Catégories
Solidarité et entraide

Ce qu'il faut savoir sur les soins de santé au Mali

Santé au MaliLe Mali a souffert de la présence de groupes terroristes dans ses régions du nord et de l’ouest, de maladies mortelles telles que le paludisme et la tuberculose et d’un coup d’état au cours des deux dernières décennies. Ces circonstances ont créé un système de santé tendu et inefficace. Les taux de mortalité infantile au Mali sont parmi les plus élevés au monde et la moyenne des visites chez le médecin par personne a été d’une fois tous les trois ans. C’est en partie le résultat des frais d’utilisation de son système, que beaucoup au Mali ne peuvent pas se permettre.

Des soins de santé gratuits pour faire face aux taux élevés de mortalité maternelle et infantile

En 2019, le Mali a annoncé qu'il commencerait à offrir des soins de santé gratuits aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans. Il s'agit d'un pas en avant monumental après des décennies d'adhésion à un système qui avait à peine changé depuis les années 1960, lorsque le pays a accédé à l'indépendance. Ce nouveau changement radical profitera aux bénéficiaires les plus vulnérables du système de santé et s’efforcera de réduire les taux de mortalité infantile ainsi que le manque d’utilisation des services de santé par les citoyens. Cependant, le succès du programme dépend de l’efficacité avec laquelle ils peuvent déployer les changements pour éviter d’inonder leurs systèmes de santé.

Outre les frais d'utilisation, d'autres problèmes persistent au Mali, ce qui expose les citoyens à des risques de maladie et de soins insuffisants. Le manque d’éducation en matière de santé des femmes est un problème majeur. Le Mali a le troisième taux de fécondité le plus élevé au monde et sa capitale est l'une des villes les plus dynamiques d'Afrique. L’absence d’éducation sanitaire rend les jeunes femmes vulnérables à des intervalles de naissance plus courts, au manque d’accoucheuses qualifiées et aux mutilations génitales féminines, qui se traduisent tous par des taux de mortalité maternelle élevés au Mali. Avec une moyenne de six enfants par mère, des mesures éducatives axées sur la santé et la planification familiale sont nécessaires pour lutter contre les taux élevés de mortalité maternelle et infantile et réduire la pauvreté.

L'USAID aide à lutter contre les maladies infectieuses

Une autre préoccupation majeure est la prévalence des maladies infectieuses. Le degré de risque du Mali est très élevé pour des maladies telles que le paludisme, la dengue, l’hépatite A, la méningite et la fièvre typhoïde. Ces maladies résultent de la pauvreté, d'un manque d'eau potable et de services de santé adéquats, ainsi que de contacts avec des animaux et des parasites porteurs de maladies. Depuis 2018, l'USAID soutient 991 programmes de santé dans les régions du Mali pour atténuer ces problèmes de santé. Des fournitures telles que des moustiquaires, des tests de diagnostic et des médicaments sont diffusées pour prévenir, diagnostiquer et traiter le paludisme.

Il s'agit d'un travail très important, qui nécessite un financement accru afin de continuer à diffuser ces services vitaux, car les cas de paludisme ont atteint 3,3 millions en 2017 et la maladie était responsable de près d'un quart des décès d'enfants. Avec un budget plus important et une portée accrue, l'USAID pourrait fournir au Mali les outils pour créer un système de santé autosuffisant capable de lutter contre les taux de mortalité maternelle et infantile ainsi que les maladies infectieuses rampantes.

Ellie Williams
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *