Catégories
Solidarité et entraide

Amélioration des droits des femmes au Salvador

Droits des femmes au Salvador
L’établissement de droits effectifs pour les femmes en El Salvador, y compris la protection contre la violence domestique, sexuelle et organisée, est difficile mais pas impossible. Les organisations de base et les marches mènent la charge pour que la loi et la société soient plus agressives envers les hommes contre les femmes.

Il existe des récits similaires mais uniques selon lesquels les femmes qui subissent une violence extrême, meurent de violence extrême ou demandent l'asile dans d'autres pays disent d'échapper à une telle violence. Une grande partie de la violence que subissent les femmes au Salvador se résume à un manque critique de choix reproductifs, de ressources, d'éducation et de hiérarchies discriminatoires entre les sexes à la maison et sur le lieu de travail. Le machisme, ou caractéristiques de l'homme macho, les croyances sont présentes dans tous ces récits.

Pour que les droits des femmes en El Salvador s’épanouissent, le pays doit évaluer et aborder la manière dont le machisme, en tant que forme de patriarcat systémique, persiste dans les fonctions quotidiennes de la vie des femmes salvadoriennes et identifier des solutions potentielles à ce problème de système.

Lois protégeant les droits des femmes au Salvador

Il existe un ensemble de lois, internationales et nationales, garantissant l’égalité de statut des femmes avec les hommes, interdisant la discrimination ou la violence à l’égard des femmes. El Salvador est signataire de la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), ainsi que de la Convention interaméricaine pour prévenir, sanctionner et éliminer la violence à l'égard des femmes (Convention de Belém do Pará).

Malgré ces conventions existantes, les rapports révèlent que sept des 10 pays ayant les taux de fémicide les plus élevés se trouvent en Amérique latine, y compris El Salvador. Cela met en évidence le caractère essentiellement symbolique de ces conventions, dont beaucoup souffrent d'un manque général d'application.

En 1996, 2010 et 2011, le gouvernement salvadorien a mis en œuvre trois lois pour renforcer la protection des droits des femmes et dissuader la violence à l'égard des femmes.

Le premier était la Family Domestic Violence Act (1996) concernant la violence intrafamiliale et le fémicide. Une loi de 2010, la loi intégrale spéciale pour une vie sans violence à l'égard des femmes, visait à punir toutes les formes de violence à l'égard des femmes, allant du harcèlement au travail au meurtre. Enfin, la création de tribunaux spécialisés pour une vie exempte de violence et de discrimination à l'égard des femmes (également connue sous le nom de décret 286 ou «loi sur le fémicide»), de 2011, a vu le jour pour que les tribunaux spécialisés traitent les affaires de toutes les violences à l'égard des femmes, exigeant le personnel juridique pour obtenir les connaissances nécessaires sur le droit d'une femme à une vie sans violence et sans discrimination.

Malheureusement, les lois ne se sont pas avérées efficaces car l'endurance des coups, des viols et des fémicides s'est multipliée depuis l'introduction de la première politique en 1996. Par exemple, en 2012, un an après qu'El Salvador a adopté la loi salvadorienne sur le fémicide, le Commissaire des Nations Unies sur les droits de l'homme (HCR) a estimé que le taux d'impunité d'El Salvador atteignait 77%.

Efforts de la base pour protéger les droits des femmes au Salvador

La Colectiva, une organisation à but non lucratif basée au Salvador, vise à fournir des services et des ressources aux femmes confrontées à la violence sexiste et à lutter contre elles. La fondatrice de l’organisation, Morena Herrera, s’efforce d’abolir le code pénal de l’avortement du pays. L'organisation traite non seulement des conflits domestiques mais se concentre également sur les droits reproductifs et l'éducation afin que les femmes se sentent habilitées à conserver tous leurs droits sur leur corps et à demander de l'aide si nécessaire.

L'avortement et les droits en matière de procréation sont des questions cruciales au Salvador. Le pays a le taux de grossesse chez les adolescentes le plus élevé de toute l'Amérique latine, un quart des jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans ayant été enceintes. En effet, 41% des grossesses chez les filles de 10 à 19 ans résultent d'abus sexuels, dont 12% sont le résultat d'inceste. La dégradation des droits des femmes aux yeux de la loi est plus évidente lorsque les femmes cherchent à se faire avorter, car la loi le considère comme un meurtre avec une peine minimale de 30 ans.

Les féministes d'El Salvador ciblent également le système judiciaire, bastion conservateur, pour sa négligence dans les affaires de violence contre les femmes, y compris les agressions sexuelles sur des adolescentes. De nombreuses femmes jugent les efforts d'autorité vains car les auteurs agissent dans la société en toute impunité. Pour compenser cette disparité, El Salvador s'efforce de doter davantage de femmes juges d'une formation appropriée sur les questions de genre, ce qui les rend plus susceptibles de soutenir les victimes et les droits des femmes en El Salvador.

En avril 2017, des organisations féministes de tout le pays se sont organisées et ont manifesté pour dénoncer les violences sexuelles généralisées, les disparitions mystérieuses de femmes et le féminicide de masse, dans le but de perturber la culture machiste qui affecte les femmes de tous horizons, âges et statuts économiques. Ces marches ont lieu chaque année le 8 mars, Journée internationale de la femme, alors que les militantes des droits des femmes demandent un changement plus radical et plus rapide pour l'égalité.

– Vicki Colbert
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *