Catégories
Solidarité et entraide

Comment une mère réfugiée a laissé derrière elle des documents – De la nourriture pour les affamés

Adiye est une mère célibataire de 45 ans de cinq filles, qui a vécu une vie dépendante des dons. Elle est une réfugiée du Soudan du Sud, qui vit maintenant dans le nord de l’Ouganda. Le conflit et la violence au Soudan du Sud ont eu un impact terrible sur de nombreux aspects de la vie des enfants et de leurs parents. La scolarité a cessé beaucoup trop tôt; les longues randonnées vers la sécurité ont épuisé leur santé et leur vie. Une fois en Ouganda, ils ont rejoint la communauté des réfugiés qui luttent pour survivre. Ils étaient plus en sécurité, mais pas nécessairement les bienvenus dans leur nouvelle maison.

«Nous avons survécu grâce aux rations alimentaires données par le Programme alimentaire mondial qui ont été rapidement terminées», dit Adiye. Elle a parfois trouvé des emplois manuels qui rapportaient moins d’un dollar par jour, mais le travail n’était pas stable. «Mes enfants souffraient de malnutrition parce que je n'étais pas toujours en mesure de fournir trois repas par jour. Quand ils tombaient malades, je ne pouvais pas les emmener dans de bons centres de santé pour recevoir un traitement.

Adiye voulait une vie meilleure pour ses enfants et un moyen de se sentir comme un échec en tant que parent de ses filles âgées de 10, 9, 7, 5 et 3 ans. «J'avais l'impression de laisser tomber mes jeunes en ne leur fournissant pas les bases qu'ils méritaient.»

Une chance de terminer les documents

Ce dont Adiye avait vraiment besoin, c'était un revenu régulier. Et Food for the Hungry (FH) est intervenu pour aider.

Tout d'abord, Aidye a commencé à travailler pour de l'argent dans un projet parrainé par la FH qui a bénéficié à toute la communauté. Avec d'autres, Adiye a aidé à construire des parcelles de jardin dans les écoles élémentaires. Le projet lui a donné un travail stable, où elle gagnait un salaire journalier presque le double de ce qu’elle rapportait auparavant à la maison. Tout en travaillant, elle a reçu une formation de FH sur les pratiques agricoles de base.

Par exemple, Adiye avait toujours planté des graines en utilisant la méthode de diffusion – c'est-à-dire en dispersant simplement les graines. au-dessus du sol. Ensuite, elle attendrait qu'ils grandissent. FH l'a aidée à apprendre à préparer le sol, à planter des graines, à éloigner les mauvaises herbes et les ravageurs et à fournir la bonne quantité d'eau. Sa formation l'a particulièrement aidée à cultiver des légumes qui permettraient à ses jeunes filles (âgées de 10, 9, 7, 5 et 3 ans) de mieux se nourrir.

Dans le même temps, sa fille Victoria, âgée de trois ans, a intégré le programme de nutrition maternelle et infantile de FH, où son poids et sa taille ont été suivis pour l’empêcher de tomber dans une malnutrition sévère.

Les poulets et les chèvres mènent à de grands rêves

Femme ougandaise nourrir les poulets

Ensuite, FH a fourni à Adiye des poulets kuroiler, une race spéciale développée pour la première fois en Inde. Ils se débrouillent bien dans le climat sec de l’Ouganda et sont aussi bons pour la viande que pour la ponte. Sur le terrain que le gouvernement lui a fourni en tant que réfugiée, Adiye a commencé à élever des poulets et à planter des légumes. Ses filles avaient des œufs et même de la viande maintenant!

Et avec les meilleurs repas, sa plus jeune fille Victoria a commencé à prendre du poids. Elle ne souffrait pas de rhumes et d’autres maladies aussi souvent.

Adiye n’a pas de chèvres… .pour l'instant. Cela fait partie de son rêve pour l’avenir. En vendant des poulets, elle espère épargner suffisamment pour acheter des chèvres. En vendant des chèvres, elle espère acheter des bœufs pour l'aider à labourer sa terre. Un revenu supplémentaire peut être utilisé pour payer les frais de scolarité de ses filles.

Lorsque des soutiens comme vous donnent au fonds de subvention de contrepartie 22x de FH, des gens comme Adiye peuvent commencer à envisager un avenir meilleur. Pour Adiye, l'opportunité offerte par les partisans de la FH était plus qu'un simple argent en banque. Alors que les distributions de nourriture ont été vitales pour la survie pendant un certain temps, Adiye est maintenant heureuse de répondre aux besoins de sa famille. «Avant, j’attendais simplement les aides du programme des Nations Unies pour les réfugiés et d’autres organisations, mais avec l’indépendance financière dont je dispose maintenant, je suis en mesure de subvenir aux besoins de ma famille», dit Adiye.

Vous pourriez être intéressé par ces

Réfugiés rohingyas: commémoration de trois ans

Comment vous avez changé une vie avec une chèvre

Nouveau départ: soutenir les réfugiés vénézuéliens à Lima


*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *