Catégories
Solidarité et entraide

7 faits sur l'assainissement en Syrie

7 faits sur l'assainissement en Syrie
En Syrie, l'eau insalubre, les installations sanitaires et l'hygiène tuent plus de 85 000 enfants chaque année. En revanche, la guerre tue environ 30 000 personnes par an. Sans eau potable, les jeunes enfants, en particulier les enfants de 5 ans et moins, sont vulnérables à la malnutrition et aux maladies évitables telles que la diarrhée, la typhoïde, le choléra et la polio. Les familles syriennes contraintes de fuir à cause de la guerre courent un plus grand risque de contracter des maladies mortelles. Voici 7 faits sur l'assainissement en Syrie.

7 faits sur l'assainissement en Syrie

  1. Infrastructure endommagée: L'utilisation dévastatrice d'explosifs pendant la guerre en Syrie a laissé les infrastructures de base endommagées au-delà de toute réparation. En 2018, 50% n'étaient pas opérationnels et plus de 35000 bâtiments ont été transformés en décombres. En conséquence, le manque d'accès à l'eau potable est devenu un problème croissant.
  2. Mauvaise gestion de l'eau: Francesca de Châtel, chercheuse sur l'eau, estime que la Syrie a mal géré son approvisionnement en eau pendant 50 ans. De Châtel dit que la Syrie s'est trop concentrée sur des projets agricoles à grande échelle qui ont asséché les rivières et les puits. Le manque d'eau en quantité suffisante a poussé les agriculteurs à abandonner leurs terres et à chercher du travail ailleurs. Cette mauvaise gestion a également des répercussions à l'échelle nationale en raison de la quantité de déchets d'eau.
  3. Accouchement risqué: Les femmes enceintes font partie d'une famille sur trois déplacées de Syrie. Souvent, ils ont peu ou pas de soins médicaux car près de 46% des formations sanitaires ne sont plus fonctionnelles et 167 sont totalement démolies. Cela a contraint de nombreuses femmes enceintes à accoucher à l'extérieur, sous les arbres. Ils n'ont pas d'endroit sûr ou hygiénique pour accoucher, ce qui augmente le risque d'accoucher d'un bébé en mauvaise santé.
  4. Risque de violence pour les filles: Bien que cela puisse sembler une corrélation inhabituelle, le manque d'accès à l'eau à la maison peut mettre les jeunes filles et les femmes en danger de violence. Comme la plupart des ménages n'ont pas d'installations sanitaires propres, les filles et les femmes s'aventurent et parcourent des kilomètres pour aller chercher de l'eau. Au cours de leurs déplacements, ils sont vulnérables à la violence, physique ou sexuelle. En fait, au cours de l'été 2015, la ville syrienne d'Alep a été confrontée à une grave crise de l'eau et trois enfants ont été tués alors qu'ils tentaient de collecter de l'eau pour leurs familles.
  5. Contamination: Les infrastructures endommagées et les inondations d'eaux usées ont contaminé les sources d'eau. Dans la partie nord-ouest du pays, il y a un grand nombre de camps où les citoyens déplacés se sont rassemblés. Ici, ces communautés partagent des latrines qui ne répondent pas aux normes humanitaires minimales et ne sont pas séparées par sexe, ce qui peut aggraver la contamination. Paul Alcalde, qui supervise les programmes d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH), estime que «le manque d'assainissement et le manque de moyens pour les pratiques d'hygiène de base ne visent pas seulement à répondre aux besoins immédiats et aux droits fondamentaux, mais c'est important pour la dignité.»
  6. Coût: Les prix et les taux de change ont rendu l'eau trop chère et hors de portée pour les familles les plus pauvres. Certaines familles consacrent jusqu'à 25% de leur revenu annuel à l'accès à l'eau potable provenant des réservoirs d'eau.
  7. Surpeuplement: De nombreux abris en Syrie et dans les pays voisins, qui hébergent les deux millions de citoyens qui sont devenus déplacés, ne répondent pas aux besoins en eau ou en hygiène des réfugiés. Ces conditions de vie sont insalubres en raison d'un petit nombre de douches et de toilettes ainsi que d'un manque de produits comme le savon. L'eau est également rationnée et les gens ont souvent moins de 10 litres par jour. Certains abris ont été hébergés pour accueillir environ 25 000 réfugiés, mais ils seront surpeuplés et hébergeront deux fois plus.

La bonne nouvelle

Bien que les Syriens, déplacés ou non, soient toujours confrontés à une crise d'assainissement et d'hygiène, de nombreuses organisations à travers le monde ont fait leur part pour aider.

L'UNICEF, chef de file du secteur de l'eau et de l'assainissement, a apporté un certain soulagement au peuple syrien. Depuis 2011, l'UNICEF a fourni à 22 000 personnes de l'eau potable et de l'eau domestique, 225 000 personnes ont reçu du savon et d'autres produits d'hygiène et 17 000 personnes ont eu accès à des toilettes et à des installations sanitaires. Neuf ans plus tard, l'UNICEF a conclu sa première phase de WASH en restaurant complètement les principaux conduites d'eau et d'égouts. À leur tour, 700 000 personnes ont plus d'eau et plus propre au lieu de sources contaminées.

World Vision est une autre organisation qui a apporté un soutien majeur. Ses efforts ont inclus l'installation de 10 réservoirs d'eau dans un camp de réfugiés à Azraq, 5 200 structures WASH au-dessus et en dessous du sol telles que des toilettes et des fosses d'égouts et la construction de 35 robinets raccordés à des réservoirs d'eau souterrains.

Alors que la Syrie continue de faire face à la guerre et à la violence, elle ne doit pas oublier d'aborder également l'assainissement. Avec l'aide continue d'organisations comme l'UNICEF et World Vision, nous espérons que l'assainissement en Syrie s'améliorera.

Stacey Krzych
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *