Catégories
Solidarité et entraide

5 faits sur le sans-abrisme au Ghana

Itinérance au GhanaLe Ghana a une population de 30,4 millions de personnes, et plus de 100 000 de ces personnes sont sans abri chaque nuit. Bien que la plupart de la population ait accès à un logement sûr et abordable, tous les Ghanéens ne l'ont pas. Voici cinq faits sur le sans-abrisme au Ghana.

5 faits sur le sans-abrisme au Ghana

1. 39% de la population urbaine du Ghana vit dans des bidonvilles. Cela équivaut à environ 5,5 millions de personnes. Les ménages pauvres et les victimes de violence domestique sont plus à risque d'itinérance. Dans les zones urbaines, les femmes célibataires avec enfants sont également exposées au risque d'itinérance. Obtenir la propriété d'une maison peut être difficile pour certaines femmes car dans les tribus matrilinéaires, lorsqu'un homme meurt, il y a des limites pour les femmes en ce qui concerne l'héritage des biens du conjoint.

2. Dans les zones urbaines, il y a une pénurie de logements. Ces pénuries sont causées par un manque de financement adéquat, des matériaux de construction coûteux et des retards dans l'obtention des permis de construire. Il est également difficile d'accéder à des terrains urbains pour y construire. Il n'y a pas assez de propriétés locatives gouvernementales disponibles, et celles qui existent sont pour la plupart habitées par des fonctionnaires.

3. COVID-19 a empiré les choses. De nombreux Ghanéens sans abri ne peuvent pas se conformer aux ordres de verrouillage et n'ont pas toujours accès à des masques, des gants et des désinfectants pour les mains. Leur travail antérieur de transport des marchandises des acheteurs ou d’aide au chargement des passagers est devenu obsolète pendant la pandémie. Certains bénévoles aident à distribuer de la nourriture et de l'eau aux sans-abri, tandis que d'autres soutiennent que le gouvernement devrait distribuer des ingrédients bruts et de l'argent au lieu de la nourriture cuite.

4. Des politiques et programmes de logement sont mis en œuvre. L'un de ces projets est le Tema-Ashaiman Slum Upgrading Facility (TAMSUF). Ce projet vise à moderniser les bidonvilles, à développer des logements sociaux et à faciliter les projets de développement urbain. TAMSUF a achevé son premier projet d'habitation en 2011, qui consistait à construire un immeuble comprenant 31 logements et 15 commerces. En outre, il s'agissait également d'une installation commerciale de toilettes et de bains. TAMSUF a également construit une installation d'assainissement contenant six salles de bains, pouvant accueillir 12 personnes. De même, la Fédération ghanéenne du Fonds pour les pauvres en milieu urbain (G-FUND) cherche à permettre aux Ghanéens sans-abri d'accéder à des fonds afin de subvenir à leurs besoins. Créé en 2010, ce fonds fournit aux ménages à faible revenu du Ghana des crédits pour le logement et le développement des entreprises. Ce financement améliore également les infrastructures.

5. L'Urban Poor Fund International travaille à l'amélioration des conditions de vie. L'UPFI a construit plus de 60 000 maisons et amélioré 3 000 logements dans divers pays. Des exemples de leurs projets incluent une initiative de gestion des déchets menée par la communauté et également une construction de logements à Amui Dzor, Ashaiman, au Ghana. Le projet de logement Amui Dzor a hébergé 36 familles et fourni de nombreux logements, salles de bains et magasins de location depuis sa création en 2009. L'un des sponsors les plus connus du projet était la Fondation Bill et Melinda Gates.

Beaucoup de sans-abri au Ghana ont besoin de l’aide du gouvernement et de projets de logement pour se remettre sur pied. Des lois efficaces sur le contrôle des loyers et le logement pour les personnes à faible revenu ne sont que quelques-unes des nombreuses politiques qui peuvent aider à réduire ou à diminuer les taux de sans-abrisme au Ghana.

– Ayesha Asad
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *