Catégories
Solidarité et entraide

Améliorer les droits des femmes au Soudan

Droits des femmes au Soudan
Le discours public sur les droits politiques, humains et des femmes au Soudan connaît un changement majeur. Les questions de participation politique et sociale et de libertés ont été au premier plan des manifestations soudanaises ces dernières années. Les femmes ont joué un rôle majeur dans la rupture des normes et la construction d'une nouvelle identité féminine.

Les protestations

Le Soudan est toujours confronté à un conflit interne majeur en raison de la sécession du Soudan du Sud et du conflit qui a suivi en 2011. Ces dernières années, le rôle des femmes et leurs droits ont été remis en question pour le peuple soudanais. Les femmes au Soudan se sont spécifiquement senties subjuguées en raison des réglementations légales et ont célébré lorsque le pays a éradiqué ces lois.

Un aspect clé de ces problèmes est la classe. Les femmes de la classe supérieure portent des vêtements différents de ceux des femmes plus pauvres du Soudan. Cet écart est non seulement troublant mais profondément enraciné dans l'iniquité sociopolitique. La BBC a rapporté que «ces dernières années, il était courant de voir des femmes riches de Khartoum porter des pantalons en public – alors que les personnes visées par la police des mœurs étaient souvent des femmes plus pauvres des zones marginalisées à la périphérie de ce vaste pays.

La raison

Le Fonds mondial pour les femmes décrit les différentes causes de nombreuses manifestations au Soudan. Certaines des manifestations ont eu lieu au quartier général militaire. Les manifestants ont organisé un sit-in et appelé à «un régime civil, les droits des femmes et la fin des guerres civiles de la nation».

Certaines des réglementations spécifiques que les femmes souhaitent modifier concernent leur apparence physique. Certains exemples que les Soudanais aimeraient changer incluent la façon dont ils doivent s'habiller ou se couvrir les cheveux. Le non-respect de l'une des règles actuelles peut entraîner des punitions sévères et dégradantes. La GFFW a rapporté que «des milliers de femmes ont été condamnées à la flagellation en vertu des lois, les femmes pauvres et issues des minorités étant particulièrement touchées».

Réponse violente

Les manifestants qui envahissent les rues sont principalement des femmes, environ 70%. Ces femmes viennent de divers horizons allant des étudiantes aux femmes au foyer en passant par les commerçants de rue. Ce groupe diversifié de femmes défile dans les rues en chantant, applaudissant et chantant. Au milieu des appels au changement, des violations des droits de l'homme se produisent également.

Il y a eu une augmentation des attaques violentes au cours de nombreuses manifestations en faveur des droits des femmes au Soudan et la fin du conflit civil. Il y a eu des cas de viol, de défiguration et d'incendie. L’armée utilise plus subtilement un langage sexiste et des insultes comme une autre arme contre ceux qui protestent pour les droits des femmes au Soudan. Human Rights Watch affirme que cette violence de représailles «s'est intensifiée à la suite des soulèvements arabes, de la sécession du Soudan du Sud en 2011, de la récession économique du Soudan et de la prolifération de nouvelles guerres dans le sud du Kordofan et le Nil bleu».

Avoir hâte de

La promotion des droits des femmes au Soudan progresse et intègre les questions de classe et de pauvreté. Le pays se rend désormais compte qu'il est urgent de disposer de lois complètes sur les droits humains (et de lois spécifiques protégeant les femmes).

Le mouvement des femmes est fort mais a besoin d’un soutien organisationnel continu. Il existe peu de lois actuellement en place pour protéger les femmes et les enfants et cela doit changer. Les protestations, ainsi que la documentation des violations des droits de l'homme, ne suffisent pas. Le gouvernement doit créer des changements et protéger ses citoyens. Les femmes, comme tous les autres citoyens, méritent des droits humains.

Kiahna Stephens
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *