Catégories
Solidarité et entraide

4 raisons de la faim en Somalie

faim en SomalieDes essaims acridiens incontrôlables, des sécheresses intenses et de fortes inondations ont décimé les cultures et les moyens de subsistance des Somaliens. Ces facteurs augmentent la faim en Somalie en laissant des millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire. À l’heure actuelle, 5,7 millions de personnes, soit près de la moitié de la population somalienne, sont en situation d’insécurité alimentaire et 2,7 millions de personnes ne peuvent pas satisfaire leurs besoins alimentaires quotidiens. Le pays est confronté à des combats constants, à des essaims de criquets récurrents, à des sécheresses et à des inondations – qui ont tous des effets dramatiques sur la faim en Somalie.

4 raisons de la faim en Somalie

  1. Le conflit en cours déstabilise le pays, perturbe les moyens de subsistance et entrave la distribution de l'aide. Depuis son accession à l'indépendance en 1960, la Somalie a connu conflit après conflit, déstabilisant le pays et faisant du tort à sa population. En 1988, une guerre civile à grande échelle a éclaté en raison d'un vide de pouvoir. Deux chefs de guerre ont tenté de prendre le contrôle du pays, tous deux échouant finalement mais soumettant la Somalie à une crise. Les combats entre ces factions ont détruit les récoltes et arrêté la distribution de nourriture, provoquant une famine qui a tué 300 000 personnes. Actuellement, plus de 2,6 millions de Somaliens sont déplacés à l'intérieur du pays et 760 000 Somaliens ont fui vers les pays voisins, abandonnant leurs moyens de subsistance. Même si un gouvernement a été établi en 2004, son pouvoir est extrêmement limité. Le conflit se poursuit dans tout le pays, diminuant la stabilité et la sécurité tout en soulevant des problèmes humanitaires, l'un d'entre eux étant l'insécurité alimentaire.
  2. Le plus grand essaim de criquets que la Somalie a connu en 25 ans ravage actuellement les cultures et les terres agricoles. Pour aggraver une situation déjà fragile, les criquets se régalent de récoltes qui pourraient autrement nourrir 280 000 personnes pendant six mois. L'épidémie acridienne est apparue au Yémen en décembre. Au lieu de s'éteindre comme prévu, les effectifs acridiens ont augmenté de façon exponentielle lorsque les pluies non saisonnières ont permis la reproduction. Les criquets adultes causent des dommages incroyables aux cultures: ils peuvent manger leur poids corporel quotidiennement et peuvent voler jusqu'à 93 miles pour trouver de la nourriture. S'ils ne sont pas contrôlés, la perte de récoltes sera sévère. Actuellement, la Somalie prévoit d'utiliser des biopesticides – un champignon qui produit une toxine destinée à tuer uniquement les criquets et les sauterelles apparentées – pour se débarrasser des essaims. En raison de la nature instable du gouvernement somalien, il est impossible d'utiliser des avions pour pulvériser des insecticides depuis les airs, de sorte que le biopesticide est une alternative fiable.
  3. La Somalie souffre d'une sécheresse de 10 ans. Au cours de la dernière décennie, la sécheresse a gravement touché la population essentiellement agricole de la Somalie et contribué à la faim en Somalie. Pendant ce temps, la Somalie n'a connu qu'une seule saison des pluies. Ainsi, en 2011, la sécheresse est devenue si grave qu'elle a déclenché une famine. Pour qu'une famine se produise, trois choses doivent se produire: un échec de la production alimentaire, une incapacité à accéder à la nourriture et un échec des gouvernements et des donateurs internationaux à réagir. Premièrement, la sécheresse a tué les cultures et le bétail, de sorte que les gens ont perdu leurs revenus et leur pouvoir d'achat; ils n'étaient plus en mesure d'obtenir de la nourriture. Enfin, les donateurs n'ont pas réagi assez rapidement ou n'ont pas fourni autant d'aide que nécessaire – l'ONU n'a levé que 200 millions de dollars sur le milliard de dollars nécessaire. En raison de ce «triple échec», cette famine a tué environ 260 000 personnes. Ainsi, lorsque la sécheresse s'est aggravée en 2017-2019, la réponse, bien que toujours insuffisante, a été suffisante pour empêcher la situation de se transformer en famine. Cependant, 6,7 millions de personnes n'ont toujours pas accès à la nourriture. Les flambées de choléra, de diarrhée et de rougeole ont accompagné la sécheresse, et comme les gens étaient déshydratés et affaiblis par la faim, ces flambées ont eu un lourd tribut, infectant plus de 16 000 personnes.
  4. Les pluies saisonnières se transforment en crues éclair destructrices. En avril 2020, les pluies saisonnières de Gu, qui durent d’avril à juin, ont inondé plus de 27 districts et provoqué le débordement des rivières Shabelle et Juba. Les inondations ont touché près de 1,2 million de personnes et déplacé 436 000 personnes. Alors que les pluies Gu ’sont attendues – et sont souvent un répit des sécheresses de longue durée – elles sont souvent destructrices. Dans le seul district de Doolow, les inondations ont détruit 1 200 fermes et 12 000 hectares de terres agricoles. Ce type de pluie n'aide pas la Somalie à lutter contre sa sécheresse, mais submerge les communautés et provoque encore plus de destructions.

Avec les élections à venir, la Somalie a l'occasion de faire un pas en avant vers la paix et la stabilité. Alors que les essaims de criquets, la sécheresse et les inondations menacent de saper l’avenir de la Somalie, un gouvernement plus fort sera en mesure de ralentir le conflit et de rétablir la sécurité, permettant une meilleure gestion des ressources pour empêcher que la faim en Somalie ne se poursuive.

– Zoe Padelopoulos
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *