Catégories
Solidarité et entraide

10 faits sur l'itinérance au Chili

Sans-abri au Chili
L'itinérance au Chili demeure un problème. La répartition des richesses continue de placer un grand nombre de personnes dans les rues. Voici 10 faits sur l'itinérance au Chili.

10 faits sur l'itinérance au Chili

  1. Environ 6 000 sans-abri vivent à Santiago, au Chili. Ce nombre représente la moitié de la population sans-abri du Chili.
  2. Une cause importante du nombre élevé de sans-abri est due au fait que le salaire minimum ne couvre souvent pas les frais de logement. Selon la journaliste Misha Wilmers, le coût moyen d'un appartement par mois équivaut à 200 $ de plus que le salaire minimum.
  3. Une étude du ministère du Développement social a révélé que 77% des sans-abri au Chili avaient un emploi. Ignacio Eissmann, une voix académique de premier plan au Chili, est sceptique quant au rapport. Eissmann prétend qu'il est trompeur en raison de la nature incohérente de l'emploi de nombreux citoyens sans-abri.
  4. Environ 785 des sans-abri sont des enfants. Ces «enfants des rues» vivent sans accès à une nourriture ou à une éducation adéquates.
  5. La violence familiale est l'un des principaux facteurs de l'itinérance des enfants au Chili. Alors que certains n’ont pas de maison où retourner, d’autres ne le seront pas en raison des situations familiales défavorables. S'il y a un parent violent, un enfant peut choisir les dangers de la rue au lieu de faire face à un parent dangereux.
  6. Le président, Sebastián Piñera, exhorte les citoyens chiliens à aider à la crise. En 2012, a-t-il déclaré, «veuillez faire l'effort de les amener dans les abris que nous avons fournis.» Il a poursuivi en disant que les abris contribuaient à réduire les décès en hiver.
  7. L'inégalité en matière de logement est un contributeur majeur au sans-abrisme chilien. Selon le Santiago Times, «(les citoyens chiliens sans abri) se voient offrir peu ou pas de services gouvernementaux et certainement pas d'options de logement, sauf pour un abri périodique et des services de bienfaisance». Sans options de logement, les sans-abri ont peu de chances de changer leur situation.
  8. Un prêtre a fondé des abris de logement qui forment un réseau à travers Santiago. Le réseau s’appelle «Christ’s Home» et propose «des écoles de métiers, des centres de réadaptation et d’autres services pour les pauvres», selon l’agence de presse catholique. Selon Harvard's Review of Latin America, la maison du Christ «s'occupe des malades et des mourants, s'occupe des sans-abri… Les volontaires rendent visite aux personnes âgées… Ils travaillent avec les enfants des rues et les orphelins».
  9. Le gouvernement a tenté de mettre en place des abris de logement, mais cela n'a pas eu d'impact notable. Certains citoyens affirment que l'ancien président a été plus efficace pour lutter contre le sans-abrisme. D'autres ont remarqué que le président ne semble pas familier avec la réalité des sans-abri.
  10. Bien que le sort semble sombre et maigre, les refuges continuent d'offrir espoir et avenir aux sans-abri chiliens. Par exemple, un charmant refuge, mis en place par l'Armée du Salut, est spécialisé dans l'aide aux hommes plus âgés. L'existence de ce refuge est importante car les hommes représentent plus de 10 000 des 12 000 sans-abri au Chili.

Alors que les gens commencent à prendre conscience et à créer des organisations, la question du sans-abrisme au Chili peut être placée au premier plan des discussions du gouvernement. Pendant ce temps, 12 000 Chiliens ont encore du mal à trouver un endroit où dormir la nuit.

Abigail Lawrence
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *