Catégories
Solidarité et entraide

6 faits sur le travail des enfants à Djibouti

Travail des enfants à Djibouti
Djibouti est une petite nation africaine située dans la corne de l'Afrique le long du Bab el-Mandeb, un important point d'étranglement maritime. Avec des niveaux élevés de pauvreté et un financement limité des programmes de protection sociale, le travail des enfants à Djibouti a toujours été répandu. Cependant, les efforts du gouvernement et des organisations internationales au cours des dernières années ont commencé à avoir un impact significatif. Voici six faits sur le travail des enfants à Djibouti et les initiatives pour y mettre fin.

6 faits sur le travail des enfants à Djibouti

  1. Taux de pauvreté élevés: Selon Humanium, une ONG qui se consacre à la protection des droits des enfants à travers le monde, 42% de la population de Djibouti vit dans une extrême pauvreté. Le travail des enfants est principalement causé par l'extrême pauvreté, car les enfants sont forcés de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. Par conséquent, les enfants de Djibouti sont parmi les plus vulnérables au travail des enfants en raison de la pauvreté dans tout le pays.
  2. Le travail des enfants: En raison de la situation financière de leur famille, plus de 12% des enfants âgés de 5 à 14 ans travaillent. Le travail peut isoler les enfants socialement et les empêcher d'avoir le temps de poursuivre leurs intérêts académiques. Seuls 60,5% des enfants terminent l'enseignement primaire à Djibouti pour commencer. Avec de nombreux enfants qui travaillent plutôt que d'aller à l'école, le travail des enfants perpétue le cycle de la pauvreté génération après génération.
  3. Efforts du gouvernement: Le gouvernement de Djibouti a joué un rôle actif au cours de la dernière décennie dans la réduction du travail des enfants. Ces efforts comprennent l'établissement de programmes axés sur l'identification des facteurs contributifs du travail des enfants et la recherche de solutions à partir de là. L'un des principaux projets est le Groupe de travail sur la lutte contre la traite des êtres humains, qui a amélioré la collaboration interinstitutions gouvernementales pour lutter contre la traite des êtres humains. Le gouvernement a également mis en place le programme National Family Solidarity pour réduire le travail des enfants en soutenant les ménages djiboutiens en situation d'extrême pauvreté via des transferts monétaires. Ces programmes sont un début pour mettre fin au travail des enfants à Djibouti et quelque chose que les futurs dirigeants peuvent continuer à donner la priorité.
  4. Obstacles juridiques: Malgré les efforts du gouvernement, il subsiste plusieurs failles juridiques qui protègent ceux qui exploitent le travail des enfants. En raison de nombreuses lois ne s’appliquant qu’aux enfants travaillant dans le secteur formel des affaires, les lois de Djibouti sont moins complètes que les normes internationales. Cela est particulièrement problématique car la plupart des cas de travail des enfants surviennent dans le secteur informel (travail dans de petits magasins, vente d'articles dans la rue, travail dans des entreprises familiales, etc.) au sein des communautés rurales. Sans modifications législatives visant à inclure le secteur informel, Djibouti ne peut pas identifier et éliminer la majorité des cas de travail des enfants.
  5. Inspection du travail: De plus, en 2018, il n'y avait que cinq inspecteurs du droit du travail à Djibouti. Cela signifie que la main-d’œuvre de Djibouti, qui compte près de 300 000 personnes, compte environ un inspecteur du droit du travail pour 60 000 travailleurs. Sans les ressources ou le personnel nécessaires pour dénoncer et éradiquer le travail des enfants, le travail des enfants continuera de persister.
  6. Efforts humanitaires: Heureusement, l'ONU, ainsi que divers pays et ONG, interviennent pour aider. L'UNICEF travaille actuellement avec le gouvernement de Djibouti et le projet d'action humanitaire pour les enfants pour améliorer l'accès à l'éducation des enfants djiboutiens les plus vulnérables, y compris les orphelins et ceux qui vivent dans les zones rurales et les plus pauvres. L'UNICEF soutient également les enfants des rues migrants grâce à des cours d'alphabétisation et à d'autres programmes sociaux. En outre, le gouvernement américain a financé un programme de 500 000 dollars pour former les forces de l'ordre. Ce programme élargira les capacités de communication entre les secteurs privé et public en vue de mettre fin au travail forcé et à la traite des êtres humains. Enfin, la Banque mondiale supervise de nombreux programmes qui s'attaquent aux causes profondes de la pauvreté et du travail des enfants à Djibouti en promouvant le développement du capital humain et l'éducation.

Ces six faits sur le travail des enfants à Djibouti mettent en évidence les problèmes persistants et ce qui est fait pour y remédier. À l'avenir, le gouvernement et les autres organisations humanitaires doivent continuer de se concentrer sur la lutte contre le travail des enfants et l'extrême pauvreté. Réformer la législation pour répondre aux normes internationales, protéger les enfants de tous âges et de tous horizons et continuer à améliorer l'accès à l'éducation sont toutes les prochaines étapes importantes. Avec des efforts continus, on espère que le travail des enfants à Djibouti pourra être éradiqué.

Alex Berman
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *