Catégories
Solidarité et entraide

Comment nous soutenons les enfants qui peuvent attendre des années pour un vaccin

Le mois de novembre a commencé avec un soupir de soulagement de la part de beaucoup – grâce à la nouvelle prometteuse qu'un vaccin COVID-19 hautement efficace se profile à l'horizon.

Mais dans la foulée de ce message plein d'espoir, il y avait des nouvelles plus sombres pour ceux qui vivent dans la pauvreté: alors que les pays à revenu élevé revendiquent des milliards de doses de vaccin, de nombreux pays à faible revenu où la Compassion travaille – des pays déjà très durement touchés par le virus – ne peut pas recevoir de vaccins vitaux pendant aussi longtemps que quatre ans, selon une étude.

De nombreux enfants, qui représentent près de la moitié des pauvres du monde, ne peuvent pas attendre aussi longtemps. Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance, alors que les jeunes du monde entier attendent d'être vaccinés, Compassion continue de soutenir près de 2,2 millions d'enfants et de jeunes – en équipant plus de 8 000 églises partenaires pour répondre aux besoins physiques, spirituels et éducatifs immédiats.

Farida porte une robe orange et blanche. Béatrice, vêtue d'une robe rouge et jaune, tient Farida devant une peinture murale à l'intérieur du centre Compassion.
Beatrice, une exécutante du programme de survie au Burkina Faso, tient Farida, 16 mois, l'un des bébés soutenus dans le cadre du programme.

La réalité des besoins à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance

Journée mondiale des enfants, également connue sous le nom de Journée universelle de l’enfance, est reconnue dans le monde entier comme une occasion de défendre les droits des enfants et d’améliorer leur bien-être. Depuis 1954, cette journée spéciale célèbre les efforts internationaux pour créer un monde dans lequel chaque enfant est capable de se développer à son plein potentiel – le même objectif pour lequel nous nous battons chez Compassion.

Nous sommes honorés d’investir dans le développement holistique de certains des enfants les plus vulnérables du monde en les aidant à grandir dans leur esprit, leur corps et leur esprit. Mais surtout aujourd'hui, nos cœurs se brisent en sachant combien d'enfants souffrent déjà en raison de la menace mondiale du COVID-19 – et combien continueront de souffrir sans un accès rapide à un vaccin.

Afin de comprendre comment plaider pour le bien-être des jeunes à travers le monde, nous devons prendre en compte les défis auxquels ils sont confrontés:

  • Chaque fois que le vaccin COVID-19 est libéré, des milliards de doses ont été réservées par les pays riches. Par comparaison, moins de 800 millions de doses ont été réservées aux pays les plus pauvres du monde, selon NPR.
  • Dans de nombreux pays à faible revenu où la Compassion travaille, des décennies de progrès dans la lutte contre la pauvreté ont été perdues à cause du COVID-19, selon les Nations Unies. Après l'extrême pauvreté des enfants, une réduction de 2013 à 2017, Le COVID-19 devrait ajouter jusqu'à 150 millions de personnes à l'extrême pauvreté d'ici 2021, selon les Nations Unies et la Banque mondiale.
  • Plus que 60% des enfants Compassion – et toute leur famille – vivent avec 3,20 $ ou moins par jour. Dans des pays comme le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda, plus de 90% vivent avec le même montant ou moins chaque jour.
  • La faim liée au virus a déjà entraîné la mort de 10000 enfants par mois, selon les estimations des Nations Unies du début de l'année.
  • Rien qu'au cours des derniers mois, des tempêtes meurtrières ont touché des milliers de personnes que sert la compassion – notamment en Asie du Sud-Est et en Amérique centrale.
Anderson et sa mère Keylin se tiennent devant leur maison au Honduras après avoir été endommagée par l'ouragan Eta.
Nos partenaires d'église au Honduras soutiennent des enfants comme Anderson, 2 ans, et sa mère, Keylin, après avoir perdu leur maison dans l'ouragan Eta.

Ce que nous faisons maintenant pour protéger les enfants

À l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance, notre engagement envers ces enfants reste plus fort que jamais. Alors que bon nombre de nos centres de développement pour enfants restent temporairement fermés pour assurer la sécurité des enfants, notre personnel Compassion et nos partenaires de l'église sont restés connectés avec les enfants grâce à des méthodes en personne et virtuelles pour poursuivre leur développement.

<! –->

Aider les familles touchées par COVID-19

Les familles pauvres n'ont pas de filet de sécurité en temps de crise. Aidez à fournir de la nourriture, des soins médicaux et un soutien pendant cette pandémie.

Depuis avril, Compassion a travaillé avec les églises locales pour fournir près de 7,5 millions de paquets de nourriture – dont beaucoup nourrissent des familles entières pendant des semaines – et près de 5 millions de kits d'hygiène aux enfants et à leurs familles. Compassion aide également des milliers de jeunes à recevoir une aide essentielle par d'autres moyens par le biais d'un soutien médical, de transferts en espèces, de cadeaux en espèces et même de transferts mobiles.

Nos fidèles supporters restent en contact avec les enfants qu'ils parrainent et continuent de faire un don à Compassion, y compris à nos fonds pour enfants non parrainés, secours aux sinistrés, soins urgents pour les mamans et les bébés, Assistance médicale et plus.

Rosa porte un jean et une chemise jaune. Elle est assise à l'extérieur de chez elle et fait les activités de son guide pédagogique de l'école.
Rosa fait ses devoirs à l'extérieur de son domicile en Colombie.

Le travail de Compassion est important non seulement en raison de ce qu’il accomplit, mais aussi en raison de qui il sert. Dans certains cas, le soutien consiste à aider les élèves à rester connectés à l'école, comme cela a été le cas pour Rosa, 13 ans, en Colombie. Lorsque Rosa n’a pas pu obtenir l’accès Internet dont elle avait besoin pour l’école, un membre du personnel de Compassion a offert son propre téléphone portable à Rosa pour qu’elle puisse l’utiliser et terminer ses travaux.

Dans certains cas plus graves, le personnel de Compassion aide les enfants à éviter l'itinérance et la famine, comme ils l'ont fait au Nicaragua en fournissant des colis alimentaires et un soutien financier à Ana, 16 ans, et à sa mère, Lisseth. «Sans le centre, nous serions morts de faim», dit Lisseth. «Alors, je remercie le Seigneur pour ses bénédictions et pour avoir donné au personnel du centre un cœur serviable et compatissant pour aider les familles comme la nôtre.

Renouveler notre engagement

Alors même que nous attendons que des milliards de personnes vivant dans la pauvreté soient vaccinés contre le COVID-19, nous savons qu’un vaccin ne résoudra pas les nombreux problèmes auxquels sont confrontés les enfants du monde entier. Tant que l'attente se poursuit, nous nous réjouissons du fait que nos généreux supporters et nos courageux partenaires de l'Église continuent de répondre aux besoins des enfants en cette période de crise mondiale.

Un groupe d'enfants fait la queue en attendant de se laver les mains. Une fille portant un pull rouge se lave les mains comme un membre du personnel de l'église partenaire de Compassion lui a demandé. Tous les enfants portent des masques faciaux et se maintiennent à une bonne distance les uns des autres.
Une employée d’un centre de développement de l’enfant en Éthiopie aide une fille du programme Compassion à se laver les mains pendant que d’autres enfants attendent leur tour.

«Surtout à l'occasion de la Journée universelle des enfants, nous sommes très reconnaissants des efforts héroïques de nos partenaires d'église pour répondre aux besoins critiques des enfants de compassion pendant la période du COVID-19», déclareCompassion Président et chef de la direction Santiago «Jimmy» Mellado.«Mais des millions d'enfants dans le monde ont encore un besoin désespéré, et il reste encore beaucoup à faire.

«Cette crise a souligné l’importance de la proximité de l’Église locale par rapport au besoin et sa capacité unique à servir de mains et de pieds de Jésus dans leurs communautés, et c’est notre grand privilège de nous associer à eux dans cet appel.»

Reportage international de Junieth Dinarte et Lina Marcela Alarcón Molina.


*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *