roulant les mots drôles dans ma bouche.

Imago Dei. Image de Dieu.

Cette phrase a beaucoup compté pour moi au fil des ans. Cela m'a aidé à comprendre ma propre valeur en tant qu'enfant créé à l'image de Dieu et, plus récemment, cela m'a aidé à comprendre plus profondément l'idée de dignité. Parce que croire vraiment que chaque être humain, chaque homme, chaque femme et chaque enfant de chaque nation est créé à l'image de Dieu change notre façon de penser la dignité. Valeur de la vie.

Eyuael est photographié ici au projet avec un grand groupe d'autres garçons. Ils portent tous l'uniforme du projet, un pantalon bleu clair et un pull violet. Eyuael sourit à la caméra.

Cela façonne aussi ma façon de penser les enfants que je parraine. Denys, Bilha, Vitoria, Nardos et Natacha ont tous été créés à l'image de Dieu. Qu'est-ce que cela signifie pour moi, en tant que sponsor?

Pour une organisation qui travaille dans 25 pays en développement, chacun avec ses propres cultures, langues et coutumes, il est si important de voir l'imago Dei dans chaque église et chaque enfant avec lesquels nous travaillons. En termes simples, nous devons toujours veiller à honorer la dignité de l’enfant.

Pouvez-vous écrire un blog sur la dignité des enfants?

Mais j'espère que vous pourrez apprendre de mes erreurs en réfléchissant à ce que signifie la dignité de l'enfant pour vous.

Quand je suis parti pour mon premier voyage Compassion, j'ai continué à me pincer. Était-ce vraiment ma vie? Voyager, rencontrer des familles aidées par Compassion et partager leurs histoires?

<! –->

Aider les familles touchées par COVID-19

Les familles pauvres n'ont pas de filet de sécurité en temps de crise. Aidez à fournir de la nourriture, des soins médicaux et un soutien pendant cette pandémie.

Fille portant une chemise blanche et une jupe en jean. Elle porte un grand bol d'eau en argent sur sa tête et se tient devant sa maison.

À chaque voyage, je me délectais de découvrir de nouvelles cultures et de jouer avec des enfants adorables. Partout où j'allais, j'avais un appareil photo à la main (oui, c'était à l'époque où j'utilisais un appareil photo et non mon téléphone) et mon ordinateur portable dans ma poche.

J'ai pris des selfies avec des tonnes d'enfants. Les enfants avec lesquels je me suis connecté. Mais aussi – des enfants tout simplement mignons. C’est ce qui s’est passé lors d’un voyage en Bolivie. Je souris avec empressement à une petite fille, désignai mon appareil photo, puis elle. J'ai ignoré son regard confus et j'ai commencé à m'échapper. Plus tard, j'ai regardé ces photos et j'ai vu un regard de… est-ce que ça pourrait être de la peur sur son visage?

Et en regardant cette photo, j'ai ressenti une profonde et profonde conviction. Je traitais ces enfants comme des accessoires.

Cela me fait mal à l'estomac même maintenant d'y penser. Et à partir de ce moment, j'ai fait une promesse, à moi-même et aux centaines d'enfants que je rencontrerais lors de futurs voyages.

Je ne prendrais pas une seule photo avec un autre enfant dont je ne connaissais ni le nom ni l'histoire. S'il n'y a rien de mal à prendre des photos pour se souvenir d'un voyage unique en son genre pour rencontrer des enfants parrainés, ma conviction devait en faire plus avec mes intentions et mes motivations. Ce n'est pas mon travail en tant qu'écrivain chez Compassion de prendre des photos avec des enfants mignons du monde entier. C'est mon travail d'écouter leurs histoires et de les rapporter doucement à la maison pour les partager avec ceux qui ont besoin de les entendre.

Mais plus encore, ce n'est pas mon travail en tant que commanditaire de Compassion de «sauver» les petits enfants pauvres. C'est mon travail d'aider les aides, de venir aux côtés de leurs parents, tuteurs et membres du personnel de Compassion qui font le travail acharné.

Jose porte une chemise bleue. Il est assis à un bureau et travaille sur ses devoirs. Sa grand-mère, vêtue d'une chemise rouge, est assise à côté de lui et aide.

Ce n'est pas mon travail d'avoir une correspondance riche et partagée avec un enfant en situation de pauvreté. C'est mon travail d'écrire des lettres d'espoir et d'encouragement même si la seule réponse que j'obtiens est la même image d'une balle dessinée à la main 10 fois de suite.

Ce n’est pas mon travail d’être la famille de mon enfant parrainé. La plupart des enfants aidés par la compassion ont des soignants, des frères et sœurs, des tantes et des oncles aimants et dévoués. Mon travail est de faire partie de leur famille, un ami lointain qui aide à alléger le fardeau.

C’est une joie et un privilège de faire partie de la vie de mes enfants Compassion. Et ma vie est tellement plus riche de les avoir dans ma vie.

Ce ne sont pas des accessoires. Ce sont de vrais enfants, avec de vraies histoires et de vraies familles.

Deux jeunes filles, sœurs, portant des vêtements traditionnels guatémaltèques de jupes et chemisiers à fleurs. Ils sourient.
Marina et Bilha sont sœurs au Guatemala. L'écrivain Brandy Lovelace, qui parraine Bilha, a passé une journée inoubliable et enrichissante avec les sœurs lors d'un voyage de sponsor.

Aider les aides

Dans un moment honnête, je pense que parfois j'ai élevé mon rôle dans la vie de mes enfants parrainés. J'ai perdu de vue le fait que leur vie est remplie de personnes créées à l'image de Dieu, appelées à aimer et à servir d'une manière différente de la mienne.

En tant que parrain, j'aide à équiper des églises autochtones locales, gérées par des personnes qui vivent dans les communautés et connaissent les besoins uniques des personnes qui y vivent. Ce sont des gens qui savent à quoi ressemble la dignité dans leurs cultures. Qui comprennent le langage de la dignité parmi les enfants qu'ils servent.


*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *