Catégories
Solidarité et entraide

6 faits sur les soins de santé au Pakistan

Santé au Pakistan
Dans une étude réalisée par The Lancet, les soins de santé au Pakistan se classent actuellement au 154e rang sur 195 pays en termes de performances globales du système. En tant que pays en développement avec seulement 2% de son PIB alloué aux dépenses totales de santé, le Pakistan peine à maintenir un système de santé adéquat en termes de qualité et d'accessibilité.

Les nombreux cas de maladies transmissibles et évitables par la vaccination au Pakistan mettent en évidence son système de santé en difficulté. L'hépatite virale, la dengue, la tuberculose, le paludisme, la typhoïde, le VIH et le choléra sont depuis longtemps les principales causes de décès. Ils sont le résultat de villes surpeuplées, d'un mauvais assainissement, d'une eau potable insalubre et de conditions socioéconomiques inadéquates.

Le Pakistan a l'un des plus faibles taux d'enfants vaccinés, avec une couverture vaccinale globale de seulement 60%. Il en résulte un taux de mortalité néonatale élevé: 69,3 décès pour 1 000 naissances vivantes. De plus, alors que le reste du monde est indemne de polio, les experts considèrent toujours la maladie comme endémique au Pakistan. Les documentations ont déterminé qu'il y avait près de 150 cas de polio en 2019. Avec ces statistiques alarmantes à l'esprit, voici six faits sur les soins de santé au Pakistan.

6 faits sur les soins de santé au Pakistan

  1. Les soins de santé au Pakistan incluent les secteurs privé et public. Le secteur privé dessert environ 70% de la population. Les hôpitaux privés et les établissements de santé surpassent constamment leurs homologues publics, comme le montre la qualité globale des soins de santé et la satisfaction des patients.
  2. Une idée fausse commune est que les services de santé dans le secteur public sont gratuits pour les citoyens pakistanais. Ce n'est pas le cas, puisque 78% de la population continue de payer ses soins de santé de sa poche.
  3. Les soins de santé au Pakistan ont été un point focal après que le pays a signé les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) des Nations Unies. Le Pakistan a commencé à lancer des programmes de soins de santé, en créant des unités de santé de base ainsi que des unités de santé rurales. Les unités de santé de base sont attribuées à des ONG, qui gèrent les opérations quotidiennes, administrent les médicaments et donnent sur les installations.
  4. Les rapports estiment qu'il y a environ 175 000 médecins enregistrés pour servir la population. Cependant, de nombreux médecins pakistanais choisissent de pratiquer à l'étranger en raison de la mauvaise structure des services, de l'augmentation de la charge de travail, du manque de financement et de l'augmentation de l'hostilité de certains. De plus, de nombreuses femmes médecins ont cessé de pratiquer en raison de contraintes familiales et sociales. Compte tenu de tous ces facteurs, le ratio médecin / population s'élève à un médecin pour 1 764 personnes. Pour une couverture adéquate de la population, le Pakistan a besoin d'au moins deux médecins pour 1 000 personnes.
  5. Les soins de santé au Pakistan se sont progressivement améliorés au fil du temps. Actuellement, 92% de la population rurale et 100% de la population urbaine ont accès aux services de santé. Cette amélioration est le résultat direct de la réalisation des OMD par le Pakistan. Malgré les mesures visant à améliorer la qualité des établissements de santé, la plupart de la population préfère consulter des médecins et des praticiens privés.
  6. Le Pakistan continue de s'engager en faveur des OMD afin d'éradiquer une multitude de maladies évitables. L'introduction de programmes de vaccination, tels que le programme élargi de vaccination (PEV), a augmenté la couverture vaccinale au Pakistan de 5% à 84%. Le PEV s'est associé à l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), une organisation mondiale de la santé dédiée à l'augmentation de la vaccination dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Grâce à ce partenariat, d'innombrables personnes s'emploient à éradiquer les maladies évitables par la vaccination, telles que la rougeole, la polio et le tétanos néonatal.

Avec l’arrivée de COVID-19, le système de santé pakistanais subit une pression énorme et peine à gérer les milliers de cas qui arrivent chaque jour. Les travailleurs de première ligne subissent de plein fouet le virus. On estime que 3% du total des cas dans le pays sont des professionnels de la santé. Les professionnels de la santé ont recours à des grèves et à des protestations contre le manque d'équipement de protection nécessaire pour traiter les patients en toute sécurité.

À la lumière des troubles, le Premier ministre Imran Khan a annoncé de nouvelles réformes des soins de santé pour réparer les défauts du secteur de la santé. Les réformes allouent 300 millions de dollars pour payer des ventilateurs supplémentaires et d'autres équipements médicaux. De plus, les grandes villes mettent en place des centres d'isolement pour augmenter la capacité hospitalière des patients infectés.

Ces six faits sur les soins de santé au Pakistan déterminent que le pays devra radicalement transformer les performances de son système de santé dans les années suivantes afin de faire face aux épidémies qui continuent de menacer la population. L’Organisation mondiale de la santé a recommandé que le ministère pakistanais de la Santé porte les dépenses de santé à 5% de son PIB. Cela permettrait non seulement de mettre un terme aux maladies contrôlables, mais également de garantir que le système de santé sera en mesure de faire face à des épidémies dangereuses à l'avenir.

Abbas Raza
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *