Catégories
Solidarité et entraide

7 faits sur le mariage des enfants en Afrique

faits sur le mariage des enfants en Afrique
Les mariages d'enfants existent depuis des milliers d'années. Alors que le mariage des enfants est plus commun entre les filles et les hommes beaucoup plus âgés, le mariage des enfants est défini comme les mariages où l'un ou les deux partenaires sont plus jeunes que l'âge de 18 ans. Selon l'UNICEF, l'Afrique a le taux le plus élevé de mariages d'enfants au monde . Plus précisément, l'Afrique subsaharienne a les taux les plus élevés où 4 filles sur 10 sont mariées avant l'âge de 18 ans. Dans cette région, le pays du Niger a les taux de mariage d'enfants les plus élevés, avec 77% des filles mariées avant l'âge de 18 ans Voici sept faits sur le mariage des enfants en Afrique.

7 faits sur le mariage des enfants en Afrique

  1. Les enfants se marient dès l'âge de sept et huit ans. L'ONU estime que chaque jour, environ 37 000 filles de moins de 18 ans sont mariées. Parmi les filles forcées au mariage, une fille sur trois vit le mariage des enfants avant l'âge de 18 ans et une femme sur neuf le vit avant l'âge de 15 ans. L'UNICEF estime que si aucun changement ne se produit, le taux de mariages d'enfants en Afrique seule pourrait doubler de 2050.
  2. Les filles subissent souvent une éducation supprimée. La plupart des filles qui sont mariées par un enfant ne reçoivent pas une éducation supérieure à l'enseignement primaire obligatoire de la première à la neuvième année. Cela est dû aux stéréotypes sociaux qui catégorisent les filles en tant qu'épouses domestiques qui restent à la maison pour cuisiner, nettoyer et porter des enfants. Une autre raison est que la plupart des mariages d'enfants ont lieu dans des zones touchées par la pauvreté et qu'ils n'ont pas les moyens de payer une éducation ou n'ont pas accès à l'éducation près de chez eux.
  3. Les enfants impliqués dans des mariages d'enfants sont plus à risque de violence domestique. Un pourcentage élevé de filles mariées subissent des violences domestiques et parfois sexuelles. Selon le Centre international de recherche sur les femmes (ICRW), les filles qui se marient avant l'âge de 18 ans sont deux fois plus susceptibles de subir de la violence domestique par rapport aux filles qui se marient après l'âge de 18 ans. De nombreuses filles ne peuvent pas échapper à cette violence en raison de la pauvreté et le manque d'éducation.
  4. Avoir une fille est considéré comme un fardeau en Afrique. La plupart des mariages d'enfants ont lieu dans des régions frappées par la pauvreté où les familles considèrent les filles comme un fardeau économique et financier. De nombreuses familles, qui veulent compenser l’argent qu’elles ont investi pour élever une fille, ont besoin d’une dot pour le mariage de leur fille. Le coût élevé d'une dot signifie que la plupart des hommes travailleront pendant des années pour économiser pour une femme. En conséquence, la plupart des mariages d'enfants ont lieu entre une jeune fille et un homme beaucoup plus âgé.
  5. Les jeunes mariées courent un plus grand risque de contracter le VIH et d'autres MST. Étant donné que les hommes sont généralement beaucoup plus âgés lorsqu'ils épousent une enfant mariée, ils ont généralement eu plusieurs partenaires avant de se marier. En conséquence, les filles impliquées dans des mariages d'enfants sont plus susceptibles de contracter le VIH et d'autres maladies sexuellement transmissibles. De plus, la recherche a révélé que de nombreux jeunes n'ont pas les connaissances nécessaires sur le VIH et les autres MST et une éducation sexuelle sûre. L'éducation sexuelle est un programme obligatoire en Afrique, mais les tabous religieux et culturels empêchent les écoles d'enseigner correctement ce programme. En 2015, le Département de l'éducation de base a commencé à élaborer des plans de cours pour les élèves de la septième à la neuvième année qui éduquent correctement les enfants sur les relations sexuelles sans risque et les MST.
  6. De nombreuses jeunes mariées font face à des grossesses à haut risque. Étant donné que les filles se marient à un si jeune âge, de nombreuses filles ont des grossesses à haut risque en raison de leur corps sous-développé. En conséquence, ils ont souvent un accouchement difficile. De plus, la grossesse affaiblit le système immunitaire du corps, laissant les jeunes filles facilement vulnérables à des maladies telles que le paludisme. Le paludisme est plus difficile à traiter lorsque l'on est séropositif et peut entraîner la mort de jeunes filles enceintes.
  7. En fin de compte, le mariage des enfants viole les droits de l'homme. Les mariages d'enfants impliquant des garçons sont beaucoup plus rares que ceux impliquant des filles. La principale différence dans un mariage impliquant de jeunes garçons est qu'ils ne présentent pas les mêmes risques pour la santé que les filles. Cependant, les mariages d’enfants entre les deux sexes portent atteinte aux droits fondamentaux de l’enfant. En 1948, pour tenter de décourager les mariages d'enfants, l'ONU a déclaré le mariage d'enfants comme un acte contraire aux droits de l'homme, comme le stipule l'article 16 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Ces sept faits sur le mariage des enfants en Afrique expliquent les difficultés rencontrées quotidiennement par les jeunes filles. Alors que les mariages d'enfants dans le monde connaissent un déclin constant, l'Afrique a été la zone de progression la plus lente. Selon l'ONU, les mariages d'enfants en Afrique pourraient en fait continuer de croître plutôt que de diminuer. Une prise de conscience croissante dans le monde contribue à mettre fin aux mariages d'enfants. Un groupe de filles en Afrique a lancé une pétition pour changer les lois et augmenter l'âge du consentement. Jusqu'à présent, la pétition a reçu plus de 245 000 signatures. Des efforts comme ceux-ci continuent d'aider à mettre un terme aux mariages d'enfants en Afrique.

– Chelsea Wolfe
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *