Catégories
Solidarité et entraide

Dette personnelle en République tchèque

dette en République tchèqueLa République tchèque est un pays bercé d'Europe centrale et membre de l'Union européenne. Malgré son appartenance à l'UE, la République tchèque a choisi de ne pas adopter l'euro au profit du maintien de sa propre monnaie, la couronne (CZK). Autrefois pays communiste du bloc soviétique, la République tchèque a adopté des politiques démocratiques axées sur le marché après la révolution de velours en 1989. Avec cette évolution vers des marchés libres et une économie industrielle, la République tchèque a connu un boom du crédit du début au milieu des années 1990. . Malheureusement pour les ménages tchèques, la hausse du crédit s'accompagne également d'une augmentation de la dette en République tchèque.

Un regard plus attentif sur la dette en République tchèque

Après avoir perdu le jaune du communisme en 1989, la République tchèque a adopté des politiques de libre marché axées sur l'industrialisation et la croissance et la privatisation des entreprises. La déréglementation s'est ensuivie, un accent particulier étant mis sur la libération des secteurs bancaire et des prêts.

À la suite du boom du crédit des années 90, une réforme du système de crédit en 2001 a permis à un grand nombre d'huissiers privés d'émerger pour recouvrer les dettes accumulées tout au long du boom des dépenses de la décennie précédente. Ces agences privées de recouvrement de créances utilisent souvent des stratégies agressives pour imposer le remboursement. Les huissiers de justice privés poursuivent souvent des dettes quelle que soit la capacité de paiement du débiteur. Ils utilisent des stratégies brutales pour se souvenir, comme le gel des comptes bancaires et le siphonnage des revenus du travail. Ils entrent même dans les maisons des débiteurs pour saisir des biens.

Comment la dette détruit les opportunités

Actuellement, 863 000 Tchèques font face à au moins une ordonnance de saisie. Cela signifie qu'en raison du cadre juridique actuel, leurs revenus supérieurs à un certain montant minimum peuvent être redirigés de force vers le remboursement de la dette. Cela représente environ 10% de la population actuelle de la République tchèque.

La dette personnelle en République tchèque peut devenir financièrement paralysante pour de nombreuses personnes. Ceux qui ont des dettes impayées voient leurs revenus siphonnés pour payer les intérêts. Cela conduit beaucoup à entrer sur le marché noir pour trouver des emplois qui ne divulgueraient pas leurs revenus. Cette expansion du marché noir aggrave une pénurie de main-d'œuvre au sein de l'économie tchèque.

Les personnes qui accumulent même de petites dettes telles que celles des factures de téléphone peuvent faire face à des pièges de la dette. Ceci est le résultat d'une mauvaise littératie financière et d'une réglementation souple sur les prêteurs et les institutions financières. En outre, il existe des lois qui rendent la déclaration de faillite extrêmement compliquée et difficile. Ce cadre juridique et institutionnel du système d'endettement tchèque impose de manière régressive une charge excessive aux classes moyennes et inférieures pour payer des dettes qu'elles ne peuvent pas se permettre. Ainsi, elle étouffe la mobilité économique et amplifie les difficultés financières auxquelles est confronté le peuple tchèque.

Trouver des moyens de s'endetter en République tchèque

Heureusement pour beaucoup en République tchèque, diverses solutions gouvernementales et non gouvernementales sont mises en œuvre. La littératie financière est essentielle pour naviguer dans le paysage complexe de l'endettement personnel, qui est l'un des principaux services fournis par les personnes à but non lucratif tchèques dans le besoin. People in Need propose des services de conseil en matière d'endettement aux citoyens tchèques pour les aider à comprendre la planification financière, l'emprunt et le remboursement des prêts. People in Need aide également les débiteurs à se défendre légalement contre les stratégies de recouvrement injustes ainsi que les requêtes en faillite. Cela peut être une tactique importante pour alléger la dette en République tchèque.

Le gouvernement tchèque est également conscient de ces problèmes systémiques. Depuis 2017, le Parlement a débattu des projets de loi concernant ces politiques strictes en matière de saisies et de faillite. Depuis le début des années 2000, la loi permet aux entreprises de mieux encaisser leurs crédits en payant les agences de recouvrement. Ces agences peuvent faire monter en flèche les frais dus par les débiteurs, potentiellement plus de dix fois. Cela est dû aux processus de recouvrement coûteux ainsi qu'aux frais perçus par les agences. Le gouvernement ainsi que des organisations à but non lucratif comme People in Need travaillent sur des moyens de réduire les frais. Ils s'emploient également à élargir l'accès à la possibilité de faillite et à un allégement plus généreux de la dette.

Conclusion

La République tchèque constitue une étude de cas importante dans le domaine de la politique nationale de la dette. Même un pays d'Europe relativement riche peut encore imposer des charges financières excessives à ses classes inférieures en raison de lois sur les prêts inadéquates et d'une privatisation agressive du secteur du crédit. Le travail effectué par les organisations à but non lucratif et le gouvernement devrait servir d'exemple dans la réforme des marchés du crédit aux ménages et, espérons-le, créer un paysage plus juste et plus indulgent pour les prêteurs en République tchèque.

– Ian Hawthorne
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *