Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur Leblouh en Mauritanie

Leblouh en MauritanieLa République islamique de Mauritanie est une nation ouest-africaine avec une population de plus de 4 millions d'habitants. Le pays est une «société profondément patriarcale» dans laquelle les femmes et les filles apprennent qu'elles sont inférieures aux hommes et qu'elles doivent plaire aux hommes pour avoir une vie épanouie. Une manifestation de cette culture est la norme de beauté pour les femmes, qui met l'accent sur l'obésité comme un signe de richesse, de statut et de désirabilité. L'importance d'atteindre ce standard de beauté a entraîné la pratique du leblouh, ou le gavage de filles dès l'âge de cinq ans jusqu'à ce qu'elles deviennent obèses. La pratique du leblouh en Mauritanie a de graves effets sur la santé, mais les femmes se battent contre elle. Voici cinq faits sur leblouh en Mauritanie.

5 faits sur Leblouh en Mauritanie

  1. Le gavage est un phénomène relativement courant: Près d'une femme sur cinq en Mauritanie a été gavée. Leblouh est beaucoup plus répandu dans les zones rurales, où les traditions et les coutumes sont pratiquées plus strictement. Une étude de 2007 a révélé que 75% des femmes rurales avaient souffert de leblouh en Mauritanie. Dans le même temps, moins de 10% des femmes et des filles des villes et des zones urbaines ont subi le gavage.
  2. Leblouh a de graves conséquences sur la santé et la sécurité des femmes. Pendant deux mois dans un camp d'alimentation, les filles doivent consommer jusqu'à 16 000 calories de viande, de lait, de céréales et d'huiles par jour. Le refus de manger a souvent des répercussions physiques. Parmi les femmes de ces camps, 60% ont signalé des punitions physiques comme les coups. Plus d'un quart ont eu les doigts cassés en guise de punition. Cependant, les effets de l'obésité sur la santé sont une punition en soi. Les femmes en surpoids risquent des maladies comme le cancer, l'insuffisance rénale, les maladies cardiaques, le diabète et l'apnée du sommeil. Ils sont également souvent confrontés à des effets psychologiques néfastes ainsi qu'à une courte espérance de vie. De plus, l'obésité expose les femmes à des complications pendant la grossesse et l'accouchement.

  3. Le gouvernement mauritanien s'emploie à lutter contre l'obésité. Il a lancé une campagne médiatique encourageant la perte de poids et des habitudes de vie plus saines en 2003. Des médecins et des experts de tout le pays ont soutenu la campagne, qui mettait l'accent sur les effets de l'obésité sur la santé. Cependant, le manque d'accès aux médias dans les zones rurales a rendu difficile la communication de ces messages aux communautés rurales, où leblouh est plus courant. Seul un quart des femmes mauritaniennes regardent la télévision. De plus, seulement 27% des femmes écoutent la radio chaque semaine et 11% lisent les journaux. Cela a rendu difficile pour la campagne du gouvernement d'atteindre son public cible.
  4. Des gymnases réservés aux femmes ont ouvert pour encourager la perte de poids et des habitudes de vie plus saines chez les femmes mauritaniennes. Le premier gymnase réservé aux femmes a ouvert ses portes dans la capitale, Nouakchott. En 2011, il comptait 300 membres. Les femmes ont rejoint le gymnase pour diverses raisons, y compris les ordres des médecins, l'image de soi et l'infiltration de la culture occidentale et l'accent mis sur la minceur.
  5. Des ONG dirigées par des femmes ont été créées pour lutter contre la pratique du leblouh et plaider en faveur de l’émancipation des femmes dans toute la Mauritanie. Une de ces organisations est Espoire. La dirigeante d'Espoire est Fatma Sidi Mohamed, qui a été gavée lorsqu'elle était enfant. L'organisation vise à offrir aux femmes plus d'opportunités de gagner un revenu. Mohamed pense que si les femmes peuvent gagner leurs propres revenus, elles seront moins susceptibles de retirer leurs filles de l'école pour «les engraisser en vue d'un mariage précoce». Espoire apprend aux femmes à lire, dispense des cours de santé et accorde un microcrédit aux femmes de Nouakchott. Tout cela a pour objectif final d'encourager les femmes à rejoindre le marché du travail et à vivre en meilleure santé.

Comme le montrent ces cinq faits sur leblouh en Mauritanie, le gavage est un problème répandu et grave. L’accent mis sur l’obésité par la culture constitue de graves menaces pour la santé et le bien-être social des femmes. Cependant, cette culture semble évoluer au profit de modes de vie plus sains, notamment en ville.

Sydney Leiter
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *