Catégories
Solidarité et entraide

10 faits sur l'assainissement au Botswana

Assainissement au BotswanaLe Botswana est un pays enclavé d'Afrique australe. Il a activement plaidé et amélioré la législation pour l'accès à l'eau et l'assainissement depuis 1981 et continue d'améliorer ses conditions de lavage, d'assainissement et d'hygiène (WASH). Malgré son économie en croissance, le pays peine à fournir des services WASH à certains de ses 2 millions d'habitants. Voici 10 faits sur l'assainissement au Botswana.

10 faits sur l'assainissement au Botswana

  1. Produits d'hygiène féminine gratuits: Depuis 2017, les filles inscrites dans les écoles publiques et privées ont accès à des produits féminins gratuits dans le cadre de leurs fournitures scolaires. Une fille sur 10 a déclaré avoir manqué l'école pendant leur période précédant cette initiative. Cela a souvent conduit les filles à prendre du retard dans leur travail et, dans certains cas, à abandonner. Pour lutter contre ce problème et encourager davantage de filles botswanaises à terminer leurs études, le gouvernement a commencé à fournir des serviettes hygiéniques aux élèves inscrits. Des initiatives similaires dans toute l'Afrique ont amélioré la fréquentation scolaire de plus de 40%.
  2. Traitement gratuit du VIH: Le Botswana fournit gratuitement un traitement antirétroviral contre le VIH et a été le premier pays à le faire. Malgré le traitement gratuit, le Botswana a l'un des taux de VIH les plus élevés au monde avec 20,3% de la population infectée selon Avert. Le Botswana encourage l'utilisation du préservatif en rendant 85% des préservatifs gratuits et en enseignant aux gens leurs avantages. Le Botswana a également amélioré la prévention de la transmission mère-enfant (PTME) dans tous les établissements de santé. Le pays dispense une formation aux salariés pour lutter contre ce problème, ramenant la transmission à 2,1%.
  3. L'hygiène à l'école: Une étude réalisée par l'Université du Botswana a conclu que de nombreuses écoles élémentaires ont l'infrastructure appropriée pour l'hygiène, comme les toilettes, les lavabos et les latrines, mais elles n'ont pas toujours les ressources nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de l'infrastructure. L'étude a révélé que 80% des toilettes ne fonctionnaient pas correctement et que l'accès aux fournitures de lavage des mains était limité. Le gouvernement botswanais s'efforce de faire en sorte que ces situations soient améliorées grâce à un financement supplémentaire et à de nouvelles infrastructures.
  4. Éducation à l'hygiène et à l'assainissement: L'hygiène est enseignée aux élèves des écoles élémentaires, mais il y a toujours un plus grand besoin de mise en œuvre et de bonnes pratiques d'hygiène. L'Institut de recherche d'Okavango a constaté que seulement 70% des étudiants ont déclaré qu'ils «se lavaient toujours les mains» avant de manger et après être allé aux toilettes, le cas échéant.
  5. Toilettes au Botswana: Plus de 88% ont accès à des toilettes adéquates au Botswana en 2020. La plupart des toilettes au Botswana sont à chasse d'eau occidentale, bien que les latrines soient également répandues. Cependant, dans les zones rurales, les toilettes de style occidental sont moins courantes et jusqu'à 32,62% des personnes pratiquent la défécation en plein air.
  6. Accès à l'eau: Au Botswana, l'eau propre provient principalement de sources souterraines, telles que les rivières et les barrages. Les taux d'accès à l'eau sont relativement élevés dans les zones urbaines (99,5%) contre 84,1% dans les zones rurales. Cependant, l'infrastructure limitée pour sécuriser l'eau oblige de nombreuses femmes à la tâche laborieuse et longue de récupérer l'eau. Les femmes peuvent passer jusqu'à cinq heures à chercher de l'eau propre un jour donné.
  7. Demande en eau: L'accès accru s'accompagne d'une demande accrue, qui est entravée par la baisse des précipitations et le coût élevé de l'assainissement. Cette demande exerce également une pression sur les systèmes d'infrastructure et menace l'accès à l'eau potable. Pour répondre à cette demande, les agences gouvernementales et les écoles ont mis en place des installations de recyclage de l'eau. L'une de ces installations, lancée par le ministère de l'Agriculture, recycle l'eau des égouts de la ville de Gaborone. Il utilise cette eau pour le «jardinage et la fabrication de briques», réduisant ainsi le besoin d'eau propre pour ces activités.
  8. Implications de la maladie: Les maladies diarrhéiques restent une préoccupation majeure en matière d'assainissement au Botswana. La diarrhée est causée par de l'eau potable contaminée, des services d'assainissement inadéquats et des pratiques de stockage dangereuses. Grâce à une étude publiée par le Journal of Health, la recherche a déterminé que les habitants des zones rurales boivent et utilisent de l'eau «impropre à un usage domestique», malgré la disponibilité apparente d'eau potable. L’étude a également conclu que le manque de stockage approprié dans la maison d’une personne contribue aux contaminants dans l’eau. La prévalence des maladies diarrhéiques est le troisième tueur le plus élevé au Botswana. Ces maladies tuent quatre fois plus de personnes que la médiane mondiale en 2017.
  9. Établissements de santé: Les soins de santé constituent un énorme facteur d'amélioration de l'assainissement au Botswana. Le Botswana compte 27 districts de santé qui fournissent des soins de santé «presque gratuits» aux citoyens. Depuis la Déclaration d'Abuja de 2001, le Botswana consacre 17% de son budget aux soins de santé. Malgré cela, les hôpitaux sont aux prises avec un «personnel inexpérimenté» et un manque d'accès aux lits. Les citoyens qui peuvent se le permettre optent pour des soins de santé privés afin de recevoir de meilleurs services. Cependant, les soins de santé et la sécurité sont prioritaires au Botswana, et pour cette raison, le pays n'a que 49 cas de coronavirus signalés. Cela est également dû à la mise en œuvre rapide par le gouvernement des masques requis et à l'éloignement social.
  10. Amélioration des services WASH: Le Botswana a des agences gouvernementales dédiées à l'amélioration des conditions WASH: le ministère de la gestion des terres, des services d'eau et d'assainissement et le ministère de la Santé. Ce ministère a travaillé avec l'ONU pour participer à l'enquête GLAAS (Water Global Analysis and Assessment of Sanitation And Drinking Water). En outre, depuis 2000, le Botswana a amélioré l'assainissement de base de 25% selon l'UNICEF.

Le Botswana continue de faire de vaillants progrès dans le domaine de la santé publique et semble sur la bonne voie pour offrir une meilleure qualité de vie globale à ses citoyens, malgré les restrictions de financement et d'infrastructure.

Allison Caso
Photo: Flickr

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *