Catégories
Solidarité et entraide

10 faits sur l'assainissement en Haïti

Assainissement en Haïti
Haïti a connu des difficultés d'accès à l'eau potable au cours des dernières décennies. Alors que des progrès ont été accomplis pour améliorer la situation de l'assainissement, le tremblement de terre de 2010 a aggravé le problème. L'accès à l'eau potable est devenu presque impossible après le tremblement de terre, culminant avec l'épidémie de choléra qui a suivi. Voici 10 faits sur l'assainissement en Haïti.

10 faits sur l'assainissement en Haïti

  1. Avant le tremblement de terre de 2010, seulement 69% des Haïtiens avaient accès à une source d'eau améliorée et seulement 17% avaient accès à une installation d'assainissement améliorée. Après le tremblement de terre, cependant, ces chiffres ont chuté, entraînant la propagation du choléra et de la typhoïde. Des organisations comme Health Equity International ont commencé à lutter contre ce problème en fournissant des comprimés de traitement de l'eau et une éducation à la sécurité de l'eau.
  2. Seulement 24% de la population d'Haïti a accès à des toilettes. Avec un accès limité aux toilettes, un système d'égout à l'échelle nationale a été difficile à mettre en œuvre et à entretenir. Cette carence facilite la propagation de maladies d'origine hydrique comme le choléra.
  3. Le secteur WASH d'Haïti (lavage, assainissement et hygiène) est principalement financé par des donateurs tels que la Banque mondiale, l'UNICEF, le CDC et la Coopération suisse au développement. Bien qu'il s'agisse de donateurs importants, n'importe qui peut faire un don.
  4. En 2012, le CDC a aidé la Direction nationale de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement (DINEPA) à former des techniciens communaux de l'eau et de l'assainissement (TEPAC) pour aider à améliorer les infrastructures hydrauliques dans les zones rurales. Les TEPAC sont extrêmement utiles car ils évaluent régulièrement les systèmes d'eau, surveillent le chlore libre dans l'eau, travaillent avec l'aide humanitaire et soutiennent le secteur WASH.
  5. Avant le tremblement de terre de 2010, aucune installation de gestion des déchets n'existait dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Après le tremblement de terre et après l'épidémie de choléra, le traitement des eaux usées de Morne a Cabri a été ouvert. Cela a été extrêmement bénéfique, car les déchets pouvaient être correctement gérés au lieu de rester dans une boue de vidange.
  6. La Banque mondiale, en collaboration avec la DINEPA, a soutenu un projet visant à améliorer l'eau et l'assainissement en Haïti. Ce projet a abouti à la construction de 25 ensembles de latrines, 25 urinoirs et 28 stations de lavage des mains. Il a également construit des ouvrages d'assainissement dans les écoles publiques et un centre de santé.
  7. En 2015, le ministère de la Santé, la DINEPA et le ministère du Commerce ont défini un programme pour améliorer et surveiller la qualité de l'eau. Cet accord (La promotion de l'assainissement, de l'hygiène et de la vie) a été promulgué en 2016.
  8. Peu de temps après l'épidémie de choléra, le gouvernement haïtien a mis en œuvre le Plan national d'action pour l'élimination du choléra en Haïti 2013-2022. Ce plan comprend un cadre pour améliorer l'eau, l'assainissement, les soins de santé, l'éducation, le transport et plus encore. En augmentant l'accès à l'eau potable et aux installations d'assainissement, le gouvernement espère limiter la propagation des maladies d'origine hydrique.
  9. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a travaillé avec l'Agence haïtienne de collecte des déchets solides pour éliminer les déchets de soins de santé (aiguilles, bandages, gants, etc.). En conséquence, les hôpitaux ont reçu plus de formation et d'informations sur la gestion des déchets médicaux.
  10. Après l'aide du gouvernement américain, 392 000 personnes en Haïti ont eu accès à un assainissement amélioré et 2,1 millions de personnes ont eu accès à une eau potable améliorée.

Ces faits concernant Haïti et le manque d’eau potable du pays soulignent l’importance de l’eau potable et des environnements sanitaires. Bien que l’accessibilité à l’eau et les installations sanitaires en Haïti soient à la traîne des autres nations de l’hémisphère occidental, elle améliore ses infrastructures et ses efforts d’éducation à l’hygiène pour améliorer la vie des citoyens haïtiens.

– Ehina Srivastava
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *