Catégories
Solidarité et entraide

Atténuer la crise des réfugiés au Mozambique

Efforts et solutions pour la crise des réfugiés au Mozambique
Le Mozambique est confronté à une crise de réfugiés. Environ 600 personnes ont été tuées et plus de 115 000 personnes sont déplacées en raison des violences à Cabo Delgado. La plupart des personnes déplacées ont fui vers Pemba, tandis que d'autres ont choisi de s'échapper vers Mocimba da Praia, l'île d'Ibo et Macomia. La région, l'une des plus pauvres du Mozambique, est sujette à la violence, aux épidémies et aux événements météorologiques extrêmes, tels que le cyclone Kenneth de 2019.

Conflit à Cabo Delgado

Ansar al Sunna serait responsable d'une grande partie des violences récentes. Elle a mené des attaques plus fréquentes à partir de 2020. La violence à Cabo Delgado s'est maintenant étendue à la plupart des 17 districts de la province. En raison des attaques, les travailleurs agricoles ont cessé de planter des cultures. En conséquence, il y a une insécurité alimentaire croissante et une perte de revenus. De plus, l'augmentation de la violence empêche les élèves et les enseignants d'être scolarisés, menaçant de faire baisser le taux d'alphabétisation actuel de 44% dans la province.

La crise des réfugiés au Mozambique

Le besoin le plus urgent de réfugiés est un abri, mais cela présente plusieurs défis. Des dizaines de personnes vivent ensemble dans la même maison après avoir fui les violences à Cabo Delgado. De plus, des milliers de personnes ont résidé dans des écoles aménagées comme abris de fortune, ce qui a facilité la propagation du COVID-19.

De plus, la violence a poussé les gens à abandonner de nombreux hôpitaux à Cabo Delgado. Avant les violences, Cabo Delgado disposait d'une infrastructure médicale et d'un espace hospitalier limités, ce qui rendait difficile sa réponse aux flambées de maladies, comme le choléra et le COVID-19.

Solution à la crise des réfugiés

Une solution possible consiste à accroître la sécurité côtière. Les gisements de gaz naturel sont situés au large de Cabo Delgado, et les groupes en profitent pour faire de la contrebande de drogue.

Une autre solution potentielle consiste à renforcer la coopération régionale en Afrique australe. Selon Mail & Guardian, cela est difficile en raison de l’aspiration du Mozambique à contrôler la situation et à recourir aux forces armées pour commettre des violations des droits de l’homme, par exemple en accusant les PDI d’être les auteurs de violences et de les traiter comme des criminels. Bien qu'une action militaire puisse être nécessaire, il faut une réponse régionale à la pauvreté et à la sécurité dans la province pour mettre fin à la violence à Cabo Delgado. La Communauté de développement sud-africaine en serait le fer de lance. Cette organisation se compose de 16 pays, dont le Mozambique, l'Afrique du Sud, la Zambie et le Zimbabwe. La coopération est nécessaire pour protéger la stabilité dans toute la région.

Organisations qui atténuent la crise des réfugiés au Mozambique

Diverses organisations ont pris des mesures pour aider à atténuer les difficultés auxquelles les réfugiés sont confrontés. Cela comprend une collaboration entre le Programme des Nations Unies pour le développement et le Japon. Grâce à une subvention de 643 000 dollars, plus de 3 000 ménages et environ 16 000 personnes en situation de pauvreté recevront une aide. La subvention vise à s'attaquer aux causes profondes de la pauvreté pour aider à atténuer la violence. Entre-temps, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés a engagé 2 millions de dollars en février 2020 pour résoudre les problèmes au Mozambique. Cela comprend l'aide à environ 15 000 personnes grâce à des ressources supplémentaires et des représentants sur le terrain. De même, en juillet 2020, la Commission européenne a accepté de fournir 65 millions d'euros à plusieurs pays d'Afrique australe. Environ 5 millions d'euros iront à Cabo Delgado spécifiquement pour couvrir la sécurité, la nourriture, les abris, la préparation aux catastrophes et les efforts de secours en matière de soins de santé, en mettant l'accent sur l'aide au COVID-19.

À Cabo Delgado, l'évêque de Pemba a été l'une des voix les plus fortes en matière d'aide humanitaire. Il a raconté la violence des églises incendiées et détruites par l'insurrection, la crise humanitaire croissante et l'importance de l'aide à la région. En conséquence, Vatican News l'a décrit comme une «voix des sans voix». En avril 2020, il a déclaré qu'il était compliqué de dire si toutes les violences étaient parrainées par le gouvernement ou le résultat de groupes extrémistes. L’évêque de Pemba a affirmé que même si la province possède du pétrole offshore, l’incapacité du gouvernement à lutter contre la pauvreté et le chômage n’a fait qu’augmenter l’exploitation dans la région. Grâce à son appel au Vatican, l'évêque a pu amener le pape François à mentionner spécifiquement la crise humanitaire à Cabo Delgado dans son message de Pâques.

Bryan Boggiano
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *