Catégories
Solidarité et entraide

10 faits sur l'assainissement au Mali

Assainissement au MaliL'un des plus grands pays d'Afrique, la République du Mali est enclavée dans la partie nord-ouest du continent. Bien qu'il soit connu plus récemment comme l'un des pays les plus pauvres et les plus instables, il y a des milliers d'années, le Mali était un épicentre culturel. Les fleuves Niger et Sénégal qui traversent le pays ont fait du Mali l'un des pays les plus riches grâce à une économie commerciale transsaharienne florissante. La marchandise a accompagné la littérature, l'art, la musique et la découverte, transformant la ville malienne de Tombouctou en un centre vital pour l'érudition. Bien que la réputation culturelle de Tombouctou et les réalisations musicales du Mali se soient poursuivies, le pays dans son ensemble fait face à de nombreux défis. Près de la moitié de la population totale du Mali vit dans la pauvreté, confrontée à des conditions extrêmement malsaines en conséquence, en partie à cause du mauvais assainissement. Le chemin parcouru par le Mali pour parvenir à une hygiène et à un assainissement adéquats est détaillé dans les faits suivants.

10 faits sur l'assainissement au Mali

  1. En 2017, l'OMS et l'UNICEF ont découvert 52% des ménages maliens au niveau national avoir accès aux installations d'hygiène de base, juste en dessous de la moyenne mondiale de 60%. Dans les zones rurales cependant, l'accès aux installations tombe à seulement 39%. Ces moyennes sont plus élevées que dans d'autres pays africains, comme l'Éthiopie et le Burundi, qui ont moins de 10% d'accès aux installations dans les zones rurales.
  2. L'UNICEF a également découvert 7% des Maliens pratiquent toujours la défécation en plein air, provoquant des maladies évitables liées à un assainissement inadéquat. Des maladies comme la diarrhée, la pneumonie et le paludisme affectent inégalement les enfants, produisant certains des taux de mortalité infantile et infantile les plus élevés au monde. Cependant, en 2018, l'UNICEF, l'USAID et son organisation partenaire JIGI ont mis en œuvre des modèles d'assainissement total piloté par la communauté (ATPC) afin de réduire la défécation en plein air dans les communautés rurales. L'ATPC a aidé plus de 3 500 villages à éradiquer la défécation en plein air, améliorant la vie de près de trois millions de personnes grâce à une sensibilisation accrue à l'hygiène personnelle et à l'assainissement.
  3. Grâce à l'aide humanitaire de diverses organisations, 80% de la population nationale du Mali a accès à l'eau potable et dans les zones rurales, 70% y ont accès. En 2019, l'UNICEF et ses partenaires ont fourni services d'approvisionnement en eau à plus de 194 500 personnes, dont des points d'eau et des latrines dans 95 écoles et 61 centres de santé.
  4. En 2018, une étude sur la charge mondiale de morbidité (GBD) a découvert les maladies diarrhéiques étaient la troisième cause de décès au Mali, battu par les maladies néonatales et le paludisme. Cependant, il convient de noter qu'en raison des mesures d'amélioration de l'assainissement, le taux de décès les maladies diarrhéiques ont diminué de près de 9% entre 2008 et 2017.
  5. Actuellement, 52% de la population n'a pas accès à une installation de lavage des mains, ce qui affaiblit la manière dont les Maliens peuvent lutter efficacement contre les maladies. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, l'UNICEF a commencé à distribuer des dispositifs de lavage des mains dans le but d'en envoyer jusqu'à 4 000. Dans un rapport conjoint avec l'UNICEF et l'OMS publié en avril concernant COVID-19, ils ont précisé que «une hygiène des mains fréquente et correcte est l'une des mesures les plus importantes pour prévenir l'infection par le virus COVID-19 ». Ils recommandent également un assainissement adéquat de l'eau et une gestion des déchets pour atténuer la propagation du virus.
  6. Environ 50% des écoles ont amélioré l'accès à l'eau, bien que seulement 20% aient des latrines fonctionnelles et séparées par sexe. En raison du coronavirus, plus de 1 000 écoles ont fermé pour le moment, coupant l'accès à ce qui pourrait être un seule toilette de l'enfant qui fonctionne.
  7. Depuis 2012, les conflits armés ont entraîné le déplacement de milliers de personnes en plus de la violence et des sévices sur les enfants. Cette instabilité a créé un diminution de la livraison réussie de l'aide humanitaire, dont le pays dépend en grande partie pour l’assistance aux besoins d’assainissement. La pandémie de coronavirus a également ralenti les services habituellement fournis au Mali.
  8. En avril, la Banque mondiale a approuvé un Subvention de 25,8 millions de dollars pour soutenir la réponse du Mali au coronavirus. L'argent contribue aux services de santé, au dépistage et au traitement des patients. Le financement initial sera axé sur la réponse du Mali au virus et sur la capacité du pays à gérer les impacts sanitaires et économiques venir avec un système de santé déjà fragile. La subvention permettra également au Mali de poursuivre les services essentiels comme l'eau potable et l'éducation.
  9. L'organisation humanitaire World Vision a rejoint le programme intégré Mali eau, assainissement et hygiène (MIWASH) pour construire 208 nouveaux points d'eau en 2019, permettant à plus de 100 000 personnes d'accéder aux installations sanitaires tout en renforçant l'éducation à l'hygiène. Vision Mondiale a également mis en œuvre de nombreux cabines de latrines, kits de lavage des mains et services d'éducation à l'hygiène à travers ses projets supplémentaires, atteignant 15 400 enfants dans 51 écoles.
  10. En 2016, l'UNESCO, U.N.-Women, l'UNFPA et KOICA ont mis en œuvre le «Autonomiser les filles et les jeunes femmes par l'éducation au Mali»Projet visant à aider les filles et les jeunes femmes à rechercher de meilleures conditions de vie grâce à une éducation équitable. Le projet consiste à éduquer les filles sur l'hygiène féminine et leurs droits en matière de procréation afin de réduire les taux d'abandon scolaire, d'avoir des enfants et de se marier alors qu'elles sont encore elles-mêmes. Un aspect du projet concerne l'accès à l'eau potable et aux installations sanitaires. L'une des nombreuses réalisations du projet depuis sa création comprend la construction et la réparation de 137 latrines adapté aux filles à Bamako.

Un mauvais assainissement n'est pas le seul problème qui sévit au Mali, mais il crée un raz-de-marée d'autres problèmes évitables avec lesquels les Maliens doivent lutter. Les maladies, les taux de mortalité plus élevés et la malnutrition résultent d'un assainissement inadéquat de l'eau et des toilettes. Cependant, les investissements continus du gouvernement malien ainsi que le soutien des acteurs internationaux aideront le pays à améliorer les conditions pour ses citoyens à l'avenir.

Maria Marabito
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *