Catégories
Solidarité et entraide

7 faits sur les enfants sans abri en Éthiopie

Enfants sans abri en Éthiopie L'Éthiopie, en particulier dans sa capitale, Addis-Abeba, connaît une crise croissante du sans-abrisme. Les jeunes adultes et les enfants quittent la campagne pour essayer de trouver du travail et de l'éducation dans les zones urbaines du pays, mais le coût de la vie et du logement est souvent inabordable. Voici sept faits sur les enfants sans abri en Éthiopie.

7 faits sur les enfants sans abri en Éthiopie

  1. Quarante-deux pour cent des sans-abri d’Addis-Abeba ont moins de 18 ans. Une enquête officielle réalisée en 2010 a dénombré 12 000 enfants sans abri à Addis-Abeba seulement, mais certaines ONG ont estimé que ce nombre était beaucoup plus élevé.

  2. Les problèmes familiaux sont cités comme l'une des principales raisons pour lesquelles les enfants quittent leur foyer et finissent par vivre dans la rue. En Éthiopie, environ 46% des enfants des rues vivent avec des personnes autres que leurs parents biologiques en raison de la mort, du divorce ou de la séparation.

  3. Des refuges résidentiels existent pour les enfants sans abri en Éthiopie, mais ils doivent payer leur entrée et continuer à gagner de l'argent pour y rester. Les refuges sont petits et peuvent accueillir moins de 20 enfants à la fois. Pour environ 20 birr (57 cents en USD), les enfants peuvent payer pour prendre leurs repas et un lit pour une nuit. Un refuge en particulier, Hold My Hand, sert des garçons sans-abri à risque en leur fournissant de la nourriture dans la plus grande école d'Addis, Bole, ou en les réunissant avec des membres de leur famille perdus. Bien que la capacité d'accueil du refuge soit faible, ils ont pu réunir cinq familles avec leurs fils perdus et continuer à nourrir les enfants grâce au projet Bole.

  4. Les enfants sans abri en Éthiopie sont souvent exploités. Les réseaux de traite des êtres humains sont largement présents dans les réseaux criminels du pays, et souvent les jeunes filles sans abri en Éthiopie sont victimes de ces syndicats. Une fois à Addis-Abeba, ces filles sont contraintes de travailler dans des conditions de travail d’esclavage comme domestiques. Près de 400 000 humains ont été piégés dans l'esclavage en 2016. Retrak Ethiopia aide les entreprises à en savoir plus sur les personnes qu'elles emploient, puis essaie de sauver les enfants sans abri en Éthiopie de la traite des êtres humains.

  5. De nombreux enfants sans-abri connaissent une dépendance ou une toxicomanie. Le reniflement de colle est une forme populaire d'abus de drogues chez les enfants sans abri en Éthiopie car la substance est peu coûteuse et facile à obtenir dans la rue. Les enfants des rues reniflent de la colle afin de soulager la douleur de la faim et l'exposition aux éléments.

  6. Le gouvernement éthiopien n'offre aucun type de financement public pour les enfants sans-abri et s'est plutôt appuyé sur une forte présence policière pour tenter de contenir la crise croissante dans les villes. L'une des méthodes utilisées par la police consiste à appréhender des enfants et à les forcer à retourner dans leur ville natale, mais cet effort a été largement infructueux.

  7. Le nouveau Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a tracé une nouvelle voie pour la façon dont le pays s’adresse à sa population croissante de jeunes sans-abri. Sa nouvelle position est «les enfants des rues ont le droit de vivre», ce qui est loin des devises du passé comme celle de 2017 qui mettait l'accent sur «le nettoyage des rues des enfants d'Addis-Abeba». Désormais, le gouvernement éthiopien implique davantage de conversations avec des ONG sur le terrain. Habitat pour l'humanité a ouvert une section éthiopienne pour essayer de reconstruire de vieux logements et en fournir de nouveaux à la population des sans-abri du pays. Les services d'assainissement en Éthiopie ne sont pas disponibles dans 80% des zones urbaines, donc Habitat se concentre sur la création de points d'accès communaux pour la distribution d'eau et à des fins hygiéniques dans des villes comme Addis-Abeba.

Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *