Catégories
Solidarité et entraide

Améliorer la santé mentale en Afghanistan

Santé mentale en AfghanistanDes décennies de guerre civile violente et de troubles politiques ont affaibli le système de santé afghan et conduit à des taux extrêmement élevés de maladies mentales dans la population. En 2004, le Ministère afghan de la santé publique (MOPH) a déclaré que la santé mentale en Afghanistan était une priorité absolue. Aujourd'hui, la Stratégie nationale pour la santé mentale (NSMH) adopte une approche multiforme pour améliorer la santé mentale des citoyens Afgan.

La stratégie nationale pour la santé mentale vise à fournir un système «communautaire et complet» avec «accès au traitement et au suivi des maladies mentales et des affections connexes». L’un des principaux objectifs de ce système est d’intégrer les services de santé mentale dans l’ensemble des services de santé de base (BPHS) de l’Afghanistan. Au cours des 10 premières années d'intégration de la santé mentale dans le BPHS, 70% des patients utilisant les services de santé mentale ont signalé une «amélioration significative». D'autres pays en développement souhaiteront peut-être suivre l'exemple de l'Afghanistan et commencer à mettre en œuvre leurs propres initiatives en matière de santé mentale.

Les femmes dans les zones contrôlées par les talibans

Les enquêtes sur la santé mentale des femmes Afgan dans les zones contrôlées par les Taliban illustrent le lien entre le stress et la maladie mentale. Les femmes vivant dans ces régions déclarent être victimes de ségrégation sexuelle et de traitements violents. Cela comprend les restrictions d'emploi et d'éducation ainsi que la violence domestique et le manque de ressources sanitaires.

Une enquête menée auprès de 160 femmes afghanes pendant le régime taliban de 1996 à 2001 a montré que de nombreuses femmes afghanes souffraient de maladie mentale. Les résultats de l'enquête ont montré que sur 160 femmes,

  • 42% avaient des symptômes de SSPT

  • 97% avaient une dépression majeure

  • 86% souffraient d'anxiété sévère

En outre, les femmes Afgan vivant dans les zones contrôlées par les Taliban souffraient de dépression à un taux presque trois fois supérieur à celui des femmes vivant dans des zones non contrôlées par les Taliban (78% contre 28%).

Intégration des services de santé mentale

Dans de nombreux pays, le soutien en santé mentale relève du financement général de la santé, ce qui se traduit par très peu de fonds directs pour les ressources nécessaires en santé mentale. Cependant, à la suite de l'intégration réussie du gouvernement afghan et de la restructuration de son système de santé, des ressources pour la santé mentale en Afghanistan sont disponibles au sein de l'infrastructure nationale des soins de santé. La décision critique d'intégrer la santé mentale en Afghanistan dans la santé générale a permis à la formation en santé mentale de devenir une priorité pour tous les médecins généralistes en plus des spécialistes.

L'Institut national de la santé mentale rapporte que les personnes souffrant de maladie mentale peuvent potentiellement mourir de 13 à 30 ans avant leurs homologues sans problèmes de santé mentale. L'intégration de la maladie mentale à la santé générale donne aux médecins de premier recours les ressources et la formation nécessaires pour diagnostiquer et traiter les affections. Le transfert de la formation et des ressources aux soignants primaires rend les services de santé mentale plus accessibles au grand public.

La NSMH afghane a reconnu que les médicaments ne peuvent à eux seuls résoudre les problèmes de santé mentale en Afghanistan. Les médicaments traitent les symptômes du traumatisme, pas la source. Cela peut conduire à l'isolement social. Cette recherche a conduit la NSMH à passer d'un plan de traitement strictement médical à un plan de traitement biopsychosocial. Cela fournit aux patients des services de conseil, y compris une formation à la gestion du stress et à la violence domestique pour les agents de santé communautaires et les enseignants.

Impact des services de santé mentale

Avant 2004, aucun psychiatre ne travaillait pour le gouvernement. De plus, la santé mentale reçoit moins de 1% de la formation des médecins. Après l'intégration des services de santé mentale dans le BPHS, chaque hôpital de district en Afghanistan a un médecin de santé mentale à plein temps qui a reçu une formation de deux mois en soins psychiatriques.

Dans les régions qui n'avaient auparavant pas accès aux services de santé mentale, il existe maintenant des établissements de santé avec des agents de santé formés à l'identification des troubles de santé mentale et à la création de plans de traitement. Ces installations peuvent fournir des services à jusqu'à 60 000 personnes. Entre 2002 et 2012, lorsque les programmes de services de santé mentale ont été mis en œuvre, plus de 900 agents de santé communautaires et des centaines de médecins, d'infirmières et de sages-femmes ont reçu une formation aux services de santé mentale.

De plus, en 2001, seulement 10% de la population afghane vivait à moins d'une heure de marche d'un établissement de santé. Le BPHS a accru la présence et l'accessibilité des établissements de santé desservant la santé mentale en Afghanistan. Par la suite, le nombre total de visites de patients dans les établissements de santé est passé de deux millions à plus de 44 millions par an, ce qui montre que les établissements étaient fréquemment utilisés. En 2004, 22% des formations sanitaires ont accueilli un minimum de 750 nouveaux patients par mois. En 2008, 85% l'ont fait.

Incitation économique

Surtout dans les pays en développement, donner la priorité à la santé mentale crée une économie plus durable. Selon l'Organisation mondiale de la santé, la dépression et l'anxiété représentent 1 billion de dollars par an de production perdue ou diminuée dans l'économie mondiale. De plus, lorsque les lieux de travail ne fournissent pas de ressources en santé mentale, ils perdent l'équivalent de 45 années de travail par an. Les conséquences de la santé mentale sur l’économie et la santé de la population sont encore plus importantes dans les pays à faible revenu en raison de la prévalence accrue de la stigmatisation, de la superstition et de l’inaccessibilité des traitements.

En plus des incitations éthiques, les gouvernements ont des incitations économiques à fournir des services et des ressources en santé mentale, car il y a un avantage économique à avoir une main-d'œuvre en bonne santé. L'incapacité de reconnaître et de soutenir les populations souffrant de problèmes de santé mentale entraîne une perte de productivité économique. À l'échelle mondiale, chaque dollar investi dans le traitement des troubles de santé mentale se traduit par 4 dollars en productivité et en bien-être.

Investissement mondial

L’objectif suivant de l’Afghanistan est d’améliorer l’accès au BPHS pour le quart restant de la population qui a encore du mal à obtenir des soins de santé. La croissance du BPHS et la promesse du gouvernement afghan d’étendre ses services pour atteindre tous les citoyens exigent une contribution économique des donateurs internationaux; cependant, le BPHS n'a pas l'intention de compter éternellement sur les donateurs internationaux. La Banque mondiale, l’Union européenne et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) sont les principaux donateurs du BPHS en Afghanistan depuis la création du BPHS. Cependant, chacun a diminué ses contributions au fil des ans.

Entre 2003 et 2009, chacune de leurs contributions financières individuelles a financé environ un tiers des ressources du BPHS pour la santé mentale en Afghanistan. Ces contributions ont également soutenu le soutien technique et infrastructurel en finançant la construction et la rénovation des établissements de santé ainsi que des projets de travaux routiers pour accroître l'accessibilité pour les populations rurales. Entre 2010 et 2012, l'USAID a réduit ses contributions de 4,5 milliards de dollars à 1,8 milliard de dollars. Jusqu'à ce que le MOPH trouve un financement permanent pour la santé mentale en Afghanistan, le financement proviendra des donateurs, des impôts, des dépenses publiques et du paiement direct des patients.

Pour universaliser pleinement les ressources de santé mentale accessibles et abordables, le monde, et en particulier les dirigeants mondiaux tels que les États-Unis, doivent continuer à investir dans la santé mentale et s'engager à lutter contre la pauvreté dans le monde. Réduire la pauvreté dans le monde réduit les troubles civils, ce qui diminue le taux de problèmes de santé mentale. La Banque mondiale, l’Union européenne et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) sont les principaux donateurs de la BPHS en Afghanistan. Le soutien mondial continu aux stratégies de santé mentale aide non seulement les pays frappés par la pauvreté à répondre aux besoins en matière de santé mentale, mais soutient l’économie mondiale en augmentant le bien-être et la productivité de chaque population.

Jour de Nye
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *