Catégories
Solidarité et entraide

Ce qu'il faut savoir sur la faim en Suisse

la faim en suisseLa Suisse est un pays aisé avec un niveau de vie élevé et un faible taux de pauvreté. Bien que la pauvreté existe dans le pays, la sécurité alimentaire n'est pas très préoccupante en raison de solides programmes de protection sociale. En effet, la faim en Suisse est un problème que le gouvernement prend au sérieux et s'efforce de l'améliorer.

La vie en Suisse

La Suisse a un niveau de vie global élevé, mais cela s'accompagne d'un coût de la vie élevé qui peut aliéner les personnes pauvres. Zurich et Genève comptent parmi les villes les plus chères du monde où vivre. Même face à d'autres pays développés ayant des niveaux de vie similaires, la Suisse est chère. Les dépenses totales moyennes des ménages en Suisse sont environ 60% plus élevées que la moyenne de l'Union européenne.

Le prix de la vie en Suisse est élevé. L'assurance maladie suisse est obligatoire par la loi, le loyer mensuel est relativement élevé et les frais de transport et d'épicerie sont des dépenses importantes. La Suisse bénéficie également de certains des salaires les plus élevés au monde, ce qui compense le coût de la vie. Cependant, sur les 7,9% de résidents suisses vivant en dessous du seuil de pauvreté – environ 660 000 personnes – ont encore du mal à se payer ce dont ils ont besoin. Cependant, la pauvreté en Suisse est relativement faible. Les programmes de bien-être du gouvernement aident les pauvres à se remettre sur pied.

Programmes de bien-être en Suisse

La faim en Suisse est rare en raison du fait que les allocations sociales suisses couvrent des nécessités telles que la nourriture, l'habillement, le logement, l'assurance maladie et d'autres besoins personnels. Plus de 270 000 résidents suisses reçoivent une sorte d’aide sociale, distribuée au niveau cantonal aux résidents vivant en dessous du seuil de pauvreté du pays. Cela représentait environ 2,85 milliards de dollars dépensés en aide sociale dans tout le pays en 2018.

Il existe plusieurs lignes directrices sur les bénéficiaires de l'aide sociale et sur la manière dont les prestations sociales peuvent être dépensées. Ils comprennent le logement dans une certaine fourchette de prix, les voitures couvertes pour des raisons de santé ou les emplois inaccessibles par les transports en commun, et l'aide sociale ne couvrant pas les frais d'animaux de compagnie. Les bénéficiaires de l'aide sociale n'ont pas le droit de devenir citoyens suisses pendant qu'ils bénéficient de l'aide sociale ou pendant trois ans (même si l'attente est plus longue dans certains cantons).

Les programmes d'assistance sociale veillent à ce que les résidents suisses reçoivent l'aide dont ils ont besoin pour survivre et se remettre sur pied. 8% des bénéficiaires de l'aide sociale ont besoin d'aide pendant six ans ou plus, 20% n'ont besoin d'aide que pendant un ou deux ans et environ 50% reçoivent l'aide sociale pendant moins d'un an. Des programmes de protection sociale agressifs et de bonne qualité garantissent que la faim en Suisse est un problème très rare et facilement résolu.

Sécurité alimentaire mondiale et faim dans le monde

Si la faim en Suisse elle-même n'est pas vraiment un problème, la Suisse s'efforce de contribuer à la sécurité alimentaire mondiale.

Le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI) est un partenariat mondial pour la recherche agricole. Le CGIAR est l’une des 15 organisations prioritaires de la Suisse pour le développement mondial. Il soutient la recherche dans 80 pays sur la qualité des aliments et la gestion durable des ressources naturelles. Le but de leur recherche est de stabiliser la production agricole et l'approvisionnement alimentaire pour une population mondiale croissante. Le Conseil fédéral suisse a renouvelé ses contributions au GCRAI en 2019, s'engageant à contribuer 33,1 millions de francs ou 35,9 millions de dollars au cours de la période 2020-2021.

La Suisse s'engage à soutenir d'autres pays face à l'insécurité alimentaire, comme l'a montré la ville de Bâle qui a organisé l'événement «Basel Gegen Hunger» en juin 2018. Il s'agissait du deuxième événement annuel de la campagne. L'événement a permis de collecter des fonds et de sensibiliser à la crise de la faim au Soudan du Sud. En six semaines, les habitants de Bâle ont levé plus de 53 000 CHF – près de 60 000 $ – pour les personnes touchées par la famine.

La faim en Suisse est faible en raison de ses programmes de protection sociale complets. Cependant, les Suisses sont déterminés à lutter contre la faim dans le monde. La Suisse lutte contre la faim aux niveaux national et mondial par la recherche agricole, en donnant de l'argent et en sensibilisant.

Kathy Wei

Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *