Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur les droits des femmes en Algérie

Droits des femmes en Algérie
La constitution algérienne stipule que tous les citoyens sont créés égaux. Il ne devrait pas y avoir de discrimination fondée sur «la naissance, la race, le sexe, l’opinion ou toute autre condition ou circonstance personnelle ou sociale». Cela semble bon en théorie; cependant, le gouvernement a mis en œuvre un code de la famille dans les années 80 qui traite les femmes comme des mineures sous la tutelle légale de leurs maris et pères. L'Algérie a apporté quelques modifications à ce code depuis sa mise en œuvre, mais ces changements sont intervenus après des années d'activisme et de pression sur le gouvernement. Voici cinq faits sur les droits des femmes en Algérie.

5 faits sur les droits des femmes en Algérie

  1. Le gouvernement a fait des efforts pour accroître l'égalité des sexes sur le marché du travail. En février 2016, le gouvernement a publié un article pour promouvoir l'égalité sur le marché du travail. L'article «encourage la promotion des femmes à des postes de responsabilité dans les institutions publiques et dans les entreprises». Il n'y a aucune restriction légale sur les professions choisies par les femmes. Cependant, selon le code de la famille, le mari peut révoquer le cheminement de carrière de l’épouse s’il n’y souscrit pas. Certains hommes préfèrent que les femmes choisissent des cheminements de carrière plus féminins tels que la santé et l'éducation.
  2. Certaines formes de violence domestique sont désormais criminalisées. Le gouvernement a adopté des amendements au code de la famille en décembre 2015 qui peuvent protéger les femmes en cas de violence domestique. L'agression contre un conjoint ou un ancien conjoint peut entraîner 20 ans d'emprisonnement. Les agressions entraînant la mort peuvent avoir des conséquences sur la vie en prison. L'amendement criminalise également le harcèlement sexuel dans les espaces publics.
  3. Les femmes peuvent plus facilement divorcer et obtenir la garde de leurs enfants que par le passé. Cependant, malgré de nouvelles lois qui permettraient aux femmes d'avoir plus accès au divorce et à la garde des enfants, les femmes ont encore du mal à divorcer de leur mari. Les femmes ont besoin de l’approbation des tribunaux et doivent répondre à certains critères avant d’engager le divorce. Les hommes n'ont pas besoin de fournir le même montant de justification. En outre, les femmes risquent également de perdre leurs biens et leurs biens si elles décident de mettre fin à leur mariage, une préoccupation qui n'affecte pas souvent les hommes.
  4. De nombreuses organisations luttent pour les droits des femmes en Algérie. Il existe 30 organisations en Algérie qui luttent contre l’oppression des femmes. Ces organisations font partie d'un réseau créé par le Collectif de la société civile pour une transition démocratique, qui s'est formé après les manifestations pour les droits des femmes en 2019. Nombre de ces organisations sont dirigées par des femmes. Une organisation, Djazairouna, existe depuis le milieu des années 1990. Pendant la guerre civile en Algérie dans les années 90, connue sous le nom de Décennie noire, les femmes étaient la cible d’extrémistes. Les enseignants, les femmes d'affaires, les chauffeurs et les femmes engagées dans la sphère publique ont été particulièrement visés. Ces femmes étaient souvent violées, assassinées ou disparaissaient. Djazairouna a aidé les familles touchées par la Décennie noire en fournissant une assistance morale, psychologique et juridique aux victimes. Après la Décennie noire, Djazairouna a continué de demander justice pour les familles des victimes.
  5. De plus en plus de femmes occupent des fonctions publiques en Algérie. De nombreuses organisations qui luttent pour les droits des femmes en Algérie ont été à l’origine d’une législation majeure qui garantirait aux femmes l’égalité et une plus grande représentation politique. En 2012 et 2014, les femmes occupaient environ 30% des sièges du cabinet du gouvernement. Les femmes représentent également la moitié de tous les juges, 44% des magistrats et 66% des professionnels de la justice des juridictions inférieures.

L’Algérie a fait des progrès significatifs dans l’amélioration des droits des femmes. Cependant, comme les manifestations de 2019 l'ont prouvé, il y a encore place à l'amélioration. Pour aller de l’avant, il est essentiel que le gouvernement algérien accorde la priorité au renforcement des droits des femmes dans tous les secteurs. Si ces progrès se poursuivent, il y a de l'espoir pour l'égalité des sexes à l'avenir.

Jackson Lebedun
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *