Catégories
Solidarité et entraide

Ce qu'il faut savoir sur la tuberculose en Afrique du Sud

Tuberculose: la principale cause de décès en Afrique du Sud

La tuberculose est une menace majeure pour la santé publique en Afrique du Sud, causant plus de 89 000 décès par an. Malgré cela, le gouvernement fait des progrès vers l'éradication de la tuberculose en Afrique du Sud. Les professionnels de la santé en Afrique du Sud encouragent une action précoce et intensive en dépistant tous les patients fréquentant un fournisseur médical principal. Bien que le dépistage prématuré soit une mesure importante, il est également essentiel que le gouvernement sud-africain encourage et aide les personnes à se faire dépister et à suivre le traitement.

Disponibilité et efficacité du traitement

La plupart des personnes atteintes de tuberculose sont guérissables avec une série de médicaments. Il existe actuellement quatre médicaments reconnus capables de traiter la tuberculose: l'isoniazide (INH), la rifampicine (RMP), le pyrazinamide (PZA) et l'éthambutol (EMB). Une fois que les patients ont pris les médicaments pendant trois à neuf mois et en fonction de la dose, leur corps peut être débarrassé des bactéries avec succès. Cependant, il existe une poignée de cas multirésistants (MDR-TB). Environ 1,8% des nouveaux cas en Afrique du Sud sont des MDR.

Pour les personnes atteintes de tuberculose pharmacorésistante, les efforts des professionnels de la santé et du gouvernement sont faibles. Les traitements deviennent inaccessibles pour de nombreux Sud-Africains. De nombreuses cliniques locales sont à court de médicaments pour les patients atteints de MDR ou les délais d'attente pour recevoir des ordonnances sont de plusieurs heures. Par conséquent, les patients doivent également se rendre dans des hôpitaux avec de longs délais d'attente et des salles d'attente bondées. Pour les personnes qui manquent de temps, d'argent et de ressources pour attendre, il existe peu d'alternatives. Cela décourage les personnes ayant reçu un diagnostic de TB-MR de terminer leur plan de traitement. Si un patient saute une dose du régime médicamenteux de six mois, la tuberculose peut refaire surface chez l'individu et revenir beaucoup plus fort. Il est essentiel que le gouvernement sud-africain, avec l'aide d'autres pays et organisations, fournisse à ses citoyens une meilleure accessibilité aux tests, aux médicaments et au personnel médical compétent.

Autres obstacles à surmonter

Une grande partie de la propagation de la tuberculose est le résultat de la transmission involontaire de la maladie ou de la négligence totale de se faire dépister en raison de l'inaccessibilité ou de la stigmatisation sociale. La stigmatisation entourant un diagnostic de tuberculose est un réel problème. En 2014, l'enquête sud-africaine sur la stigmatisation a rapporté que les taquineries et les moqueries affectent plus d'un tiers des personnes atteintes de tuberculose.

La pauvreté est également une dimension importante. En moyenne, le traitement d'un cas régulier de tuberculose coûterait 2500 rands (environ 144,05 dollars), ce qui est un coût élevé pour les familles d'un pays avec un taux de pauvreté de près de 50%. Réduire de 90% les décès dus à la tuberculose en Afrique du Sud coûterait au gouvernement cinq milliards de rands par an, soit plus de 288 millions de dollars. Cependant, avec l'aide d'autres pays et organisations, il est possible d'éradiquer la tuberculose.

VIH, COVID-19 et tuberculose

La comorbidité VIH et tuberculose est une combinaison fatale depuis des décennies. Plus de 6 millions de Sud-Africains vivent avec le VIH, mais un million seulement ont été dépistés pour la tuberculose en 2013. En 2014, seulement 34 000 des millions de personnes éligibles au dépistage ont subi un test.

Désormais, selon des études de juin 2020, les chercheurs pensent que les citoyens atteints de tuberculose active sont 2,58 fois plus susceptibles de mourir après avoir contracté le coronavirus. Pourtant, la tuberculose et le VIH sont pâles par rapport à d'autres facteurs de risque majeurs du COVID-19 comme le diabète ou la vieillesse.

Nous espérons que les compétences que les professionnels de la santé ont acquises en traitant les patients atteints du VIH et de la tuberculose aideront à gérer le nouveau virus. Connaître les équipements de protection, suivre les maladies et réduire la propagation de la maladie sont tous des moyens importants par lesquels la tuberculose a préparé l'Afrique du Sud à la pandémie.

Organisations de lutte contre la tuberculose

Le gouvernement sud-africain pourrait prendre plusieurs mesures pour atténuer les cas de tuberculose en Afrique du Sud. Une action préventive potentielle est la recherche active de cas, où les professionnels de la santé recherchent dans les communautés des personnes atteintes de tuberculose. Une autre action est la recherche des contacts, la méthode de recherche des patients atteints de tuberculose et de dépistage de ceux avec lesquels ils ont été en contact. De nombreuses ONG et campagnes se mobilisent pour aider le gouvernement à lutter contre la tuberculose.

En 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a adopté un nouveau plan de lutte contre l'épidémie de tuberculose en Afrique du Sud intitulé End TB Strategy. En collaboration avec le Programme national de lutte contre la tuberculose, l'OMS encourage l'Afrique du Sud à rechercher, à utiliser de nouveaux médicaments et outils innovants, à collaborer dans tous les secteurs du gouvernement et à évaluer correctement la menace de la tuberculose dans les zones touchées. En outre, la TB Alliance aide à mettre fin à la propagation de la tuberculose en finançant des essais cliniques de médicaments pour la tuberculose-MR en Afrique du Sud.

Quand on considère ce qu'est la «clinique idéale», seulement 10% des cliniques en Afrique du Sud font la coupe. Ces cliniques disposent de fournitures suffisantes, d'un personnel qualifié et de politiques équitables. Il est essentiel que le gouvernement sud-africain reçoive suffisamment de financement pour aider davantage de cliniques à atteindre ce statut et à rester sur la bonne voie pour réduire considérablement la tuberculose d'ici 2035.

– Danielle Kuzel
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *