Catégories
Solidarité et entraide

5 idées fausses sur l'itinérance | Le projet Borgen

5 idées fausses sur l'itinéranceLe sans-abrisme affecte tous les coins du monde. En 2019, on estimait que 150 millions de personnes étaient sans abri, tandis que plus de 1,6 milliard n'avaient pas accès à un logement convenable. Malgré sa prévalence, beaucoup ont des perceptions inexactes de la nature du sans-abrisme. La population sans-abri a des obstacles extrêmement élevés pour surmonter sa situation. Pour élever les personnes souffrant d'itinérance, d'autres doivent d'abord se renseigner sur les nombreuses idées fausses sur l'itinérance. Voici cinq idées fausses courantes sur l'itinérance.

5 idées fausses sur l'itinérance

  1. «Le contexte n'affecte pas le sans-abrisme.» Les circonstances entourant le sans-abrisme sont répandues et ne peuvent être identifiées. Cependant, certains ensembles de conditions rendent l'itinérance plus probable. Par exemple, les causes du sans-abrisme pourraient inclure le déplacement, les conflits, les catastrophes naturelles, la maladie mentale, les conflits familiaux, l'embourgeoisement, l'urbanisation rapide et le manque de logements abordables. Des millions de personnes au Nigéria, au Pakistan, en Indonésie et ailleurs sont déplacées par le terrorisme ou des catastrophes naturelles. Ces conditions sont en grande partie incontrôlables et inévitables. Les sans-abri peuvent être mis dans cette situation sans avoir à choisir eux-mêmes. Malheureusement, le cycle de la pauvreté peut se poursuivre en raison de l’origine sociale, économique ou géographique d’une personne.
  2. «La plupart des gens sont sans abri à cause de leur dépendance.» Bien que la drogue puisse être une cause, il est plus probable que la dépendance se développe après que l'on devient sans-abri. Les personnes sans abri peuvent tomber dans l'abus d'alcool et de drogues pour engourdir leur réalité. Une étude menée en Australie a conclu que seulement 3% des sans-abri étaient causés par la toxicomanie, tandis que la principale cause d'itinérance était un manque de logement à 45%. La dépendance peut devenir un mécanisme d'adaptation pour les personnes en situation négative, comme l'itinérance. La stigmatisation liée à la toxicomanie et à l'itinérance rend le traitement de la toxicomanie moins probable pour les personnes dans cette situation difficile.
  3. «Les sans-abri devraient simplement trouver un emploi.» Pour trouver et conserver un emploi, les gens ont généralement besoin d'un CV, d'un accès fiable au transport, de vêtements propres à porter et d'un moyen de contact comme un téléphone portable. Les sans-abri ne peuvent souvent pas remplir les demandes d'emploi sans ces exigences. Même avec toutes ces ressources, il se peut qu'elle ne règle pas les problèmes sous-jacents du cycle de l'itinérance chronique. Obtenir un emploi peut se produire, mais des problèmes récurrents peuvent dissuader les gens de stabiliser toute source de revenus. Il est tout à fait faux de penser que les sans-abri sont paresseux et devraient trouver un emploi. Le fait est que trouver simplement un emploi est plus difficile qu'il n'y paraît.
  4. «Il existe suffisamment de services pour soutenir les sans-abri.» La majorité des services créés pour servir les sans-abri concernent le logement et la nourriture. Bien que ces services soient précieux, ils ne s'attaquent pas aux barrières institutionnelles plus importantes pour briser un cycle de pauvreté. Le soutien à l'emploi, les soins de santé, le logement abordable et les services à la famille sont quelques commodités moins accessibles. Les solutions au sans-abrisme doivent inclure des services temporaires et à long terme de réadaptation. De plus, les centres urbains sont plus susceptibles d'avoir des services pour les sans-abri, tandis que l'accès est particulièrement limité dans les zones rurales. Pour créer des méthodes de secours plus permanentes, les organisations doivent aborder le sans-abrisme de manière holistique.
  5. «Le sans-abrisme ne peut être résolu.» Il n’existe pas de solution universelle, mais la responsabilité de la communauté à l’égard des sans-abri peut avoir un impact considérable. La Finlande est un excellent exemple de changement communautaire entraînant une diminution du sans-abrisme. Au cours des 15 dernières années, les chiffres ont diminué d'environ 40%. À partir de solutions personnalisées, de logements abordables, de changements de politique et de soutien local, la Finlande construit des réseaux solides qui produisent des résultats tangibles. La prévention sera également une étape cruciale dans la résolution du sans-abrisme dans le monde. En s'attaquant aux causes du sans-abrisme par le biais de programmes d'intervention, une diminution du sans-abrisme dans le monde est probable. C'est une idée fausse claire sur l'itinérance que ce problème est inévitable et irréparable.

Après avoir remis en question ces stéréotypes, les gens peuvent commencer à humaniser la population des sans-abri et faire plus de travail pour résoudre cette épidémie. Abandonner ces cinq idées fausses sur l'itinérance est un excellent moyen de commencer à remettre en question les croyances stéréotypées. Si les gens en apprennent davantage sur les vérités concernant le sans-abrisme, la société peut remodeler et redéfinir les solutions à ce problème.

Eva Pound
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *