Catégories
Solidarité et entraide

Comment La Via Campesina améliore la souveraineté alimentaire dans le monde

Souveraineté alimentaireLors du Sommet mondial de l'alimentation en 1996, La Via Campesina a changé à jamais le visage de l'agriculture en créant et en défendant l'idée de souveraineté alimentaire. La Via Campesina, qui se traduit par «La voie des paysans», est un mouvement social international de base – sans doute le plus important au monde. Il s'emploie à éduquer et à autonomiser les petits agriculteurs, les pêcheurs, les travailleurs agricoles, les femmes rurales et les peuples autochtones du monde entier afin qu'ils puissent reprendre leur pouvoir dans le système alimentaire mondial.

Les origines de La Via Campesina

En Belgique, en 1993, des agriculteurs – hommes et femmes – de quatre continents différents se sont réunis pour fonder La Via Campesina. Pendant cette période de mondialisation, les petits agriculteurs ont dû s'unir pour protéger leur voix. On estime que 200 millions de personnes font désormais partie de ce mouvement.

Le mouvement paysan international

La Via Campesina, également connue sous le nom de Mouvement paysan international, a trois objectifs principaux:

  1. Défendre la souveraineté alimentaire et la réforme agraire

  2. Promouvoir l'agroécologie et défendre les semences locales

  3. Promouvoir les droits des paysans et se défendre contre la criminalisation des paysans

Défendre la souveraineté alimentaire

Lorsque les gens parlent d'équité alimentaire mondiale, ils font souvent référence à la sécurité alimentaire. La souveraineté alimentaire va encore plus loin dans ce concept de distribution équitable de la nourriture et plaide pour le contrôle du système alimentaire par ceux qui produisent, distribuent et consomment réellement.

Selon la Déclaration de Nyéléni lors du premier forum mondial sur la souveraineté alimentaire en 2007, «La souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation saine et culturellement appropriée produite par des méthodes écologiquement rationnelles et durables et leur droit de définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles . Il place les aspirations et les besoins de ceux qui produisent, distribuent et consomment de la nourriture au cœur des systèmes et politiques alimentaires plutôt que des demandes des marchés et des entreprises.

Les systèmes agricoles mondiaux sont les plus productifs qu’ils aient jamais été. Le problème aujourd'hui n'est pas un manque de nourriture, mais plutôt des déséquilibres de pouvoir dans le contrôle de la nourriture, empêchant ceux qui ont le plus besoin de nourriture de l'obtenir. La souveraineté alimentaire soutient que tout le monde – producteurs, récolteurs, consommateurs – a le droit de reprendre le pouvoir sur les marchés et les entreprises.

Un autre facteur est la lutte pour la réforme foncière et agraire. L'organisation cherche à s'assurer que ceux qui produisent ont le droit d'utiliser et de gérer les terres, l'eau, le bétail, etc., plutôt que le secteur privé.

Promouvoir l'agroécologie

Ce mouvement est profondément lié à la durabilité et estime que l'agroécologie est un moyen de lutter contre le système économique qui accorde plus d'importance au profit que les gens du monde entier. Les petits agriculteurs représentent près de la moitié de la population mondiale et ont déjà montré qu’ils pouvaient produire des denrées alimentaires de manière écologique et durable.

L'agroécologie est une vision globale de l'agriculture qui stipule que les processus et les pratiques doivent être adaptés aux conditions locales. En créant des systèmes agricoles fondés sur l'indépendance des paysans, sans l'utilisation de pétrole ou d'autres combustibles fossiles, de produits agrochimiques ou de modification génétique, l'environnement et les systèmes alimentaires mondiaux feront des progrès vers un avenir plus sûr. Il repose sur la décentralisation du pouvoir agricole. Bien que cela puisse sembler contre-intuitif dans un monde de plus en plus globalisé, la décentralisation redonne du pouvoir aux personnes qui en ont le plus besoin.

Une partie intégrante de l'agroécologie est la reconnaissance de l'importance des connaissances traditionnelles. Transmis de génération en génération et profondément ancrés dans la culture d'une communauté, les savoirs traditionnels fournissent des informations utiles sur le paysage local et les besoins agricoles. La Via Campesina favorise la transmission des informations et l'innovation d'agriculteur à agriculteur par l'observation.

Promouvoir les droits des paysans

Les paysans sont de plus en plus déplacés et victimes de discrimination dans toutes les régions du monde. Les entreprises continuent de violer leurs droits fondamentaux tandis que les paysans luttent pour les protéger, mourant parfois dans le processus. En 2017, 207 hommes et femmes ont été tués pour avoir défendu leurs terres, leurs forêts et leur eau; un quart d'entre eux étaient autochtones.

Il faut également noter que le terme «paysan» n'a pas de connotations négatives; tel que défini par La Via Campesina, «Un paysan est un homme ou une femme de la terre, qui a une relation directe et spéciale avec la terre et la nature à travers la production de nourriture et / ou d'autres produits agricoles.» Beaucoup pensent que paysan est un mot péjoratif, indicatif d'un statut inférieur. Dans un contexte moderne, il n'y a pas d'association entre le mot «paysan» et «classe inférieure».

La Via Campesina promeut une Déclaration universelle sur les droits des paysans et autres travailleurs ruraux. Cette Déclaration universelle comprend le droit à un niveau de vie adéquat, aux semences, à la terre, à l'information, à la justice et à l'égalité des sexes.

Les réalisations

La Via Campesina a réalisé des réalisations substantielles et durables. De nombreux pays ont intégré la souveraineté alimentaire dans leurs politiques et constitutions nationales. Après un lobbying intense, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans a été adoptée en 2018.

Djigal, une petite productrice de poisson du Sénégal, partage ses réflexions sur la question. «… Un mouvement comme celui-ci nous permet de globaliser la lutte… Pendant longtemps, les paysans ne savaient pas ce qui était en jeu dans ces négociations. Mais grâce à ce mouvement, nous sommes devenus plus éduqués. Maintenant, nous pouvons parler pour nous-mêmes.

Les impacts de ce mouvement ne peuvent être surestimés. C'est une tâche ardue de déplacer l'équilibre des pouvoirs du système alimentaire mondial vers les petits agriculteurs, les populations autochtones et les femmes rurales. Les partisans du capitalisme industriel croyaient que les paysans disparaîtraient, mais les voici, luttant dans le monde entier pour leurs droits.

– Prix Fiona
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *