Catégories
Solidarité et entraide

Améliorer l'accès aux soins de santé au Soudan

Santé au Soudan
Situé dans le nord-est de l'Afrique, le Soudan est depuis longtemps une région d'interaction diversifiée entre l'Afrique continentale et la Méditerranée. Le pays abrite des centaines de groupes ethniques d'Afrique subsaharienne, et les défis politiques et sécuritaires des dernières décennies l'ont affecté. Outre les déplacements, la population dispersée a récemment souffert de plusieurs épidémies de choléra, de dengue, de fièvre de la vallée du Rift (FVR), de chikungunya et de paludisme.

Les soins de santé au Soudan font face à des barrières géographiques et financières uniques à l'accès. Les améliorations des indicateurs de santé sont difficiles à mesurer car elles varient selon les régions. De plus, les efforts visant à améliorer l'accès aux soins de santé se sont heurtés à des défis. Celles-ci incluent une mise en œuvre inefficace des politiques et une mauvaise coordination entre les secteurs de la santé et de l'éducation.

Obstacles financiers

Le Soudan postcolonial a eu un accès gratuit aux soins de santé jusqu'aux années 1990, lorsque le gouvernement a progressivement retiré la fourniture de services de santé. Pour conserver l'accès aux soins de santé, les Soudanais ont souvent besoin d'emprunter de l'argent à leurs proches, de travailler davantage et de réduire leurs dépenses pour d'autres dépenses vitales. Beaucoup ont eu recours à l'achat de traitements partiels recommandés, ce qui a entraîné d'autres complications de santé.

Malgré la réduction du soutien aux soins de santé, le gouvernement soudanais a également investi dans l'enseignement médical supérieur à peu près au même moment. Il a ouvert 30 nouvelles écoles de médecine et a fait du Soudan le pays avec le plus grand nombre d'écoles de médecine en Afrique. Cet investissement a constitué une étape importante dans le progrès durable des soins de santé au Soudan. Il a assuré une augmentation régulière du nombre de professionnels de la santé pour la population croissante de 42 millions d'habitants. Par conséquent, le ratio médecin-patient est passé de 0,1 pour 1000 personnes en 1996 à 0,41 pour 1000 personnes en 2015.

En 1997, afin de compenser la réduction des dépenses publiques de santé, le ministère de la Santé a mis en place une assurance maladie sociale (SHI). En 2017, SHI couvrait la majeure partie de la population de l'État de Khartoum et quelques autres. Malgré les efforts internes, les soins de santé au Soudan reçoivent peu de soutien international. Par rapport à 50% des dépenses de santé au Rwanda, seuls 5,4% des dépenses de santé du Soudan proviennent de l’aide extérieure. Le gouvernement soudanais dépense un montant comparable en soins de santé dans d'autres pays subsahariens. Cependant, le coût des soins de santé pour les citoyens soudanais reste élevé et nombre d'entre eux ne sont pas assurés.

Défis actuels

Le Soudan a du mal à retenir les agents de santé, dont beaucoup quittent le pays pour de meilleures conditions de vie et de travail. Pour réduire la migration des médecins, le gouvernement soudanais a offert diverses incitations aux spécialistes, telles que des salaires généreux, des postes de direction, un logement, des transports et une éducation gratuite pour les enfants. Cependant, le gouvernement ne peut pas se permettre de soutenir ces efforts à long terme ou d'étendre ces avantages à tous les médecins.

Michelle Bachelet, haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a fait valoir que les sanctions imposées par les États-Unis ont empêché le Soudan de recevoir un financement international pour les soins de santé et le soulagement du COVID-19. Le Soudan figure sur la liste des États américains qui parrainent le terrorisme, ce qui le rend inéligible pour accéder à l'un des fonds fiduciaires de 50 milliards de dollars du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Ce fonds aide actuellement les pays vulnérables à lutter contre le COVID-19. Le ministre soudanais de la Santé, Akram Ali Altom, a également confirmé que le système de santé avait un besoin urgent de financement.

Barrières géographiques

Comme dans de nombreux pays africains, les principaux défis en matière de soins de santé au Soudan se situent dans les zones rurales. Là-bas, les conflits, le manque de transports et la répartition inégale des ressources réduisent la disponibilité des personnels de santé. On estime que 70% du total des prestataires de soins de santé se trouvent dans la capitale, Khartoum, et ne desservent que 20% de la population.

L’une des façons dont certains États soudanais ont résolu le problème a été l’utilisation de la télémédecine. La télémédecine a le potentiel de faire tomber les barrières géographiques et d'améliorer l'accès des patients à des soins spécialisés de haute qualité. Un programme pilote de deux ans à Gezira a introduit pour la première fois des dossiers de santé électroniques dans la région. Plus de 165 000 nouveaux patients ont pu s'inscrire aux consultations.

Le Soudan a de nombreux défis à surmonter avant que la télémédecine ne devienne un succès national. Les consultants situés dans le centre de Khartoum n'ont pas répondu. En outre, des problèmes liés à la licence de logiciels et à la maintenance des équipements ont entravé le bon fonctionnement. Comme l'a noté Salah Mandil, qui a dirigé le premier projet de télémédecine à Khartoum, une mauvaise collaboration entre des projets de télémédecine dispersés a nui à l'efficacité et à la croissance. Par exemple, des projets tels que le projet Surveillance (FMOH) et le projet eHealth ont démarré indépendamment dans divers domaines. Cependant, ils ne communiquent ni ne coordonnent les efforts.

Malgré les défis de stabilité et de sécurité, le Soudan a pris des mesures pour améliorer l'accès aux soins de santé au cours de la dernière décennie. Pour garantir des soins de santé égaux et durables au Soudan, il doit relever les défis restants grâce à une meilleure coopération, gestion et financement de la part du gouvernement et des organisations d'aide internationales.

– Beti Sharew
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *