Catégories
Solidarité et entraide

Des femmes combattent le COVID-19 dans les camps de réfugiés rohingyas

Camps de réfugiés rohingyasLes zones à faible revenu à forte densité de population sont les plus à risque de contracter le coronavirus. Cette menace est très répandue dans les camps de réfugiés rohingyas, en particulier pour les femmes et les filles.

Le problème

Actuellement au Bangladesh, plus de 860 000 réfugiés rohingyas vivent dans des camps. Le peuple Rohingya, un groupe ethnique minoritaire du Myanmar, fuit la violence génocidaire, la persécution, la discrimination et les violations des droits de l'homme. Les Rohingyas sont confrontés à la violence parce qu'ils pratiquent principalement l'islam alors que la majorité du Myanmar est bouddhiste. La grande masse de personnes qui ont fui vers le Bangladesh a rendu les camps de réfugiés immensément peuplés. Le résultat est la surpopulation, seulement des abris temporaires, des salles de bains et des installations d'eau communes et un espace alimentaire limité.

La surpopulation et l'espace limité dans les camps de réfugiés font que les Rohingyas ont un risque particulièrement élevé de contracter le COVID-19. Actuellement, la meilleure façon de prévenir la propagation de cette maladie est de prendre de la distance sociale, de porter des masques et d'augmenter les tests. Cependant, les réfugiés rohingyas n'ont ni l'espace ni les ressources pour le faire. En juin 2020, il y avait quatre décès et 45 cas confirmés au sein de la population réfugiée rohingya. Cependant, comme il y a un énorme manque de tests, ces chiffres ne sont probablement pas exacts. Les hôpitaux des centres-villes n'ont plus les moyens de soigner eux-mêmes plus de personnes. En tant que tel, de nombreux Rohingyas infectés ne sont pas acceptés.

Comment les femmes ripostent

Oxfam, une ONG de lutte contre la pauvreté, s'est rendue dans les camps de réfugiés rohingyas pour aider à construire de meilleures stations d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Cela comprend des systèmes comme les robinets d'eau et les stations de lavage des mains, qui pourraient être des zones à risque potentiel de propagation de maladies. Lors de la conception des nouvelles installations d'eau et d'assainissement, Oxfam a interrogé de nombreuses filles et femmes pour entendre leurs opinions. Les femmes et les filles ont contribué à la conception d'aspects tels que la position des stations, la destination des crochets et ont même suggéré un miroir. Toute l'expertise donnée par ces femmes et filles rohingyas s'est étendue à d'autres camps. Aujourd'hui, 300 stations de lavage des mains et d'eau sont installées dans trois camps de réfugiés différents.

Les femmes ont également assumé le rôle important de diffuser des informations et d'écarter les mythes entourant le COVID-19 dans les camps de réfugiés. Une femme, Ashmida Begum, se promène dans le camp pour dissiper les mythes. Begum a expliqué qu'elle utilise le Coran pour aider à expliquer le virus et la prévention des maladies. Elle aide principalement d'autres femmes et enfants qui constituent une grande majorité des camps de réfugiés rohingyas. La désinformation a conduit le Bangladesh à lever les restrictions Internet imposées aux réfugiés rohingyas. Les barrières étaient à l'origine en place pour étouffer la panique et arrêter les rumeurs. Au lieu de cela, des rumeurs et des mythes se sont répandus et des femmes locales comme Begum ont travaillé pour les arrêter.

Pourquoi les femmes

Les femmes ont été si efficaces pour aider les camps de réfugiés parce que la population locale leur fait confiance. Elles ont un accès spécial pour atteindre d'autres femmes, qui normalement ne quittent pas souvent leur domicile et n'ont pas Internet.

Les femmes sont traditionnellement les principales dispensatrices de soins de la famille, elles ont donc particulièrement besoin d'être en bonne santé et informées pour assurer la sécurité du reste de la famille. C’est aussi la raison pour laquelle l’apport des femmes est nécessaire dans les stations d’assainissement et d’eau; les femmes les utiliseront le plus.

Impacts de ce travail

Le travail des femmes et des filles des camps de réfugiés rohingyas a un impact au-delà de la lutte contre le COVID-19. Oxfam rapporte que le processus de conception a aidé les filles à jouer un rôle plus actif dans leur propre vie. Ils ont pu penser et parler pour eux-mêmes.

La montée de la panique et des tensions sociales dans les camps a entraîné une augmentation de la violence domestique et de la violence contre les femmes. Les femmes rohingyas ont assumé des rôles de leadership et ont formé des réseaux pour aider à combattre cette panique autour du virus afin de contrer les attaques sexistes.

Le travail effectué par les femmes des camps de réfugiés rohingyas pour lutter contre le COVID-19 contribue à améliorer la propreté et les connaissances sur le virus. Ils ralentissent la propagation du virus et donnent aux femmes et aux filles un moyen d'être des leaders dans leurs communautés.

Claire Brady
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *