Catégories
Solidarité et entraide

Des robots anti-épidémiques combattent le COVID-19 au Rwanda

COVID-19 au RwandaLe Rwanda utilise maintenant cinq robots anti-épidémiques pour aider à combattre le COVID-19. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), une organisation qui œuvre pour mettre fin à la pauvreté dans le monde en utilisant des pratiques durables, a fait don des robots. Les noms des robots sont Akazuba, Ikizere, Mwiza, Ngabo et Urumuri. Le pays a reçu les robots le 19 mai 2020, dans son centre de traitement de Kanyinya situé dans la capitale Kigali, qui a essuyé le plus de cas de COVID-19 au Rwanda.

À propos des robots anti-épidémiques

Les robots ont la capacité de prendre la température des patients et de dépister jusqu'à 150 personnes chaque minute pour détecter les symptômes. Ils peuvent également stocker des dossiers médicaux et capturer des données visuelles et auditives pour une utilisation ultérieure par le personnel médical. Selon le ministre de la Santé Daniel Ngamije, les robots peuvent détecter quand quelqu'un ne porte pas de masque. Ils peuvent ensuite informer le personnel afin que le problème puisse être résolu rapidement et en toute sécurité. De plus, les robots peuvent fournir de la nourriture et des médicaments aux patients COVID-19 et aux travailleurs de la santé. Ils sont également en mesure de communiquer des informations précises sur le virus.

Depuis l'épidémie, plus de 90 000 professionnels de la santé dans le monde ont contracté COVID-19 à la suite de contacts avec des patients. En utilisant des robots anti-épidémiques, le ministère rwandais de la Santé espère assurer la sécurité du personnel médical en réduisant les contacts avec les patients. Les robots peuvent également obtenir plus rapidement l'aide dont ils ont besoin et compenser partiellement la faible densité de médecins. En 2017, le Rwanda ne comptait que 0,13 médecin pour 1000 habitants. Selon l'Organisation mondiale de la santé, moins de 2,3 médecins pour 1 000 habitants sont insuffisants.

Impact de COVID-19 dans le monde

COVID-19 s'est rapidement propagé à travers le monde en quelques mois. Bien que l'épidémie affecte de nombreuses vies, la vie et l'avenir des populations vulnérables ont été particulièrement touchés. Le PNUD prévoit que le développement humain – santé, éducation et niveau de vie – diminuera dans toutes les régions du monde. Ce serait la première diminution depuis 30 ans que la mesure est utilisée. La Banque mondiale indique que les personnes vivant dans l'extrême pauvreté pourraient augmenter de 40 à 60 millions cette année. À ce rythme, jusqu'à 50% des personnes pourraient perdre leur emploi et l'économie pourrait potentiellement perdre 10 billions de dollars. En outre, plus de 250 millions de personnes dans le monde pourraient souffrir de la faim. L'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud devraient subir les plus gros coups.

Le Rwanda, en particulier, est assez vulnérable sous ces aspects. En 2015, 39,1% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. En outre, 23,9% n'ont pas accès à une source d'eau améliorée et 38,4% de la population n'a pas accès à des installations sanitaires améliorées. Ces problèmes, en plus de la forte densité de population, signifient que COVID-19 a le potentiel de se propager plus rapidement et plus facilement. COVID-19 au Rwanda a le potentiel de pousser ces populations vulnérables plus profondément dans la pauvreté.

Malgré ces problèmes, l’introduction au Rwanda de robots anti-épidémiques est un pas dans la bonne direction. Le pays a le potentiel à la fois de ralentir la propagation du COVID-19 et d'améliorer la qualité des soins médicaux. La réduction de la pauvreté au Rwanda prendra du temps et un effort coordonné. À l'heure actuelle, lutter contre les effets de COVID-19 est de la plus haute importance.

– Elizabeth Davis
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *